Nissan Altima 2019: enfin un moyen de se distinguer

Points forts
  • Enfin le rouage intégral
  • Consommation d’essence raisonnable
  • Fort désir de faire revivre le segment des berlines intermédiaires
Points faibles
  • Léger manque de puissance
  • Absence du moteur turbocompressé à compression variable au Canada
  • Boîte automatique à variation continue rend le moteur quelque peu bruyant
Évaluation complète

Tanné de constater que l’Altima se vend de moins en moins depuis plusieurs années déjà au Canada, Nissan a pris le taureau par les cornes. Non seulement l’année 2019 marque l’arrivée de la sixième génération du modèle, mais elle est aussi synonyme de l’arrivée du rouage intégral pour cette berline intermédiaire.

Enfin une concurrente à la Subaru Legacy!

Dans le segment des berlines intermédiaires, rares sont celles qui offrent les quatre roues motrices. En fait, il n’y en a qu’une : la Subaru Legacy. Désormais, elle ne sera plus seule, puisque la nouvelle Altima tentera de lui soutirer quelques acheteurs. Ah, il y a également la Ford Fusion, mais comme sa mort est imminente, laissons-la de côté!

Hélas, le lancement de cette nouvelle génération du modèle a eu lieu en Californie. Il est inutile de préciser qu’il s’agissait sans doute du pire endroit pour mettre à l’essai un système à quatre roues motrices. Nous avons déjà hâte – en fait, presque – que les premiers flocons tombent sur le Québec afin d’opposer l’Altima à la Legacy et ainsi de présenter une évaluation plus réaliste et pertinente.

Sous le capot

Ça ne pourrait être plus simple. Pour le marché canadien, il n’y a qu’une seule motorisation. Il s’agit d’un bloc à quatre cylindres de 2,5 L. Celui-ci développe une puissance de 182 chevaux ainsi qu’un couple de 178 livres-pied. Il est jumelé à une boîte automatique à variation continue (CVT) qui rend le moteur bruyant – comme c’est malheureusement souvent le cas – lorsqu’il est moindrement sollicité. Force est d’admettre que la Nissan Altima 2019 n’est pas une fusée, mais on vit bien avec ce fait étant donné qu’il ne s’agit pas de l’objectif visé, loin de là.

Bien qu’il ne s’en serait probablement vendu qu’une poignée, on a quand même versé une larme en apprenant que le fameux moteur turbocompressé à compression variable ne traversera pas la frontière. Ses 248 chevaux et son couple de 273 livres-pied qu’il développe nous émoustillaient.

Toujours à titre de comparaison, notons que le moteur à plat de 2,5 L de la Legacy génère 175 chevaux et 174 livres-pied.

Qu’en est-il de la consommation?

Ressources naturelles Canada n’a pas encore publié les cotes de consommation de la nouvelle Altima. En revanche, du côté de Nissan, on affirme qu’en conduite combinée, elle consommera 7,9 L/100 km dans ses versions S et SV. À titre indicatif, en 2018, cette berline affichait une cote de 7,6 L alors que seules les roues avant étaient motrices.

En ce qui concerne la Legacy, elle se classe derrière l’Altima. En effet, en conduite combinée, elle enregistre une consommation de 8,2 L/100 km.

Trois modèles qui se pilent sur les pieds

Alors que les VUS sont plus populaires que jamais – j’ai l’impression d’écrire ceci dans chacun de mes essais routiers, et ce, peu importe la catégorie de véhicule –, on cafouille lorsque vient le temps d’élaborer une stratégie pour les différentes berlines dont les ventes dégringolent.

Entre une Altima haut de gamme et une Maxima d’entrée de gamme, il n’y a qu’un maigre écart de 2 000 $. La première doit se contenter d’un moteur à quatre cylindres et du rouage intégral tandis que la seconde est dotée d’un V6, mais il faudra vivre avec ses roues motrices avant.

Mais ce n’est pas tout. Il ne faut pas négliger la Q50 d’Infiniti qui fait partie de la même grande famille. Vendue à partir de moins de 40 000 $, elle joue dans les plates-bandes de ses deux cousines.

Y aurait-il une joueuse de trop sur le terrain? Une chose est sûre, je ne tomberais pas en bas de ma chaise si j’apprenais que la Maxima tirerait bientôt sa révérence.

Et pourquoi pas une version vraiment abordable?

Par « abordable », je veux dire « vraiment abordable ». Chez Nissan, on joue très fort du coude quand vient le temps de parler de prix. Après tout, c’est ce constructeur qui propose la voiture et le VUS les moins chers du marché, soit la Micra et le Kicks. Alors, pourquoi ne pas tenter une offensive similaire avec les berlines intermédiaires?

Certes, on ne lèvera jamais le nez sur une Altima à quatre roues motrices. Cela dit, ce n’est pas tout le monde qui en a besoin. La preuve, il a fallu plus de 25 ans à Nissan avant de se réveiller et de l’offrir. Bref, tout ça pour dire qu’il pourrait être à la fois avantageux pour Nissan et le consommateur de proposer une Altima à roues motrices avant avec un prix alléchant qui se situerait sous la barre des 25 000 $.

Le coffre de l’Altima peut loger jusqu’à 436 litres. Ce volume est tout à fait respectable, considérant que la Legacy peut accueillir jusqu’à 425 litres dans sa valise.

En bref

Dire que l’ancienne Altima était insipide serait un euphémisme. Bien qu’elle ne se distingue pas par un style à couper le souffle ou par un comportement routier transcendant, elle peut compter sur un solide atout pour l’année 2019 : son rouage intégral. Il sera intéressant de constater si cette caractéristique sera suffisante à l’Altima pour que son nombre d’adeptes cesse de diminuer.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surNissan Altima 2019 : rouage intégral de série au Canada
Au moment d’écrire ces quelques lignes, nous nous apprêtons à conduire la Nissan Altima 2019. Pour assurer le passage de la cinquième à la sixième génération de cette berline intermédiaire, Nissan a sorti tambours et trompettes. En effet, pour le marché canadien, le constructeur japonais équipera toutes les déclinaisons de …
New YorkVoici la toute nouvelle Nissan Altima 2019!
NEW YORK – Les consommateurs se penchent peut-être vers les VUS, mais la bonne vieille berline intermédiaire n’est pas prête à laisser sa place! On en a eu la preuve avec les refontes récentes de la Honda Accord et de la Toyota Camry, deux bagnoles populaires qui, depuis leur métamorphose …
Los AngelesNissan Maxima 2019 : encore plus stylisée
Dans le contexte actuel, on s’interroge fortement sur le futur d’une voiture telle que la Maxima. Pas qu’elle est dénuée d’intérêt, mais simplement car elle se situe au cœur d’un créneau très tourmenté. Elle est d’ailleurs loin d’être le fer de lance de la marque, se situant toujours dans une …
DetroitNissan IMs concept : une berline électrique de 483 chevaux
Au Salon de Detroit , on s’attendait à voir des véhicules électriques, des VUS, d’autres VUS et peut-être même des camionnettes. Mais pas une berline. Surtout pas une berline Nissan entièrement électrique! Bon, il s’agit, bien entendu, d’un concept. Nous ne croyons pas que ses sièges pivotants se rendront dans …
guideauto.tvEn studio : la Nissan Altima reçoit un rouage intégral
Alors que les ventes de berlines intermédiaires sont en chute libre au profit des utilitaires sport, plusieurs personnes se questionnent sur l’avenir de ce segment. La Nissan Altima , par exemple, a vu ses ventes réduites au quart entre 2008 et 2018! Le manufacturier tente donc le tout pour le …
Pleins feux surCette semaine, on conduit une Nissan Altima… avec des chenilles
On ne pourra pas reprocher à Nissan de manquer d’imagination. À l’ouverture du dernier Salon de l’auto de Montréal, en janvier dernier, le constructeur a pris tout le monde par surprise en présentant une Altima chaussée de gigantesques chenilles! Réalisée en partenariat avec l’entreprise québécoise Motorsports in Action, l’Altima-te AWD …
Premiers contactsNissan Altima-te AWD : juste parce que
Pourquoi une entreprise comme Nissan paierait-elle des milliers de dollars pour faire transformer une berline en véhicule à chenilles qu’elle ne vendra jamais? Et pourquoi pas? Dans le but de faire la promotion de sa nouvelle Altima à quatre roues motrices , Nissan Canada a mandaté l’entreprise québécoise Motorsports in …
Commentaires