Pourquoi vérifier l’état des freins de son véhicule annuellement?

Contrairement à la voiture des Pierrafeu, la vôtre a besoin d’un système de freinage pour ralentir. Il est donc préférable de prévoir le coup si un remplacement ou un entretien des freins est nécessaire. Des travaux comme une permutation des pneus ou un simple changement d’huile s’avèrent un moment propice pour une inspection des freins.

Un technicien aguerri portera toujours un regard sur l’état de vos freins quand il effectuera un changement de pneus semestriel, que ce soit au printemps ou à l’automne. L’usure des plaquettes, bien entendu, est l’un des éléments qui sautent aux yeux lorsque l’on retire la roue, mais il y a plus. Par exemple, un système de freinage à tambour arrière exige un ajustement périodique afin de maintenir un freinage optimal. D’autant plus qu’une simple inspection visuelle ne permet pas de confirmer si certains composants sont saisis par la corrosion. C’est pourquoi une inspection complète du système de freinage est recommandée, en général, sur une base annuelle.

Photo: Laurent St-Onge

Lors d’un changement de pneus, demandez au conseiller technique de votre atelier de réparation s’il est possible de vérifier, comme il se doit, l’état des freins. Cela pourrait vous éviter plusieurs tracas à long terme. Par contre, si vous êtes assez débrouillard pour remplacer vos pneus vous-même, prendre le temps d’inspecter le système de freinage de votre véhicule s’avère tout à fait logique si vous êtes correctement outillé.

En premier lieu, on se doit de connaître à quel genre de système on a affaire. Les connaisseurs sauront différencier un étrier flottant à simple piston d’un étrier fixe à quatre ou six pistons. La méthode de dépose peut, en effet, varier passablement. Différentes précautions sont de mise. Sur certains véhicules hybrides, le simple fait de mettre le contact peut actionner les accumulateurs du système hydraulique et faire complètement sortir le piston de l’étrier si ce dernier n’était pas en place, et purger ensuite un tel système n’est pas l’expérience la plus agréable que vous vivrez… De plus, les systèmes incorporant un frein de stationnement électrique demandent aussi une attention particulière. En cas de doute, un rapide coup de fil à votre atelier de réparation pourrait vous éviter quelques soucis.

Avant même de vous salir les mains, un essai routier s’impose afin d’avoir une bonne idée de l’état de vos freins. Surveillez les vibrations dans la pédale et dans le volant lors des freinages ainsi que les bruits suspects. Une fois ces informations collectées, un diagnostic d’anomalie ou d’usure excessive du système n’en sera que plus facile. Par exemple, un disque voilé produira une pulsation dans la pédale de frein lorsqu’elle est sollicitée. Encore une fois, une banale inspection visuelle ne permet pas toujours de déceler ce genre de problème.

Le niveau dans le réservoir de liquide de frein donnera une bonne idée de départ quant à l’usure des freins, étant donné que celui-ci diminue au fur et à mesure que les plaquettes se dégradent. Si aucune fuite ou autre anomalie n’est présente, le niveau devrait se situer entre les marques minimum et maximum. Il n’est pas obligatoire d’ajouter du liquide à moins d’avoir à purger le système. Par ailleurs, une pédale de frein spongieuse ou anormalement longue peut être causée par du liquide de frein contaminé ou par la présence d’air dans le système.

Photo: Laurent St-Onge

La plupart des voitures disposent d’étriers flottants à l’avant et ceux-ci s’avèrent plutôt faciles à retirer. Généralement, dévisser les deux boulons qui retiennent les glissières est nécessaire. Ensuite, il va de soi de vérifier l’usure des plaquettes ainsi que le mouvement libre de celles-ci. À l’état neuf, elles mesureront entre dix et douze millimètres en moyenne. Habituellement, il est recommandé de les remplacer dès que leur garniture atteint moins de 25% de son épaisseur d’origine. Lors d’un remplacement des plaquettes, il faudra remplacer ou machiner les disques en plus de nettoyer et lubrifier certains composants. Une usure inégale entre les plaquettes signifie généralement qu’il y a restriction quelque part. Un entretien des freins peut éviter ce genre de problème.

La surface des disques n’est pas à négliger non plus puisqu’une accumulation de rouille sur ces derniers peut accélérer l’usure des plaquettes, en plus de générer du bruit et des vibrations. Ensuite, s’assurer du bon fonctionnement des glissières ainsi que de l’étanchéité des cache-poussière n’est surtout pas à dédaigner. Pour finir, le piston de l’étrier doit pouvoir se rétracter sans effort, le soufflet devrait être sans fissures et ne présenter aucune fuite de liquide.

Les composants de frein à disque arrière sont souvent plus complexes, car ceux-ci intègrent le frein de stationnement. Justement, une fois le véhicule monté sur le cric et les chandelles, il serait sage de vérifier si le dispositif de frein d’urgence fonctionne comme il se doit. Certains systèmes à disque incorporent un étrier mécanique et hydraulique relié au câble de frein à main, tandis que d’autres utilisent un système à tambour réglable à même le disque.

Dans le premier cas, des outils spéciaux existent pour rétracter le piston, quoique l’on puisse toujours se débrouiller avec des pinces à long bec (vous risquerez par contre de murmurer quelques mots d’église pendant l’opération…). Certains constructeurs optent pour des étriers munis de moteurs électriques qui activent le frein de stationnement. Ces derniers nécessiteront une procédure spéciale, variant d’un manufacturier à l’autre, afin de les rétracter. Dans tous les cas, les roues arrière devraient tourner librement quand le frein est au repos, puis se bloquer fermement s’il est actionné.

Les freins à tambour ont besoin d’ajustements réguliers pour fonctionner correctement. Il n’est pas rare de constater une usure prématurée des freins avant due à un mauvais réglage des sabots à l’arrière. Lorsque c’est le cas, les freins avant se chargent pratiquement seuls de ralentir le véhicule. Certains conducteurs se vantent même de ne jamais avoir remplacé leurs sabots arrière, on se demande pourquoi…

Habituellement, une roulette est installée entre les sabots et en la faisant pivoter, on réduit la distance entre ces derniers et le tambour. En temps normal, les segments devraient entrer légèrement en contact le tambour de frein afin d’obtenir un freinage optimal. Outre l’ajustement du système, l’épaisseur des garnitures est un autre point à vérifier. Ces dernières seront à remplacer dès qu’elles atteignent moins d’un millimètre d’épaisseur. Comme pour des freins à disque, un remplacement ou un usinage des tambours ainsi qu’un nettoyage sera alors essentiel. Ensuite, le cylindre se doit d’être étanche et bouger librement. Le tambour, quant à lui, doit présenter une surface de contact exempte de rayures ou de corrosion.

Bref, une inspection complète des freins de votre voiture vous renseignera non seulement sur leur condition, mais aussi sur leur bon fonctionnement. Vous pourrez alors prévoir un remplacement ou un reconditionnement de certains composants ou encore un entretien préventif. Le plus important est de s’assurer d’avoir un freinage sécuritaire lorsque ça compte vraiment.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BuzzLe système de freins antiblocage fête ses 40 ans!
L’hiver arrive, les routes seront couvertes de neige glissante et vous vous rappellerez rapidement que vous devez allonger votre distance de freinage aux intersections et lorsque vous circulez en ville. Parions que votre système de freins antiblocage vous sauvera une fois ou deux d’une collision au cours de l’hiver prochain.
MécaniqueFreins antiblocage : utiles l’hiver?
Si votre auto est le moindrement récente, il y a de bonnes chances qu’elle soit munie de freins antiblocage, ou ABS. Or, cette technologie ne fait vraiment pas l’unanimité chez les pilotes professionnels, au point où on ne la retrouve pratiquement pas en sport automobile. Pourtant, dans la vie de …
Commentaires