Volkswagen Passat, sortir de l'ombre

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

En procédant au lancement du modèle Passat CC (Comfort Coupe) l’an dernier, Volkswagen a été en mesure de raviver un peu l’intérêt pour sa plus grande voiture, dont la gamme comprend maintenant une familiale, une berline et… une autre berline, qui a cependant le mérite de proposer une silhouette plus attrayante que la première, maintenant anonyme au point de disparaître dans le paysage.

Le modèle CC a beau être élaboré sur la même plateforme que la simple berline, il ne partage aucun panneau de carrosserie avec elle. Côté style, le clivage est tellement marqué entre ces deux versions de la Passat qu’il serait facile de croire que la plus récente déclinaison est l’œuvre d’un autre constructeur. Pourtant, c’est bien l’écusson de la marque de Wolfsburg qui trône au centre de la calandre. Dans l’élaboration de ce modèle, VW a suivi à la lettre la recette précédemment développée par Mercedes-Benz pour son modèle CLS, qui a été présenté comme le premier coupé à quatre portes. Pour Volkswagen, le pari était loin d’être audacieux, puisque l’investissement se limitait à la conception d’une nouvelle carrosserie, mais pas d’une nouvelle architecture, le modèle CC étant en tous points conforme aux autres Passat sur le plan mécanique.

Deux moteurs, deux boîtes et deux rouages

Pour l’année modèle 2010, c’est la continuité en ce qui a trait aux motorisations, les différents modèles de la Passat faisant appel soit au quatre cylindres turbocompressé de 200 chevaux ou au V6, qui en développe 280. La grande nouveauté est l’ajout de la boîte DSG (Direct Shift Gearbox) à double embrayage, qui remplace la boîte automatique à six rapports sur tous les modèles sauf les CC et familiale. Ces derniers sont équipés du rouage intégral 4Motion et ne sont proposés qu’avec l’automatique. Même scénario pour ce qui est de la boîte manuelle à six vitesses, qui continue d’être au programme sur tous les modèles sauf ceux à rouage intégral.

Spacieuse et confortable, la Passat donne cette impression de rigidité et de solidité qui est souvent le propre des voitures allemandes. Pour ce qui est du confort et de la vie à bord, on apprécie au plus haut point l’espace accordé aux passagers, les espaces de rangement dans l’habitacle et le volume du coffre, tout en déplorant le fait que l’habitacle laisse passer un peu trop de bruits de roulement, ce qui affecte défavorablement le confort. Quant au modèle de type familiale, précisons que le volume de chargement atteint les 1010 litres, ce qui est énorme, mais qu’il faut obligatoirement retirer les appuie-tête de la banquette arrière avant de la replier pour obtenir un fond plat. Les suspensions retiennent des calibrations qui permettent de bien sentir la route, peut-être même un peu trop lorsque celle-ci est dégradée. Le comportement routier de la Passat demeure sain même lorsqu’on la conduit rapidement dans une enfilade de virages. Les seuls facteurs limitant sa performance sont sa monte pneumatique d’origine et une tendance marquée pour le sous-virage, ce qui est propre de presque toutes les berlines à traction avant de grande taille. Quant à la direction, précisons qu’elle ne demande que très peu d’efforts, peu importe la vitesse à laquelle on roule.

Encore la fiabilité à long terme

L’an dernier, Volkswagen figurait au 31e rang sur 37 avec 253 problèmes rapportés par tranche de 100 véhicules, selon le sondage J.D. Power mesurant la fiabilité des véhicules après trois années d’usage aux États-Unis. En 2009, le score obtenu par VW lors de ce même sondage est en baisse, puisque la marque s’est classée au 36e rang sur 37 avec 260 problèmes rapportés sur 100 véhicules, ne devançant que Suzuki. Il est important de préciser que cette étude porte sur la fiabilité à long terme des modèles de l’année 2006 et que les résultats ont été compilés à partir des réponses livrées par des propriétaires de véhicules de la marque à l’égard de leur taux de satisfaction au chapitre de la fiabilité. Ce qui nous amène à la question suivante : les propriétaires de VW seraient-ils plus exigeants à l’endroit de leurs véhicules que les propriétaires d’autres marques? Cela pourrait expliquer en partie la piètre performance du constructeur allemand, mais cela n’explique probablement pas tout et VW aurait tout intérêt à suivre la situation de près.

Pour 2011, Volkswagen prévoit l’arrivée d’un nouveau modèle de berline dont les dimensions seront supérieures à celles de l’actuelle Passat, mais dont le prix sera inférieur. Conçue afin de concurrencer directement la Toyota Camry, cette nouvelle VW sera assemblée à l’usine de Chattanooga au Tennessee et sera suivie d’un véhicule multisegment, qui sera lui aussi élaboré sur la base de cette nouvelle plateforme. La stratégie adoptée par Volkswagen pour ces nouveaux modèles ressemblerait à un retour aux sources pour la marque, dans la mesure où ceux-ci mettraient l’accent sur un prix moins élevé, quitte à ne pas proposer autant de raffinement.

Feu Vert

Habitabilité de la familiale
Comportement routier équilibré
Style réussi (modèle CC)
Disponibilité du rouage intégral

Feu Rouge

Fiabilité aléatoire
Quatre places seulement (modèle CC)
Prix des modèles haut de gamme
Insonorisation perfectible

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires