Les pires routes en 2019 : c’est le temps de voter

Il y a trois choses dont personne ne peut échapper : la mort, les impôts et les mauvaises routes du Québec!

Chaque printemps, le dégel transforme certaines artères en ruines, faisant rager à peu près tous les automobilistes, sans parler des dommages causés à leurs véhicules.

Encore une fois, CAA-Québec invite les gens à voter pour les pires routes de la province. Les candidates de qualité ne manque certainement pas, mais « à défaut de pouvoir prendre pic ou pelle, prenez votre souris, votre téléphone ou votre tablette. Votez pour la vedette de votre quartier ou de votre ville : sauvez vos pires routes à grands coups de clics! », lance l’organisme.

Photo: Samuel Labrie Ross

Pas moins de 37 000 votes ont été enregistrés lors des quatre années précédentes et, comme le souligne la vice-présidente des communications et des affaires publiques de CAA-Québec, Sophie Gagnon, plusieurs des pires routes ont été réparées après leur moment de gloire au palmarès.

Si vous connaissez une route qui a un « beau potentiel », vous pouvez vous rendre sur le site piresroutes.com et voter pour elle, idéalement avec une photo à l’appui. En fait, il est possible de voter plusieurs fois par jour pour des candidates différentes, mais pas plus d’une fois par jour pour chacune.

Les auditions se terminent le 24 mai et le top 10 des pires routes du Québec en 2019 sera dévoilé avant l’été.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Conseils: Protégez votre autoNids-de-poule : comment éviter le pire?
Les conditions météorologiques nous en ont fait voir de toutes les couleurs cet hiver, et le réseau routier québécois ne s’en sort pas sans quelques égratignures. Partout dans la province, les nids-de-poule abondent sur la chaussée, rendant les déplacements en voiture parfois hasardeux. Question de vous aider à épargner votre …
ActualitéL’état des routes s'avère menaçant pour la sécurité du public
Les routes du Québec sont dans un état si lamentable que cela menace la sécurité du public, affirme l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ), qui tire la sonnette d’alarme. Le ministère des Transports (MTQ) n’est pas capable de garder le rythme tellement le réseau routier du Québec …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires