Nissan cube, un style à la mode

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

À une époque où les véhicules se ressemblent passablement, et ce, d'un constructeur à l'autre, certains se rabattent sur le style afin de se démarquer quelque peu de la masse. Certes, il existe des voitures exotiques ou prestigieuses permettant d'exprimer sa personnalité, mais la majeure partie des acheteurs n'a pas les moyens de se les offrir. Est-ce que cela veut dire que tous les autres sont confinés à se procurer des voitures sans véritable âme ou incapables de faire tourner les têtes ? Certainement pas et le cube 2010 en est la preuve.

Avec son prix de base se situant sous les 20 000 $, le cube (il faut effectivement mettre une minuscule, car son nom réfère à l'objet plutôt qu'à un nom propre), prouve qu'un véhicule abordable peut être stylisé et hors du commun.

Comme son nom l'indique, le cube, qui est vendu au Japon depuis déjà quelques années, s'apparente véritablement à une boîte sur roue, un style apporté initialement par le Scion Xb. D'ailleurs, dès 2010, Toyota compte offrir sa gamme Scion au Canada, créant par le fait même un concurrent direct au cube. Voilà une tendance qui prend de l'ampleur, car Kia arrive également cette année avec la Soul, un véhicule similaire, alors que Honda vend déjà depuis quelques années l’Element plus gros, mais s'inscrivant très bien dans cette mode.

Apparence trompeuse

Le nouveau-né de Nissan n'est pas totalement inconnu, car il possède la plate-forme et les composantes de la petite Versa. Eh oui, le cube est en fait une sous-compacte dotée d'une robe stylisée ! Son apparence semble plus imposante, assurément plus que la Versa, et ce n'est pas tout à fait faux, car ses dimensions sont un peu plus généreuses en largeur et en longueur.

On retrouve sous le capot un moteur quatre cylindres de 1,8 litre, ce dernier développant une puissance de 122 chevaux pour un couple intéressant de 127 lb-pi. La boîte manuelle à six rapports est proposée de série alors qu'une automatique de type CVT (à variation continue) demeure optionnelle.

Si la mécanique n'a rien d’extraordinaire, ce sont avant tout les fonctionnalités et le style du cube qui sont susceptibles d'intéresser les futurs acheteurs et à ce chapitre, il n'y aura pas de demi-mesure. On aime ou on n'aime pas et le constructeur en est bien conscient. Voilà un véhicule qui s'adresse à une clientèle soucieuse du budget, mais qui permet à cette dernière de s'afficher ou du moins, de se distinguer de la masse.

Quoi qu'il en soit, le cube ne laisse personne indifférent et son allure, tout comme quelques-uns des coloris (rouge explosif, café expresso et bleu de mer pour ne nommer que celles-là), est garante d'une attention certaine. Adoptant des lignes très cartésiennes, l'effet cubique est accentué par la carrosserie qui s'étire pratiquement jusqu'au sol ainsi que par des porte-à-faux presque inexistants. Cependant, le cube manifeste une certaine dualité, car plusieurs autres éléments lui confèrent des rondeurs.

Du lot, on note divers coins arrondis, notamment la fenestration, les prises d'air, les feux, les phares et le devant. Outre sa grille avant qui s'apparente au visage d'un bulldog, l’élément extérieur qui caractérise le plus le cube est sans contredit son arrière asymétrique. Ce dernier ne dispose que d'un seul montant à gauche et la vitre arrière s'étire sur le flanc du côté du passager. Voilà qui renforce la personnalité unique du cube.

Un intérieur sobre, mais fonctionnel

Bien entendu, le traitement stylisé se poursuit à l'intérieur. L'habitacle tranche radicalement de ce que l'on retrouve normalement chez Nissan, sauf peut-être les quelques plastiques durs d'aspect moins riche. Du reste, sa forme tout en hauteur permet un espace intérieur accru. Peu importe votre grandeur, vous aurez un ample dégagement pour la tête, et ce, même en présence du toit ouvrant. Les larges zones vitrées accordent une excellente visibilité, même à l'arrière. Bref, même si ce véhicule utilise une plate-forme de voiture sous-compacte, ont n'a pas l'impression d'étouffer.

L'instrumentation est moderne et dispose de quelques touches intéressantes, notamment en raison son jeu de coloris. La majeure partie des commandes est intégrée dans une zone circulaire située au centre du tableau de bord alors que le système de sonorisation est relégué dans la partie supérieure. Ledit système, malgré un bel effort, n'offre pas une qualité sonore des plus marquées. Vaut mieux payer pour le système optionnel si vous êtes audiophile.

Une goutte d'eau

Si à l'extérieur l'effet cube est à l'honneur, l'effet ondulatoire est omniprésent à l'intérieur. Plusieurs éléments donnent l'effet d'une goutte qui tombe sur un plan d'eau, notamment sur la voûte du toit, autour du plafonnier, au fond des porte-gobelets et sur les grilles des haut-parleurs. Une panoplie d'accessoires, certains offerts en d'option, pourront agrémenter l’habitacle de votre cube. Originales, ces petites bandes élastiques dans les panneaux de porte, permettant ainsi de retenir différentes choses, comme un iPod. Pareillement pour le petit morceau de tapis, le Shag carpet, qui pourra être placé sur le tableau de bord afin de retenir divers objets.

À l'arrière, une large porte donne accès à l'espace de chargement, qui n'est pas des plus généreux. Et cette porte est lourde et risque de ne pas s’ouvrir complètement si quelqu’un s’est stationné trop près de votre pettite merveille. Cependant, le dégagement en hauteur est vaste et vous permettra d'y loger des objets de bonnes dimensions. Si les sièges arrière peuvent être rabattus pour augmenter cet espace, il est impossible d'obtenir un plancher complètement plat puisque les assises demeurent en place.

Un comportement surprenant

En raison de ses origines et de sa mécanique connue, il était assez simple de s'imaginer quel type de comportement routier le cube adopterait. Cependant, il faut avouer que nous avons été favorablement surpris par la vigueur du moteur de 1,8 litre qui suffit amplement à la tâche. Son couple généreux fournit des accélérations franches, le tout bien appuyé par un accélérateur qui répond promptement. La boîte manuelle à six rapports permet de bien exploiter la puissance disponible et reste à mon avis le choix le plus intéressant, même si la boîte CVT n'est pas à dénigrer.

Sur la route, le cube est rassurant et ses dimensions le rendent agile et fort pratique à stationner. Sa direction fait preuve de précision alors que sa suspension offre un bon compromis entre confort et tenue de route. Bref, malgré ses aspirations de sous-compacte, le cube n’en est pas moins dynamique et agréable à conduire. Voilà un véhicule conçu pour les zones urbaines, là ou il demeure plus à l'aise. C’est lorsque l’on prend le volant du cube sur l’autoroute qu’il nous révèle quelques défauts. Sa stature tout en hauteur le rend plus sensible aux vents latéraux, alors que son moteur doit extirper la moindre parcelle de ses 122 chevaux afin d’enfiler convenablement sur l’autoroute. Bref, c’est dans ce contexte que l’on découvre la vraie nature du cube et qu’il n’est pas fait pour remplacer un Westfalia!

Pour ceux qui aiment son style et son caractère, le cube s'avère fonctionnel et surtout, il se distingue de la masse. Si vous préférez un peu moins d’émotions et plus de discrétion, il y a toujours la Versa !

Feu vert

Style inusité
Conduite agréable
Habitacle spacieux et fonctionnel
Consommation réduite

Feu rouge

Certains plastiques durs
Système de sonorisation
Banquette arrière non rabattable à plat

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires