Chevrolet Spark 2019 : abordable quand ça lui tente

Points forts
  • Prix de base abordable
  • Équipement de série alléchant
  • Étonnamment raffinée
Points faibles
  • Devient dispendieuse une fois bien équipée
  • Petit coffre
  • Sièges inconfortables pour les grandes personnes
Évaluation complète

Avec un prix de départ de 9 995 $ (avant les frais de transport et de préparation), la Chevrolet Spark 2019 est officiellement la voiture neuve la moins chère du marché.

C’est alléchant, compte tenu de la modernité de cette petite auto par rapport à ses concurrentes désuètes. Méfiez-vous toutefois de la liste des options, car elle fera gonfler le prix de votre étincelle à un niveau ridicule.

Quand les Coréens s’en mêlent

Avec nous depuis 2013, redessinée pour 2016 et mise à jour pour l’année-modèle 2019, la Spark rivalise principalement contre la Nissan Micra, la Fiat 500, et la Mitsubishi Mirage dans la catégorie des citadines, un segment qui décroît auprès des consommateurs nord-américains en raison de la popularité des VUS.

Pourquoi GM persiste-t-elle avec sa petite sous-compacte après avoir retiré presque toutes les voitures de sa gamme?

Photo: William Clavey

La raison est simple : la Spark n’est pas une automobile américaine, mais coréenne, conçue et assemblée par la division GM Korea, en banlieue de Séoul. Vous vous souvenez de Daewoo, la marque sud-coréenne qui n’a pas fait long feu chez nous au début des années 2000? Elle ne nous a jamais quittés, en fait. Elle se cache tout simplement derrière un écusson Chevrolet depuis tout ce temps!

Cette alliance permet non seulement à la Spark de continuer d’exister pour les marchés étrangers où les sous-compactes sont encore en vogue, mais aussi de profiter du récent savoir-faire technique des Coréens en matière de petites voitures. Lorsqu’on la compare à une Micra ou une Mirage, la Spark est de loin la citadine la plus sophistiquée du trio.

Photo: William Clavey

Les changements pour 2019 sont minimes, mais substantiels. Côté design, elle demeure relativement inchangée, si ce n’est de l’ajout d’une nouvelle calandre. Sous le capot, le quatre cylindres de 1,4 litre produit toujours 98 chevaux. Ce moteur peut toujours être jumelé soit à une boîte manuelle à cinq rapports, soit à une automatique à variation continue (CVT).

L’autre nouveauté, c’est l’ajout d’un système de freinage d’urgence en cas de collision imminente, une première dans ce segment, offert en option pour les déclinaisons mieux équipées. La Spark demeure la seule citadine à venir de série avec dix coussins gonflables, un écran tactile de sept pouces, une borne Wi-Fi (sous abonnement) et une intégration Android Auto / Apple CarPlay.

Dire qu’un Rolls-Royce Cullinan de plus de 400 000 $ n’est même pas compatible avec Apple CarPlay…

C’est sa force, à la Spark : l’aubaine. Mais seulement quand ça lui tente, car notre version d’essai, équipée d’une boîte CVT, était garnie de toutes les options qu’offre le catalogue, s’élevant à un prix de détail de plus de 22 885 $. Un non-sens.

Photo: William Clavey

Ni chère ni pénible

La bonne nouvelle, c’est que même si vous vous en tenez à la déclinaison de base, la Spark n’est aucunement laborieuse à conduire. Bien qu’elle ne soit pas rapide ni aussi sportive qu’une Micra, elle est étonnamment stable et silencieuse à haute vitesse, n’ayant aucune difficulté à suivre le trafic, même avec quatre passagers à bord.

De plus, son habitacle est bien assemblé, disposant de matériaux de qualité plus qu’acceptable et d’un beau design compte tenu du prix exigé. Nous reprochons toutefois à ses sièges d’être vraiment trop durs, octroyant très peu de support pour les passagers de plus grande taille.

