Trump relance ses attaques contre GM

À moins de deux ans de l’élection présidentielle américaine, Donald Trump renouvelle ses attaques contre General Motors (GM) et le puissant syndicat de l’automobile UAW, les pressant de rouvrir une usine dans l’Ohio, un État clé pour remporter la Maison-Blanche.

M. Trump, qui a été élu en 2016 sur la promesse de rapatrier aux États-Unis les emplois industriels, doit se rendre mercredi dans cette région qui a penché pour lui, mais qui est aussi une des plus touchées par une cure d’austérité comprenant la suppression de 14 000 emplois annoncée en novembre par GM.

« Viens de parler à Mary Barra, la PDG de General Motors au sujet de l’usine Lordstown, Ohio. Je ne suis pas content qu’elle ferme alors que tout le reste dans notre pays est en plein BOOM. Je lui ai demandé de la vendre ou alors de faire quelque chose vite. Elle rejette la faute à l’UAW - Je m’en fiche, je la (usine) veux ouverte », a tweeté dimanche l’occupant de la Maison-Blanche.

« Le président démocrate de l’UAW local 1112 David Green a intérêt à se mettre au travail et à produire des résultats. GM a laissé tomber notre pays, mais d’autres entreprises en bien meilleur état y viennent en nombre. Je veux de l’action à Lordstown vite », a ajouté le président américain, qui a multiplié les attaques contre GM et sa patronne fin 2018.

M. Trump a renouvelé ses critiques lundi, exhortant GM et l’UAW à commencer les négociations dès « maintenant » et non en septembre/octobre.

« Je veux que des emplois restent aux États-Unis et veux que Lordstown (...) rouvre ou soit vendue à une entreprise qui va la rouvrir vite », a-t-il ajouté.

Jugeant ces critiques « honteuses », le sénateur démocrate de l’Ohio Sherrod Brown a estimé que M. Trump avait « fait beaucoup de promesses, mais a échoué à soutenir les travailleurs ».

GM a annoncé en novembre son intention de supprimer 15% des emplois du groupe en 2019, soit 14 000 emplois, en cessant la production sur sept sites: un à Oshawa au Canada, quatre aux États-Unis, dont Lordstown, et deux en dehors de l’Amérique du Nord.

Plainte

L’usine de Lordstown a produit sa dernière voiture ce mois-ci, une berline Chevrolet Cruze. Elle employait quelque 1400 personnes à temps plein et son avenir « sera décidé entre GM et l’UAW » lors des négociations sur un nouvel accord salarial devant débuter cet été, a précisé GM.

Le groupe automobile indique également que plus de 1000 salariés des usines devant fermer aux États-Unis ont été transférés vers d’autres sites.

« La préoccupation de l’UAW est et a toujours été pour nos membres affectés et on fera tout ce qui est possible pour garder ouvertes des usines GM », a réagi Brian Rothenberg, un porte-parole.

Le syndicat a attaqué GM en justice, affirmant que le géant de Detroit avait enfreint les termes d’un accord collectif conclu en 2015.

Donald Trump a renouvelé ses critiques au moment où il envisage des mesures pour défendre le secteur automobile américain, dont il se sert dans les négociations commerciales avec les partenaires des États-Unis.

Il menace par exemple d’imposer 25% de taxes supplémentaires sur les voitures importées, tarifs douaniers auxquels GM et d’autres acteurs du secteur sont opposés.

GM répète depuis des mois vouloir répondre au désintérêt pour les voitures compactes (berlines et citadines) aux États-Unis et à la transformation du secteur automobile.

À l’inverse, ses concurrents comme Fiat Chrysler et Toyota ont annoncé récemment des milliards de dollars d’investissements supplémentaires dans leurs usines américaines, le premier devant construire à Detroit le premier site de production depuis 27 ans.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires