Volkswagen Passat 2018: Elle mérite qu’on parle d’elle

Raffinée, agréable à conduire et confortable, la Passat devrait se trouver sur votre liste d’essais à faire. Elle mérite que l’on parle d’elle.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

S’il y a un segment qui a souffert, ces dernières années, c’est bien celui des berlines intermédiaires. En effet, depuis que tout le monde a décidé que les VUS devenaient la norme, à part pour la Toyota Camry et la Honda Accord qui sont encore populaires, les temps sont durs pour ces grandes berlines.

Cette catégorie est pourtant peuplée de merveilleux produits. Les Coréens, offrent la Hyundai Sonata et la Kia Optima, tandis que les Américains ont la Chevrolet Malibu et la Ford Fusion qui continuent de représenter un excellent rapport qualité-prix. Mais bon, en ce moment, les gens préfèrent des véhicules utilitaires.

J’ai oublié de nommer une intermédiaire? La Passat de Volkswagen, bien sûr ! On ne parle presque jamais de cette voiture, on ne voit presque jamais de publicités la concernant, et pourtant, elle mériterait plus d’attention! Avec la Mazda6, elle est l’une des berlines intermédiaires qui assure la meilleure tenue de route. Avec un nouveau moteur 2,0 litres turbo qui se pointe le bout du nez, sortira-t-elle enfin de l’ombre ?

Pas de changements esthétiques majeurs en 2018

Alors que plusieurs de ses concurrentes se refont une beauté, la Passat, elle, demeure la même. Si vous aimez les détails, sachez que de nouvelles roues de 17 pouces sont proposées sur la version Comfortline, et que l’horloge analogique que l’on retrouvait sur la planche de bord a disparu. C’est tout. Sinon, on a retiré un peu de chrome sur la version de base, baptisée Trendline+, mais à moins d’être un fin connaisseur des Volkswagen Passat, vous ne remarquerez rien.

Pour ceux qui ne connaissent pas trop la Passat, voici ce qu’il y a à savoir... Son habitacle est particulièrement logeable. L’espace étant optimisé, vous aurez donc des places arrière offrant beaucoup de dégagement pour les jambes. Ce que peu de gens savent sur Volkswagen, c’est que ses sièges sont conçus par des spécialistes en posture. Plusieurs compagnies le font, bien entendu, mais chez Volkswagen, on s’intéresse surtout à la santé de votre dos, avant le confort!

La planche de bord est très conservatrice. Fidèle à ses habitudes, Volkswagen propose un design minimaliste ainsi qu'un accès facile et intuitif aux principales commandes. Cela dit, le système multimédia commence à dater. Il est compatible avec Android Auto et Apple CarPlay, mais la nouvelle version que l’on retrouve dans le Tiguan 2018, et qui devrait éventuellement faire son chemin dans la Passat, est supérieure.

Le quatre cylindres de 1,8 litre turbocompressé est mort… en quelque sorte. On a augmenté sa cylindrée, on a greffé à l’ensemble le cycle Budack, l’équivalent Volkswagen du cycle Miller, et voilà un nouveau quatre cylindres turbocompressé de deux litres! Pour ceux que ça intéresse, le cycle Budack peut, selon les besoins, fermer les soupapes d’admission plus tôt durant la phase d’admission. Selon Volkswagen, ce mode de fonctionnement autoriserait une consommation moindre. 

Ce nouveau 2,0 litres est une réussite totale. Il offre sept chevaux de plus que le 1.8T, pour un total de 177, et un couple inchangé à 184 livres-pied, bien que disponible à 100% entre 1 450 et 4 200 tr/min. Autrement dit, en conduite urbaine, ce moteur est un véritable charme. Accouplé à une boîte automatique à six rapports, il déplace la voiture sans effort, vous donnant l’impression d’avoir plus de puissance que vous en avez réellement. Sur l’autoroute, à bonne vitesse, les accélérations ne sont pas si rapides, néanmoins on sent quand même que le moteur livre sa puissance de manière linéaire. Ce petit moteur a du cœur! D’ailleurs, on nous promet une moyenne bien en deçà de 8 l/100 km.

Pour ceux qui veulent plus de puissance, le V6 de 3,6 litres, développant 280 chevaux, est toujours offert. Ce moteur, tout comme le 2.0T, envoie sa puissance aux roues avant. Dans ce cas-ci, on obtient des accélérations plus spectaculaires, mais une consommation d’essence accrue. Comme le 2.0T se comporte bien, c’est à se demander si opter pour le V6 vaut encore la peine.

Pour le reste, la Passat bénéficie d’une suspension confortable, d’un excellent châssis, et d’une direction précise qui, ensemble, réussissent à transformer chaque déplacement en un petit bonheur.

Assurément, la Passat mériterait que l’on parle davantage d’elle. Les irréductibles qui continuent d’acheter des berlines intermédiaires gagneraient à la considérer davantage. Raffinée, agréable à conduire et confortable, elle devrait se trouver sur votre liste d’essais à faire.

Feu vert

  • Moteur 2.0T souple et économique
  • Tenue de route remarquable
  • Moteur V6 puissant
  • Sièges très confortables

Feu rouge

  • Système multimédia vieillot
  • Les prix grimpent rapidement
  • Consommation d’essence du V6
  • Fiabilité aléatoire

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisVolkswagen Passat 2018 : nouveau cœur, vieux os
La Passat roule dans sa forme actuelle depuis l’année-modèle 2012, et a reçu peu de changements depuis son introduction. Elle est construite aux États-Unis, et c’est en fait une voiture différente – plus grosse – que la Passat vendue en Europe, cherchant à plaire à un marché qui préfère des …
Commentaires