Saturn Aura, l'étoile d'une année

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Dans la relance de Saturn en 2006-2007, GM mettait beaucoup d’espoir dans l’Aura. Et pour une fois, en raison de la qualité du produit, on pouvait vraiment y croire. D’ailleurs, l’Aura a même été nommée voiture nord-américaine de l’année en 2007, une récompense que GM a bien sûr acceptée avec grand bonheur. Le problème, c’est que l’Aura a été suivie l’année suivante par la Chevrolet Malibu, qui a vite fait de condamner l’Aura à grandir dans l’ombre. Sur la scène des berlines intermédiaires, elle n’aura donc été que l’étoile d’une année.  

Il faut dire que Saturn ne s’y est pas pris de la bonne manière en lançant l’Aura. Certes, la couverture médiatique entourant les prix remportés par GM pour ce modèle aura été bénéfique, mais Saturn qui devait la faire connaitre du grand public a encore une fois raté sa campagne publicitaire...

Il n’est donc pas surprenant de constater qu’aujourd’hui, la plus jeune division de GM soit en si mauvaise posture. Parce qu’on a beau avoir de bons produits et un service après-vente irréprochable, encore faut-il que la clientèle soit à la fois informée de l’existence des produits et incitée à s’en approcher. Et le problème, c’est que le public croit toujours que Saturn n’est qu’une division de voitures bon marché. Aurait-on étiré l’ION trop longtemps ?

Toujours est-il qu’en 2010, l’avenir de Saturn est plus qu’incertain. Et ça, ça n’a rien pour attirer la faveur des acheteurs qui déjà, sont peu nombreux à franchir les portes des concessionnaires de la marque. Quelles seraient donc les raisons qui justifieraient l’achat d’une Saturn Aura ?

Alternative à la Malibu…

Franchement, elles sont nombreuses, à commencer par la qualité du produit. Mais comme on retrouve aussi chez GM une voiture du nom de Chevrolet Malibu qui, en dépit de son apparence esthétique, est identique à l’Aura, l’option Saturn devient moins convaincante. Car Chevrolet est là pour rester, et la Malibu aussi. Ceci étant dit, l’existence de la Malibu n’enlève rien aux qualités de l’Aura. Et il ne s’agit bien sûr que d’une question de goût, mais j’ai personnellement toujours préféré la ligne de l’Aura, plus élégante et probablement plus intemporelle.

À l’intérieur, la présentation est un brin plus sobre que chez Chevrolet, notamment au niveau de la planche de bord. La disposition des divers éléments est sans reproche, la qualité des matériaux est honnête et l’espace attribué aux occupants est fort généreux. Seules déceptions, l’assemblage est encore inégal par endroits et le coffre, en raison de sa faible ouverture, est difficilement exploitable. 

Côté équipement, Saturn nous propose une gamme presque aussi étendue que chez Chevrolet, avec un choix de quatre versions. Le modèle de base XE est livré avec un équipement passablement complet comprenant un groupe électrique et bien sûr, le système de communication OnStar. Il faut cependant se tourner du côté de la version XR pour bénéficier de la superbe sellerie en cuir marocain, de la climatisation automatique ou encore du toit ouvrant.

XR-4, un choix sensé

Les plus fervents passionnés automobiles se souviendront peut-être que l’appellation XR-4 a été utilisée il y a vingt-cinq ans par la défunte division Merkur (XR4Ti). Mais il n’y a bien sûr aucun lien entre ces deux modèles, hormis le fait que dans les deux cas, le chiffre 4 signifiait le nombre de cylindres du moteur. Donc oui, l’Aura est depuis peu offerte avec un moteur quatre cylindres, le même qui est aussi niché dans la Malibu. Jumelée à une boîte automatique à six rapports, cette motorisation permet à l’Aura de fournir des performances honnêtes pour une économie de carburant considérable. Sinon, l’autre option valable demeure la version XR-6, qui propose un V6 de 3,6 litres dont la souplesse et les performances sont étonnantes. Le tout au prix d’une consommation passablement plus élevée, mais comme on dit, ça fait partie de la game !

Sur le plan du comportement, on apprécie toujours la parfaite calibration des suspensions et la rigidité du châssis qui permettent d’obtenir une tenue de route saine et un excellent confort. Toutefois, la direction est plutôt lente à réagir et transmet au conducteur une impression d’élasticité plus ou moins agréable. Et c’est encore pire sur la version hybride qui, de toute façon, est à déconseiller. Car la technologie hybride et la boîte automatique de cette voiture sont si peu évoluées que vous ne consommerez guère moins qu’avec la version ordinaire à moteur quatre cylindres. 

Évidemment, je ne vous cacherai pas que l’avenir du réputé service après-vente est grandement menacé en raison de la possible élimination de la marque Saturn. Comme avec les produits Pontiac, GM pourrait donc vous surprendre en proposant d’importants incitatifs à l’achat. Et sachez que votre Aura pourra par la suite être entretenue chez n’importe quel concessionnaire Chevrolet.

Feu vert

Voiture très élégante
Motorisations intéressantes (sauf hybride)
Qualité générale surprenante
Très bon comportement routier
Performance relevée (XR-6)

Feu rouge

Avenir de la marque Saturn
Coffre difficilement exploitable
Direction désagréable
Version hybride à proscrire
Dans l’ombre de la Malibu

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

RappelsGM rappelle d’autres Saturn: on Aura tout vu!
Avez-vous déjà été victime d’un véhicule cherchant à s’enfuir : vous le stationnez dans une pente, et il essaie de regagner sa liberté en descendant? Si vous êtes propriétaire d’une Saturn Aura 2007-2008 équipée d’une transmission automatique à quatre rapports, sachez que ce problème est causé par un câble de …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires