Toyota TRD Pro : ici pour rester

FRENCH RIVER, Ontario – En 2016, Toyota lança une nouvelle gamme hors route pour ses camions. Elle se nommait TRD Pro et avait été développée dans l’optique de satisfaire les demandes des consommateurs en matière de véhicules hors route, un segment qui a explosé depuis l’apparition du Ford F-150 Raptor. Cette gamme affectait principalement les camionnettes Tacoma et Tundra, ainsi que le VUS intermédiaire 4Runner, qui se voyaient équipées d’accessoires renforcis, leur permettant de mieux affronter les terrains battus.

Pour Toyota, la gamme TRD Pro était à prime à bord un projet pilote, et on ignorait si ça allait durer. Nous voici en 2019, et le constructeur enregistre des chiffres de vente à la hausse pour ses camions, et ce, dans toutes les déclinaisons. De plus, les versions TRD Pro commercialisées en 2018 sont déjà vendues avant même que l’année soit terminée! La décision est donc prise chez Toyota : la gamme TRD Pro doit rester!

Le Tundra est de retour!

La grande nouvelle pour 2019, c’est le retour du Tundra TRD Pro, qui avait pris une pause l’an dernier. Mécaniquement, il ne change pas, et le camion demi-tonne de Toyota commence à se faire vieux... Il est prêt pour une refonte majeure. Un nouveau Tundra arrivera-t-il en 2020? Toyota n’a pas voulu se prononcer à ce sujet.

Le seul moteur offert demeure le V8 i-Force de 5,7 litres d’une puissance de 381 chevaux et un couple de 401 lb-pi. Une boîte automatique à six rapports vient compléter le tout. Celle-ci se fait largement dépasser sur le plan de la sophistication par celle du Ford F-150, des Chevrolet Silverado 1500 / GMC Sierra 1500 et du Ram 1500.

Esthétiquement, le Tundra TRD Pro 2019 se distingue par son capot arborant une seconde entrée d’air (non fonctionnelle), un tuyau d’échappement à haute performance noirci, de nouvelles jantes – également noircies –, des phares à DEL ainsi que des phares antibrouillards Rigid Industries.

Comme le reste de la gamme TRD Pro, le Tundra reçoit des plaques de protection avant et arrière et un réservoir à essence plus volumineux. La suspension incorpore maintenant des amortisseurs de marque Fox avec réservoir externe, en plus des ressorts TRD. Le Toyota Tundra TRD Pro 2019 se détaille à un prix de départ de 61 530 $ avant les frais de transport et de préparation.

Voodoo!

Fidèle à la gamme, qui présente une nouvelle couleur à chaque année-modèle, on introduit pour 2019 le « bleu Voodoo ». Les ressorts Fox à réservoir externe font également apparition sur les Tacoma et 4Runner TRD Pro. Le Tacoma reçoit une nouvelle entrée d’air de type snorkel, lui permettant de mieux respirer dans les dunes. Le 4Runner TRD Pro, quant à lui, reçoit, de série, un support de toit multifonction.

Comme pour leur grand frère, leur mécanique ne change pas. Le Tacoma TRD Pro est donc propulsé par le même V6 de 3,5 litres d’une puissance de 278 chevaux et un couple de 265 lb-pi. Il est possible de l’équiper soit d’une boîte automatique, soit d’une manuelle à six rapports. Pour 2019, le 4Runner conserve le V6 de 4,0 litres produisant 270 chevaux et un couple de 278 lb-pi. La seule boîte de vitesses offerte demeure une automatique très rudimentaire à cinq rapports.

Le Toyota Tacoma se vend à partir de 56 435 $, tandis que le 4Runner TRD Pro coûte 56 580 $, avant les frais de transport et préparation.

Allons jouer dans la bouette!

Toyota Canada nous avait préparé un parcours hors route bouetteux dans la région de French River, en Ontario, juste au nord du lac Huron. Le constructeur avait également invité Yamaha, qui avait apporté une flotte de véhicules récréatifs afin que l’on puisse vivre l’aventure TRD Pro de la même manière que le propriétaire d’un tel véhicule.

Selon Toyota, il est fréquent de voir les clients de ses camionnettes remorquer des véhicules récréatifs. Et étant donné que le constructeur à une relation de longue date avec Yamaha, qui a participé à la conception de certains moteurs Toyota comme celui de la Lexus LFA et de la Toyota Celica GT-S, entre autres, il n’était que logique de faire affaire avec lui pour le programme.

Le circuit était composé d’inclinaisons abruptes, de trous, de billots de bois et de descentes escarpées, nous permettant de mettre à l’essai les différents modes de conduite hors route dont disposent le Tacoma et le 4Runner. Entre autres, on y retrouve le système Crawl Control, une espèce de régulateur de vitesse conçu pour le hors route qui permet au véhicule de franchir des obstacles, descendre une butte, ou de se sortir de la boue sans avoir besoin de toucher à l’accélérateur ni aux freins!

C’est un système efficace, mais qui s’avère extrêmement bruyant étant donné qu’il se sert souvent du système de freins antiblocage pour maintenir sa vitesse de croisière. Le son donne l’impression que tout est en train de casser dans le camion… mais les gens de Toyota nous assurent que c’est normal.

En toute honnêteté, on a reproché à Toyota de nous avoir soumis à un terrain beaucoup trop simple pour les bienfaits de la cause! Plusieurs d’entre nous étaient d’avis que ces véhicules pouvaient en faire plus, on avait l’impression que les camions étaient au repos tellement les obstacles étaient faciles. Après tout, ils sont conçus pour le hors route « extrême », et avec des concurrents comme Jeep qui teste ses machines sur le sentier Rubicon, il serait bon de voir Toyota oser en faire autant avec ses camions soi-disant indestructibles...

Néanmoins, l’expérience, qui s’est suivie par une balade en tout-terrain Yamaha, nous a tout de même permis de révéler la dynamique hors route de chaque véhicule. C’est le Tacoma qui est de loin le plus agile du lot : léger, maniable et même sportif si poussé à fond sur les sentiers battus. Le 4Runner demeure un véhicule stable. Bien que rudimentaire par sa conception conservatrice, on le sent robuste, bien ancré au sol, n’ayant aucune difficulté à grimper lorsqu’exigé.

Le Tundra, quant à lui, s’est montré un peu plus maladroit. Il est gros, lourd et long. Pas idéal en hors route, il s’enlisait facilement dans la boue. Le fait qu’il soit dépourvu des mêmes technologies que ses confrères fait en sorte qu’on doive le maîtriser via les bonnes vieilles pédales de frein et de gaz.

Certains préfèrent ça comme ça, nous aussi d’ailleurs. Mais on peut en faire autant avec le Tacoma et le 4Runner, en général mieux outillés pour affronter mère Nature, même sans le Crawl Control.

Cela étant dit, les véhicules Toyota TRD Pro, bien que rudimentaires et dispendieux, dégagent un charisme indéniable, nous donnant l’envie de partir loin à l’aventure dès que l’on prend le volant. Et la nouvelle suspension Fox augmente la douceur de roulement autant sur la route que dans les sentiers.

Avec des cotes de fiabilité et de valeur de revente dans le tapis, sans oublier sa popularité monstre auprès des consommateurs, on comprend Toyota de continuer de vendre la gamme TRD Pro presque inchangée pour 2019. Maintenant, il est temps que le constructeur ose un peu en organisant un programme hors route de haut calibre afin de mieux tester sa gamme aventurière!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2018Toyota Tacoma 2018: Monsieur Robuste
Peu importe dans quelle région l’on se trouve, au Canada ou aux États-Unis, les camionnettes jouissent d’une popularité inouïe. Chez Ford, GM et FCA, ces véhicules représentent le pain et le beurre, alors que chez d’autres constructeurs comme Toyota, Honda et Nissan, elles sont des compléments à une gamme étoffée …
Premiers contactsMercedes-Benz Classe G 2019 : le respect des traditions
Comment est-ce qu’un véhicule-outil a-t-il pu se transformer en carte de mode? Comment se fait-il que certains facteurs de cet utilitaire, qui seraient aujourd’hui inacceptables sur la moindre Toyota Corolla, fassent ici partie du charme? Et surtout, comment expliquer que l’on se batte toujours aux portes des concessionnaires pour l’acheter, …
EssaisToyota Highlander hybride 2018 : le précurseur
En Amérique du Nord, le segment des VUS intermédiaires à trois rangées de sièges a sonné les cloches des fourgonnettes, après que ces dernières aient éliminé les grandes familiales qui dominaient jadis la route durant la période des vacances en famille. Ces VUS offrent de la place pour passagers, ou …
Événements spéciauxOn a conduit des Jeep dans la vallée de feu!
VALLEY OF FIRE (Nevada) – C’est ce que l’on appelle du marketing de première classe. FCA présente, en grande primeur mondiale, un monstre à essence de 1 000 chevaux au SEMA 2018. Nommé le Hellephant , il vole la vedette par sa prestance et sa sonorité incontournables. Bizarrement, en plein …
Commentaires