Toyota Camry 2018: Les fidèles suivront-ils?

La nouvelle Camry tente le grand coup avec un style criard en version XSE mais, n’ayez crainte, des livrées plus sobres figurent toujours au catalogue.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Les gens de Toyota ne pourraient être plus clairs. Pour la berline Camry 2018, on a décidé de viser une clientèle moins âgée avec un design qui détonne par rapport à l’édition 2017. En fait, par rapport aux sept générations qui l’ont précédé depuis son arrivée sur le marché en 1982!

Au fil du temps, la berline intermédiaire de Toyota s’est attiré l’admiration des consommateurs nord-américains, au point de devenir la voiture la plus vendue au pays de l’Oncle Sam, titre qu’elle détient toujours au moment d’écrire ces lignes. Pourquoi donc changer une recette gagnante? Peut-être une question d’image, mais aussi le constat que la clientèle vieillit, au point que Toyota prend le risque d’égarer quelques fidèles à la marque pour attirer des conducteurs plus jeunes.

Trop sportive?
D’entrée de jeu, la Camry XSE est frappante. La voiture à l’essai, peinte en blanc, arborait un toit et des rétroviseurs noirs, une calandre noircie avec grillage à maillons ainsi que des jantes bicolores en alliage, mesurant 19 pouces — une dimension de roues jamais proposée auparavant sur une Camry.

Afin de conférer une silhouette plus dynamique à l’édition 2018, la garde au sol est légèrement abaissée par rapport à la génération sortante, tout comme la ligne de toit. En comparant la fiche technique des deux, et malgré un empattement allongé de 50 mm, on se rend compte que la nouvelle Camry affiche moins d’espace pour la tête et pour les épaules, mais davantage de dégagement pour les jambes à l’avant. Dans tous les cas, on parle de quelques millimètres à peine.

Dix déclinaisons de la Camry sont proposées, y compris trois dotées de la motorisation hybride. Les plus sportives du lot sont évidemment les versions XSE, habillées d’un ensemble de jupes de bas de caisse, de pare-chocs plus dynamiques et des caractéristiques esthétiques mentionnés ci-haut. Les XSE sont disponibles avec le quatre cylindres ou le V6. Équipée de ce dernier, la Camry dispose même de quatre embouts d’échappement, ce qui horripilera probablement la clientèle typique actuelle. Elle sera sûrement tout aussi offusquée de la sellerie en cuir — optionnelle —, d’un rouge éclatant dans notre version XSE à l’essai. C’est joli, par contre.

Le nouveau quatre cylindres de 2,5 litres produit 203 ou 206 chevaux selon les versions. Non seulement il est plus puissant, mais moins énergivore aussi, avec une consommation mixte ville/route de 6,9 l/100 km. Quant au V6 de 3,5 litres de 301 chevaux, il est également nouveau.

En apparence, la Camry XSE V6 joue la carte de la sportivité, mais son style extraverti n’en fait pas pour autant une berline de performance. Les décollages sont vifs, avec un 0-100 km/h calculé de 6,5 secondes, mais sont accompagnés d’un patinage des roues avant alors que le système de contrôle de traction semble dormir au gaz. Il faut dire que l’ancienne Camry V6 se comportait de la même façon. Faire crisser les pneus d’une Camry à un coin de rue, ce n’est pas chic. En revanche, c’est un moteur souple, silencieux qui permet des dépassements rapides et sa consommation n’est pas piquée des vers non plus avec une cote mixte de 9,0 l/100 km.

L’hybride, la mieux aboutie?
N’ayez crainte, des déclinaisons beaucoup plus sobres de la Camry 2018 sont offertes, dont une nouvelle version L, peu équipée, mais qui affiche un prix plancher intéressant. Les versions LE, SE ainsi que XLE — la plus luxueuse — figurent également au sein de la gamme.

Nous n’avons pas essayé une Camry 2018 mue par le quatre cylindres de base, mais la version hybride, qui dispose du même moteur de 2,5 litres, est drôlement bien élaborée. La voiture utilise la plate-forme TNGA de Toyota, que l’on dit 30% plus rigide que l’architecture de l’ancienne Camry. La version XLE hybride essayée était effectivement solide, très silencieuse, et la sonorité de sa motorisation, d’une puissance combinée de 208 chevaux, nous semble beaucoup plus raffinée qu’auparavant. La consommation mixte de 4,9 l/100 km représente une amélioration d’un litre par rapport à la version hybride de 2017. Grâce au nouvel emplacement des batteries, sous la banquette, le coffre de la version hybride dispose du même volume que dans la Camry « ordinaire », et les dossiers rabattables sont passablement plus utiles. Par contre, la taille du réservoir d’essence passe de 64 à 49 litres.

Les versions XSE sont peut-être un peu trop tape-à-l’œil pour la clientèle fidèle actuelle, mais pour le reste, la Toyota Camry 2018 s’est modernisée, avec une conduite plus divertissante, un style moins générique et une consommation nettement améliorée. Même si elle perd quelques fidèles, elle n’aura aucun problème à demeurer au sommet des ventes de son segment aux États-Unis, et à conserver sa place sur le podium au Canada.

Feu vert

  • Plate-forme solide
  • Confort de roulement
  • Motorisations efficaces
  • Maintenant un vrai coffre (hybride)

Feu rouge

  • Espace intérieur légèrement en baisse
  • Système multimédia toujours trop distrayant
  • Diamètre de braquage
  • Petit réservoir d’essence (hybride)

Partager sur Facebook
Commentaires