Kia Stinger GT-Line 2019 : on n'a plus les versions de base qu'on avait

Points forts
  • Design réussi
  • Tenue de route et accélérations épatantes
  • Habitacle confortable, spacieux et fonctionnel
Points faibles
  • Absence d’un toit ouvrant
  • Moteur quatre cylindres manque de caractère
  • Bruit de vibration du hayon irritant
Évaluation complète

La Kia Stinger GT-Line s’est peut-être fait battre par la Dodge Charger SXT sur le quart de mile du circuit Sanair, mais ça ne l’empêche pas d’être une berline sport réussie. À vrai dire, son arrivée dans l’industrie fut un réel coup de canon, la preuve que les marques coréennes peuvent être prises au sérieux, même dans un segment dominé par les Allemands.

La GT-Line, c’est la déclinaison d’entrée de gamme, le « petit modèle » qui n’est aucunement honteuse à conduire.

Un peu de Genesis dans le sang

La Stinger repose sur une plate-forme partagée avec la Genesis G70, l’autre berline sport coréene qui a, elle aussi, raflé plusieurs prix, comme le North American Car of the Year.

Photo: Caleb Gingras

Mais la Stinger est une berline un peu plus longue, et vraiment plus lourde que sa cousine, pouvant effectuer des prouesses dynamiques d’une voiture de grand tourisme, plutôt que celles d’une compacte sport. De plus, sa configuration de style sportback lui octroie une polyvalence nettement supérieure à la Genesis. Avec un coffre pouvant accommoder jusqu’à 1 158 litres de marchandise, elle se mesure à certains petits VUS.

Contrairement à la Stinger GT qui vient armée d’un puissant V6 biturbo de 365 chevaux, la GT-Line est alimentée par un quatre cylindres turbo de 2,0 litres d’une puissance de 255 chevaux et d’un couple de 260 lb-pi. Comme c’est le cas avec toutes les Stinger vendues au Canada, elle propose de série un rouage intégral, mais son moteur à position longitudinale permet d’envoyer d’abord la puissance vers le train arrière. Une boîte automatique à huit rapports s’occupe de tout transférer vers le sol.

Photo: Caleb Gingras

Grâce à la fonction départ-canon, la GT-Line accomplit le 0 à 100 km/h en seulement six secondes. Elle se vend au prix de départ de 39 995 $ avant les frais de transport et de préparation.

Une clientèle différente

Pendant que la Stinger GT a pour but premier de s’en prendre à des berlines de luxe telles l’Audi S5 Sportback ou la BMW Série 4 Gran Coupé, la Stinger GT-Line est mieux outillée pour affronter des voitures américaines comme, justement, la Dodge Charger, la Buick Regal, ou encore les déclinaisons quatre cylindres des Ford Mustang et Chevrolet Camaro. Du moins, c’est une clientèle semblable, et les bagnoles se vendent à prix comparables.

Certes, on peut reprocher à l’habitacle de la « petite » Stinger d’afficher des matériaux de moins bonne qualité que sa grande sœur, d’un écran multimédia plus petit et de ne pas venir avec un toit ouvrant, des freins Brembo et une suspension adaptative. Mais elle en offre tout de même beaucoup pour le prix.

Photo: Caleb Gingras

Commençons par son design, un coup de circuit absolument magnifique signé Peter Schreyer, celui qui était anciennement chez Audi, ayant mis au monde de belles bagnoles, comme la toute première Audi TT et la Volkswagen Eos. Ce qui en résulte est une berline qui n’emprunte quasi aucun élément stylistique à la concurrence, si ce n’est que sa partie arrière ayant des aires d’Audi A7. Bref, c’est une allure unique et distinguée qui permet à la Stinger de se démarquer au sein d’un segment très contingenté.

Mais c’est surtout sa dynamique de conduite qui nous a le plus épatés, même sans la présence du gros moteur. Sa suspension et son châssis n’ont été calibrés par nul autre qu’Albert Biermann, celui qui était anciennement chez BMW, chargé de mettre au point des BMW M, probablement les voitures les plus dynamiques au monde, rien de moins.

Photo: Caleb Gingras

Or, ce que la GT-Line perd en accélération, elle regagne par une calibration châssis / suspension impeccable, lui permettant d’effectuer des tours de pistes assez épatants, même sur une chaussée froide comme sur laquelle nous avons roulé à Sanair. L’effet de roulis est minime, la structure entière est hyper solide, et malgré le fait qu’elle soit nettement plus molasse que la GT, la légèreté de son train avant – en raison du moteur quatre cylindres – lui confie une maniabilité remarquable dans les virages.

Rien à dire non plus au sujet de la boîte automatique qui enfile les rapports sans tracas, tout en permettant de tomber en mode manuelle par le biais de palettes au volant. Pour le départ-canon, on n’a qu’à tenir la pédale de frein enfoncée, écraser l’accélérateur, et voilà, on prêt à bondir!

Elle manque un peu d’âme

Certes, le quatre cylindres est un petit moteur costaud et plus que suffisant pour la tâche, mais il est loin d’être aussi charismatique que le V6. Tout se passe dans la plage de pression du turbo. Dès que celui-ci s’essouffle, inutile de continuer de faire révolutionner le moteur, car rien ne se passe!

Photo: Caleb Gingras

De plus, sa sonorité est plutôt banale. Les ingénieurs de Kia ont tenté de remédier au problème en ajoutant des effets sonores artificiels, transmis par les haut-parleurs de l’habitacle, mais on est loin de la mélodie organique fournies par les six cylindres.

Notre Stinger faisait un bruit de hayon irritant lorsque l’auto franchisait les imperfections de la route. Ce problème est toutefois connu par Kia. Si votre bagnole est atteinte par ce défaut, sachez qu’il est possible de l’apporter chez votre concessionnaire pour une réparation sans frais.

Photo: Caleb Gingras

Comme c’est le cas avec les derniers produits coréens, l’ergonomie des commandes de la Stinger est irréprochable. Tout est simple et sans artifices, ses sièges avant fournissent suffisamment de support en conduite animée sans sacrifier le confort, et la banquette arrière, bien qu’un tantinet serré au niveau de la tête est somme toute spacieuse et confortable, surtout lorsqu’on la compare à une Genesis G70.

Le système multimédia, quant à lui, demeure concis, rapide et convivial en raison de ses commandes physiques et tactiles. Sans oublier une compatibilité Android Auto et Apple CarPlay de série.

La Kia Stinger a non seulement bouleversé l’industrie lors de son arrivée, elle nous a à la fois prouvé qu’une bagnole n’est pas limitée par son écusson, mais aussi que la déclinaison d’entrée de gamme peut également être intéressante. Bref, même si la Stinger ne fracassera pas des records de ventes pour Kia, elle montre où le savoir-faire technique des Sud-Coréens est rendu. En d’autres mots, c’est une bagnole fort réussie, peu importe la déclinaison que l’on choisit.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

guideauto.tvFace à face : Kia Stinger ou Dodge Charger?
Quoique les berlines ne soient pas les plus populaires auprès des consommateurs en 2019, elles se disputent toujours une lutte féroce pour attirer les automobilistes. Et cette année, coup de théâtre, la Kia Stinger , une berline asiatique digne des voitures allemandes, remporte le prix de la Voiture de l’année …
EssaisKia Stinger GT 2018 : le monde a bien changé
Quand la marque Kia est apparue sur notre marché au début des années 2000, plusieurs consommateurs avaient peine à croire que le constructeur resterait longtemps sur nos routes. Après tout, son concurrent coréen direct à l’époque, Daewoo, n’a pas fait long feu ici. Dans ce temps-là, une Kia, c’était une …
EssaisGenesis G70 2.0T Sport 2019 : dans les dents
Combien de fois avons-nous entendu un constructeur automobile prétendre que sa toute dernière berline sport est une rivale directe des produits allemands? Même dans les années 80, quand Ford levait le voile sur sa Taurus SHO, on déclarait avec fierté qu’elle était une « BMW à rabais ». Bien que …
New YorkKia Stinger GTS : nouveau rouage intégral et un mode Drift!
En plus du concept futuriste HabaNiro , Kia a fait tourner les têtes au Salon de l’auto de New York 2019 en lançant la Stinger GTS, une nouvelle édition spéciale de sa berline de performance. Albert Biermann, directeur de la recherche et du développement chez Kia, a vu une petite …
SurvolBuick Regal 2019 : cinq choses à savoir
Avec sa Regal, General Motors tente à la fois de rajeunir son image, mais également de montrer aux consommateurs qu’une berline peut être tout aussi compétente et polyvalente qu’un VUS. Bien que discrète et mal perçue à l’occasion, la Buick Regal est une berline intermédiaire que le Guide de l’auto …
Premiers contactsKia Soul 2020 : bien assis dans sa niche
TORONTO (Ontario) - Lorsque le premier Kia Soul fut introduit en 2009, il était non seulement seul dans sa niche, mais il représentait le renouveau de la marque coréenne ainsi que l’arrivée du designer allemand Peter Schreyer au sein de l’entreprise. À l’époque, Kia se bâtissait encore une réputation en …
ActualitéLa Kia Stinger pourrait ne pas revenir
Alors que les berlines se font de plus en plus tasser par les véhicules utilitaires, on apprend que la Kia Stinger est menacée d’extinction parce qu’elle ne répond pas tout à fait aux attentes du constructeur coréen. Autrement dit, sa première génération pourrait être la dernière. Voici ce qu’avait à …
Commentaires