Le petit moteur, sans surprise, n’offre aucune accélération marquée et n’émet aucun son enivrant, mais grâce au fait qu’il développe son couple de 94 lb-pi à bas régime, il demeure costaud et bien outillé pour les tâches quotidiennes. Il est inutile de le faire crier jusqu’à son limiteur pour faire avancer l’auto, ce qui permet à la Spark de triompher sur ses concurrentes au chapitre du raffinement.

Photo: William Clavey

La boîte CVT travaille bien, mais hésite parfois avant de réagir. Elle effectue somme toute un bon boulot en maximisant la plage de puissance disponible. Nous vous recommandons néanmoins d’opter pour la boîte manuelle, car il sera plus facile et agréable d’exploiter tout ce que la Spark a dans le ventre.

Nous avons également été satisfaits de la consommation d’essence de cette microbagnole. Depuis quelques années, les progrès technologiques ont fait en sorte que les véhicules de gabarit plus imposants – comme les voitures compactes, intermédiaires et certains VUS – affichent des données de consommation d’essence presque identiques à celles des sous-compactes.

De notre côté, en hiver, en conduite mixte ville/route, notre Spark 2019 s’est tenue sous la barre des 7 L/100 km, ce qui est excellent, même pour le créneau. Et n’oublions surtout pas le plein d’essence qui ne nous a coûté que 30 $!

La petite dans un monde de géants

Ce qui nous a le plus charmés de la Spark, c’est sa petite taille. Certes, son habitacle peut s’avérer étroit pour les grandes personnes, surtout à l’arrière, et si l’on ne rabaisse pas la banquette, le coffre est étriqué (314 litres). Mais en tant que voiture urbaine, cette miniaturisation confère à la Spark une maniabilité et une facilité d’utilisation hors du commun. On la sent légère, réactive, prête à bondir et extrêmement amusante à conduire dans le trafic à vive allure. Dans une ville comme Montréal, la Spark est dans son environnement : facile à garer et aucunement encombrante.

Photo: William Clavey

En d’autres mots, si vous vous souciez de votre empreinte écoénergétique et n’êtes pas encore prêt à vous lancer dans les paiements d’une auto électrique, la Spark représente un choix écologique sensé. Elle ne consomme presque pas d’essence, ne prend pas beaucoup d’espace, et ses émissions de gaz à effet de serre figurent parmi les plus faibles de l’industrie.

Et si ce n’est que pour une raison de budget qu’elle a attiré votre regard, sachez que ce n’est pas une mauvaise voiture pour autant. Au contraire, la Chevrolet Spark 2019 vous rappellera qu’une petite auto « pas chère », ce n’est pas seulement bon pour le portefeuille, mais aussi pour votre état d’esprit.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2018Nissan Micra 2018: Oui, mais pas à n’importe quel prix
Le titre de cet essai aurait aussi pu être « En as-tu vraiment besoin ? » Cette question, qui sert de titre au populaire livre de Pierre-Yves McSween, incite à une réflexion sur la surconsommation. Quand on prend le temps d’analyser la situation financière des ménages canadiens, on constate que …
2018Mitsubishi Mirage 2018: La patience est une vertu
Le marché des minivoitures ne représente qu’une mince portion des ventes automobiles au pays, laquelle est concentrée surtout dans les grands centres urbains. En effet, dans les rues étroites et achalandées de ces villes, on apprécie la maniabilité et le gabarit d’une citadine comme la Mitsubishi Mirage. Toutefois, la petite …
EssaisHonda Fit Sport 2018 : pour les sapiophiles
Comme c’est le cas avec les êtres humains, il existe des voitures qui impressionnent, non pas par leur beauté, ni par leurs muscles d’Apollon, mais par leurs multiples talents et leur charme indéniable. Ces voitures sont souvent mal perçues, sous-appréciées et sous-estimées, mais elles démontrent un niveau d’intelligence et d’humilité …
Commentaires