Non, je ne changerai pas de passion!

Vous êtes peut-être de ceux qui voyez l’automobile comme un mal nécessaire, un électroménager.

Ce pour quoi vous vous êtes procuré récemment une Toyota Corolla grise, uniquement parce que les beiges étaient en rupture de stock.

Alors, sachez que les gens ne pensent pas tous comme vous. Pour certains, et je m’inclus dans le lot, la voiture est un objet de passion. Un objet qui prend vie, qui a une âme, une histoire. C’en est même une façon de vivre. Vous trouvez ça pathétique? D’accord. Mais je serais alors en droit de me moquer de votre passion pour les fleurs, le baseball, l’archéologie ou le camping aux abords des autoroutes. Ce que je ne fais pas.

Si je vous raconte ceci, c’est qu’aujourd’hui, on pointe l’automobile du doigt. On la voit comme l’ennemi à abattre. Surtout au Québec, où toute action qui n’est pas de nature sociale est contestable. Parce que croyez-moi, si l’on se trouvait presque n’importe où aux États-Unis et au Canada anglais, cette chronique n’aurait pas lieu d’être.

Revenons ainsi 25 ans en arrière, à l’époque où je décrochais mon permis de conduire pour la première fois. J’avais 17 ans, je connaissais les statistiques des voitures par cœur et lisait à peu près toutes les publications automobiles qui s’écrivaient au Québec. Je me suis alors procuré comme première minoune une Volkswagen Jetta 1982, accidentée et reconstruite, payée 800 $ et qui entre vous et moi, était 500 $ trop cher.

Or, cette urgence de vivre et mon inexpérience de l’époque ont fait en sorte que je l’ai choisie comme premier cheval de bataille, pour aller sillonner les routes de mon coin de pays. Croyez-moi, je me réveillais la nuit pour sauter derrière son volant, dans le seul but d’avaler des kilomètres. Maintenant, étais-je responsable au volant?

Poser la question, c’est y répondre. J’étais, à vrai dire, un danger public. Parce que j’avais « pogné » la piqûre de la vitesse. Parce que le bruit d’un moteur à 6 500 tours/minute me faisait vibrer, tout comme celui des pneus de 13 pouces qui crissaient à tout bout de champ. Vous aurez donc compris que ma passion pour la vitesse, en combinaison avec mon imprudence et qui plus est, l’état catastrophique de ma voiture, auraient pu m’être fatale. D’ailleurs, j’ai dû posséder en moins de deux ans plus d’une douzaine de vieilles guimbardes du genre, sur lesquelles je me suis fait les dents, apprenant au passage quelques notions de mécanique.

Il m’aura fallu bien du temps avant de réaliser que mes gestes derrière le volant avaient été irresponsables. Certes, je me suis tranquillement assagi, constatant aussi que l’état mécanique lamentable de mes voitures était une conséquence directe de mes agissements, mais cet exercice de conscience ne s’est pas fait en un claquement de doigts.

Bien des années plus tard, j’ai visionné l’excellent documentaire Dérapages de Paul Arcand. Un film qui m’a touché droit au cœur, puisque j’étais directement concerné. En fait, le seul élément qui me distinguait de certains des jeunes qui ont été victime d’accident ou qui en ont causé, c’est l’alcool. Je ne conduisais jamais « en boisson ». Mais pour le reste, la seule déduction que je pouvais tirer de ce film, c’est que j’avais eu de la chance.

Heureusement, au fil des années, on a resserré les règles. C’était nécessaire. On aurait pu le faire autrement, en éduquant davantage nos jeunes plutôt qu’en réglementant sévèrement, mais l’exercice a tout de même porté ses fruits.

Maintenant, on a vu vers la fin des années 90 plusieurs sites de sport automobile accueillir des jeunes par milliers en leur donnant un espace pour qu’ils puissent se défouler. À mon époque pourtant pas si lointaine, les courses d’accélération n’étaient destinées qu’aux professionnels qui conduisaient généralement des bolides diaboliques. Or, ces pistes d’accélération situées dans des endroits reclus ont tranquillement donné la chance aux jeunes mordus d’adrénaline d’aller lâcher leur fou une ou deux fois par semaine, de façon sécuritaire et contrôlée. Pensez aux circuits de Saint-Eustache, Pont-Rouge, Sanair, Napierville et plus récemment, au circuit ICAR de Mirabel.

Photo: MARC ALAIN TRUDEAU-AGENCE QMI

Évidemment, cette formule permettait à une majorité de jeunes de prendre conscience du danger, en distinguant les comportements admissibles sur route et sur circuit. Or, pour ce que je me permets de surnommer le « petit peuple » québécois, ce n’était pas encore assez. En effet, il a fallu que des gens achètent ou construisent des maisons à quelques centaines de mètres de ces endroits, en toute conscience de cause, pour qu’ensuite ils se plaignent du bruit et de la pollution. Résultat, on fermera bientôt le circuit de Saint-Eustache, le propriétaire ayant cédé à la tentation de vendre. En aurait-il été autrement si la Ville de Saint-Eustache n’avait pas octroyé des permis de construction aux abords de ce circuit, faisant ainsi grimper la valeur des terrains? Qui sait.

Ajoutez à cela la menace de fermeture du circuit de la piste d’accélération Pont-Rouge, et les fortes restrictions imposées à M. Jacques Guertin, propriétaire du circuit de Sanair, et vous avez une idée du portrait. Le circuit de Napierville est lui aussi victime de nombreuses plaintes de gens qui ont choisi de se construire tout près de l’endroit, alors que la ville est pourtant connue du public que pour cette attraction, et ce, depuis des décennies.

Photo: Adobe stock

Je me permets donc ici de condamner les agissements de ces nouveaux propriétaires, souvent hypocrites, qui ne pensent qu’à leur petit nombril sans considération pour autrui. Est-ce que ceux qui se construisent près des chemins de fer demandent au CN de déplacer les rails? Est-ce que les gens qui érigent de nouvelles demeures près des usines exigent ensuite leur fermeture? Alors, pourquoi agit-on ainsi face aux quelques circuits encore restants du Québec?

Parce que sans vouloir crier au sensationnalisme, la fermeture de ces circuits aura pour effet de remettre ceux qui ont soif d’adrénaline dans nos rues. Un geste inconscient, puisque je persiste à croire que la passion pour la vitesse, l’adrénaline et l’automobile, demeurera malgré cela encrée dans le cœur de bien des jeunes.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BlogueLa turbomanie
Il fut une époque où le turbocompresseur n’était associé qu’aux voitures de performances. Aux bolides s’adressant à ceux qui voulaient vivre de vraies sensations fortes. Par exemple, une Saab 900 Turbo, une Buick Grand National ou une Nissan 300ZX Turbo! On disait du turbo qu’il était fragile, voire complexe, mais …
BlogueSanair, la belle époque de la course automobile au Québec
Sanair. Tous les amateurs de course automobile du Québec et d'ailleurs connaissent ce nom devenu mythique. Nous avons retracé l'histoire de ce complexe dédié à la vitesse et à l'adrénaline. Voici donc cette belle histoire... Durant les années 60, Jacques Guertin possède plusieurs entreprises et, pour s’amuser, fait de la …
ActualitéLa piste de course de l’Autodrome St-Eustache fermera ses portes
Dans un communiqué de presse , l’administration de l’Autodrome Saint-Eustache (ASE) a annoncé qu’elle fermait officiellement sa piste de course au terme de la saison 2019, après plus de 55 ans d’existence. « C’est avec des sentiments partagés que nous devrons mettre fin à ce complexe de sports motorisés historique …
JuridiqueCourse de rue ou simple accélération?
J’étais sur la rue Saint-Denis et quand le feu de circulation est passé au vert, j’ai accéléré rapidement et le véhicule à côté de moi également. Un agent de police m’a intercepté et m’a remis une contravention de 1 000 $ et de 12 points d’inaptitude. Il me reproche d’avoir …
BlogueQuand la deuxième chance vous sourit...
Vous êtes peut-être de ceux qui vivent avec des problèmes de crédit. Retard de paiement, chèque sans fonds ou surendettement, des situations avec lesquelles les concessionnaires automobiles composent quotidiennement. Évidemment, certains acheteurs qui magasinent une voiture souvent trop chère ne font que s’enfoncer davantage. Or, pour d’autres qui tentent de …
BlogueLa voiture média prise pour acquis
Au Québec, nous sommes une cinquantaine chaque lundi matin à récupérer des véhicules média. Des véhicules immatriculés au nom des constructeurs automobiles et spécifiquement dédiés aux chroniqueurs automobiles. De la Nissan Micra au Bentley Bentayga , nous avons l’embarras du choix. Suffit de demander et, la plupart du temps, on …
Course automobileSanair : le propriétaire et ses clients ont gain de cause
Dans le cadre de l’émission Le Guide de l’auto sur QUB Radio , Antoine Joubert et Germain Goyer se sont entretenus avec Jacques Guertin, propriétaire de la piste Sanair. Dans les jours précédant l’entrevue, l’homme derrière cette célèbre piste située à Saint-Pie, en Montérégie, a remporté sa cause devant la …
BaladoLa fin approche pour l’Autodrome St-Eustache
Alors qu’il est prévu que l’ Autodrome St-Eustache ferme ses portes dans les prochaines semaines, Antoine Joubert et Germain Goyer ont reçu le propriétaire de l’endroit dans le cadre de l’émission Le Guide de l’auto sur QUB Radio . Fondée en 1964, cette piste de course située sur la Rive-Nord …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires