Volkswagen Beetle 2019 : dernier tour de piste

Points forts
  • Modèle de collection en devenir
  • Excellente visibilité vers l'extérieur
  • Version décapotable réussie
Points faibles
  • Édition Wolfsburg pas très inventive
  • Pas de boîte manuelle
  • Espace de rangement limité
Évaluation complète

C’est avec elle que tout a commencé. Sans la Beetle, il n’y aurait jamais eu de Volkswagen. Et voilà que plus de 70 ans après ses débuts, l’iconique Coccinelle s’apprête à tirer sa révérence.

Eh oui, l’année-modèle 2019 marquera la dernière année d’une longue et brillante carrière pour la Beetle.

Commercialisée juste après la Guerre, en 1945, la Beetle originale fut construite jusqu’en 2003. Oui, 2003! Volks a arrêté de la vendre bien avant ça au Canada, mais d’autres marchés à travers le monde y ont eu droit beaucoup plus longtemps.

Chez nous, Volks a gâté les nostalgiques en 1998 avec sa New Beetle, rebaptisée simplement Beetle en 2012. Tout ça pour dire que depuis 1945, il n’y a pas eu une année où la fameuse Coccinelle n’était pas en production.

Fallait bien que la séquence se termine un jour.

Là où tout a commencé

Avant de dire adieu au modèle le plus important de son histoire, Volkswagen a tenu à concocter une dernière édition spéciale. Et pour la baptiser, on a choisi de faire un clin d’œil à l’endroit où tout a commencé : Wolfsburg. C’est là qu’est née la Coccinelle, et c’est là qu’elle fut construite jusqu’en 1978, avant de déménager sa production au Mexique.

On vous le dit tout de suite, Volks ne réinventera pas la roue cette année. Les différences entre cette édition Wolfsburg et la Beetle « ordinaire » qu’on nous sert depuis des années sont franchement timides.

En fait, la Wolfsburg n’est grosso modo qu’une Beetle bien équipée. Pour une facture de 24 475 $ en version coupé et de 28 475 $ pour la décapotable, on vous offre de série le système de navigation par satellite, l’accès sans clé avec démarrage par bouton-poussoir, des sièges chauffants, un toit ouvrant et des détecteurs d’angles morts. Rien de bien révolutionnaire, vous en conviendrez.

Photo: Volkswagen

Volks se reprend avec l’intégration de deux couleurs uniques à cette version, le beige « Safari Uni » et le bleu clair « Stonewashed Blue ». Un beau clin d’œil à l’« édition ultime » de la première génération de la Beetle, qui n’était disponible qu’avec ces deux couleurs lors de sa sortie de l’usine en 2003.

Un ensemble Style Package offert en option rehausse le design d’un cran avec des phares et des feux à DEL, de superbes sièges en cuir à motifs de losanges et des roues en alliage de 18 pouces au lieu de ceux de 17 pouces qui équipent la version de base.

Parlant des roues, Volkswagen a malheureusement manqué le bateau avec l’édition Wolfsburg. Les roues de 18 pouces sont trop grosses et leur modernisme ne rend tout simplement pas hommage à la longue carrière de la Coccinelle.

Pourquoi ne pas avoir utilisé les roues au design rétro qui étaient pourtant disponibles avec la Beetle Coast 2018?

Photo: Volkswagen

Sur la route

Sous le capot, Volkswagen ne s’est encore une fois pas trop cassé la tête avec cette édition Wolfsburg. On reprend exactement les mêmes composantes mécaniques qui équipaient déjà les autres versions de la Beetle.

On se retrouve ainsi entre les mains d’un bolide de 174 chevaux et de 184 livres-pied, gracieuseté d’un moteur turbocompressé de 2,0 litres. Sans être une grande sportive, la Beetle se défend bien sur la route et propose une direction précise qui la rend plutôt amusante à manœuvrer.

Son format arrondi et ses grands espaces vitrés se traduisent par une excellente visibilité qu’on apprécie sur la route. Cela dit, on l’aimerait encore davantage si elle était encore offerte avec une boîte manuelle. Celle-ci a été abandonnée l’année dernière et Volkswagen n’a malheureusement pas cru bon de la ramener dans le décor pour cette ultime édition. Une autre belle occasion ratée.

Reste qu’avec les badges Wolfsburg qu’on a placés sur ses ailes avant, cette dernière Coccinelle a déjà sa place dans le grand livre de l’Histoire automobile.

Ce n’est qu’un au revoir?

La Beetle n’a plus le succès de ses beaux jours, mais on se souviendra d’elle comme d’un véritable coup de circuit pour Volkswagen au Canada.

Volks a tout de même réussi à en écouler quelque 58 000 unités depuis son retour en 1998. La première Coccinelle, elle, a fait le bonheur de 487 863 propriétaires au pays entre 1952 et 1979!

Certes, les ventes ont ralenti, mais l’aura autour de la Beetle reste le même. Elle fait sourire au premier coup d’œil. Et si Volks lui fait ses adieux pour le moment, n’allez pas croire que c’est nécessairement pour de bon.

Il ne serait pas surprenant de voir le constructeur revenir en force d’ici quelques années avec une nouvelle génération de véhicule qui reprendrait le nom et la signature visuelle de la Coccinelle. Un modèle entièrement électrique, peut-être?

Dans cette industrie, il ne fait jamais dire jamais.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surOn s’en va dire adieu à la Volkswagen Beetle
Après une longue deuxième carrière qui aura duré un peu plus de 20 ans, la Volkswagen Beetle est finalement au bord de la retraite. Pour lui faire l’adieu qu’elle mérite, l’équipe du Guide de l’auto est en direction de Puebla, au Mexique, là même où la Beetle est construite. En …
ActualitéVolkswagen Beetle : fin de la production en 2019
La toute dernière incarnation de la mythique Volkswagen Beetle sera fabriquée jusqu’en juillet 2019, avant de tirer sa révérence après plus de sept décennies qui ont marqué l’histoire de l’automobile. « La perte de la Coccinelle après trois générations et sur près de sept décennies devrait provoquer toute une palette …
Commentaires