Ford Expedition MAX 2018 : plus gros que gros

Points forts
  • Moteur puissant et raffiné
  • Capacité de remorquage imbattable
  • De l’espace intérieur en masse (surtout dans le MAX)
Points faibles
  • Système de divertissement aux places arrière trop complexe
  • Fiabilité à long terme du moteur EcoBoost toujours à prouver
  • Bonne chance pour trouver un stationnement en ville
Évaluation complète

À notre époque de familles recomposées, un véhicule capable de transporter plus que deux ou trois enfants est un incontournable. Surtout lorsque lesdits enfants – ou adolescents – ont besoin chacun de leur espace.

Évidemment, une fourgonnette constitue le choix le plus logique et rationnel. Un VUS intermédiaire à trois rangées de sièges s’avère également une option. Mais si la famille exige de l’espace et veut remorquer une roulette de camping ou un bateau? C’est une tâche pour un VUS pleine grandeur.

C’est là que le Ford Expedition devient intéressant. Il est spacieux, bien équipé et peut remorquer à peu près tout ce dont les familles recomposées ont besoin. L’Expedition MAX, celui qu’on a récemment mis à l’essai, est encore mieux si l’on prévoit amener Frisou le labradoodle en voyage avec nous.

Le Ford Expedition 2018 peut asseoir jusqu’à huit passagers, mais ma famille recomposée comprenant trois adolescents a voyagé dans un confort absolu lors de nos vacances estivales. Pas de frottage d’épaules, pas de chicanes pour de l’espace ou des ports USB, donc pas de cheveux gris pour les parents assis à l’avant. Il y a tellement d’espace dans l’Expedition MAX que chacun dispose de son propre code postal dans le véhicule! On exagère à peine.

Le design intérieur et la qualité de finition ont pris un sérieux de coup de barre par rapport à ceux de la génération précédente de l’Expedition, même si ce n’est pas aussi chic dans le Ford que dans son cousin, le Lincoln Navigator. La disposition des commandes est logique et facile d’utilisation, alors que le système multimédia SYNC 3 profite d’une interface tactile épurée. Une borne Wi-Fi intégrée est disponible afin que tous puissent brancher leurs appareils sur Internet, mais un forfait de données est en sus. Les passagers de la deuxième rangée obtiennent leurs propres réglages de climatisation dans la version Platinum essayée, ainsi que des sièges chauffants, un port USB et une prise de courant de 120 volts.

Photo: Michel Deslauriers

Par contre, le système de divertissement optionnel aux places arrière tente d’être moderne et multifonctionnel, mais faillit à la tâche. Écouter un film sur DVD n’est pas très difficile à préparer, et l’on retrouve des ports USB et HDMI pour brancher divers appareils sur les écrans, mais les fonctions de jumelage en Wi-Fi pour regarder des vidéos à l’écran sont trop compliquées ou ne fonctionnent pas correctement. En somme, les jeunes enfants risquent de ne pas être en mesure d’utiliser le système eux-mêmes.

L’espace de chargement figure parmi les plus volumineux dans le segment des VUS pleine grandeur, avec le Toyota Sequoia, et surpassant celui des Nissan Armada, Chevrolet Tahoe et GMC Yukon. L’Expedition MAX arrive nez à nez avec les Chevrolet Surburban et GMC Yukon XL en matière d’espace de chargement maximal. Malgré son gabarit imposant, pas toujours facile à gérer dans le stationnement du centre commercial, il arrive à peine à battre la polyvalence d’une fourgonnette.

L’Expedition est équipé du V6 biturbo EcoBoost de 3,5 litres de Ford, développant ici 375 chevaux ainsi qu’un couple de 470 livres-pied dans les versions XLT et Limited, 400 chevaux et 480 livres-pied dans l’édition Platinum. Il est géré par une boîte automatique à 10 rapports qui fonctionne en douceur tout en réduisant la consommation de carburant, et le système à quatre roues motrices vient de série au Canada. Le moteur EcoBoost n’éprouve aucune difficulté à déplacer les quelque 2 550 kilogrammes (2 630 pour le MAX) avec aplomb, et sa sonorité à plein régime n’est pas piquée des vers non plus. Il enregistre une consommation mixte ville/route de 12,4 L/100 km dans l’Expedition et de 13,2 dans l’Expedition MAX. Lors de notre voyage en famille, nous avons enregistré une moyenne de 13,0 L/100 km en utilisant l’essence ordinaire, et son autonomie est quand même élevée grâce au réservoir de 113,5 litres de la version MAX.

Équipé de l’ensemble remorquage maximal coûtant 1 400 $, le Ford Expedition 2018 peut tirer jusqu’à 4 173 kilogrammes (9 200 livres), alors que le MAX plus lourd affiche une capacité de 4 082 kg (9 000 lb). Aucun autre VUS pleine grandeur ne peut faire mieux, malgré les motorisations V8 chez la concurrence.

Photo: Michel Deslauriers

Beaucoup de caractéristiques sont disponibles dans l’Expedition – surtout dans la version Platinum – qui lui donnent une touche de luxe sans aller dans l’excès. Des marchepieds rétractables, des jantes en alliage de 22 pouces, un toit ouvrant panoramique, des sièges de troisième rangée à rabattage électrique, une sellerie en cuir, des sièges chauffants et ventilés avec fonction de massage à l’avant ainsi qu’un bataillon de technologies d’assistance à la conduite peuvent tous être ajoutés à ce VUS.

Le Ford Expedition 2018 se détaille à partir de 60 149 $ avant les frais de transport et de préparation, pour une version XLT à empattement court. Notre version MAX Platinum à l’essai frise plutôt les 90 000 $. Ses concurrents sont offerts à des prix similaires, alors il n’y a pas d’avantages ou de désavantages à ce chapitre.

En ce moment, l’Expedition est le meilleur VUS pleine grandeur sur le marché. Il est moderne et propose une qualité de roulement étonnante, c’est le moins énergivore du lot et il profite de la plus grande capacité de remorquage. Pour les familles recomposées, c’est l’ultime véhicule qui ne porte pas l’écusson d’une marque de luxe.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisFord F-150 Power Stroke diesel 2018 : le roi du remorquage
Chaque année, Ford améliore, peaufine et raffine sa camionnette pleine grandeur. Principale source de revenus du constructeur, le F-150 s’adapte donc aux tendances du marché, très souvent en traçant la voie. Or, il en va autrement en ce qui concerne l’arrivée pour 2018 du V6 turbodiesel Power Stroke, puisque Ford …
Commentaires