Acura RDX 2018: Bien faire, sans se démarquer

L’Acura RDX s’est amélioré au fil des années, mais il lui manque toujours quelques ingrédients, dont une certaine sportivité, pour en faire un ténor.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Si vous êtes à la recherche d’un VUS de luxe compact, il y a de fortes chances que vous regardiez du côté de chez Audi, BMW ou Mercedes-Benz, sans que vous songiez au Acura RDX. Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul dans cette situation. Inintéressant, le RDX? Certainement pas! Il est plutôt le bon petit gars que tout le monde aime, mais qu’on oublie d’inviter à la fête vu qu’il n’est pas celui qui fera lever le party. Dans un segment aussi concurrentiel, se contenter de bien faire son travail sans soulever les passions, ce n’est pas assez pour marquer l’imaginaire des consommateurs.

Alors que Honda semble avoir ravivé l’âme et l’esprit de plusieurs de ses véhicules, le travail reste à accomplir avec sa gamme de luxe Acura. Le RDX, par exemple, est un excellent véhicule, mais il ne dispose pas de l’aspect émotionnel qui fait le succès de ses concurrents. Il faut être armé judicieusement pour rivaliser avec les marques allemandes et même Lexus. Toutefois, rares sont les propriétaires qui sont déçus du RDX. La fiabilité est au rendez-vous, tout comme la qualité. Il demeure un achat rationnel, sans véritables risques. Vous voulez passer inaperçu? Voilà un excellent choix, surtout si vous l’achetez de couleur gris métallisé!

À bord, on apprécie le souci du détail et la qualité de la finition, même si la présentation commence à dater, surtout si on le compare à des rivaux entièrement remaniés que sont les Audi Q5 ou BMW X3, pour ne nommer que ces deux-là. L’impression de luxe est tout de même bien présente, tant dans l’aménagement que dans le choix des matériaux. Toutefois, on a toujours un peu de difficulté avec la présentation et la gestion du système multimédia. C’est complexe et difficile de s’y retrouver rapidement, sans compter le fait qu’il exige trop d’attention à l’utilisation. On ne bénéficie pas non plus des derniers gadgets technologiques, le RDX est vieux jeu à ce sujet.

Le RDX offre amplement d’espace pour quatre passagers. Il peut certes en transporter cinq, mais les trois qui partageront la banquette arrière auront un peu moins d’intimité. Le volume de chargement, 2 178 litres avec la banquette arrière rabattue, est l’un des plus généreux de sa catégorie, ce qui le rend plus pratique si vous avez une petite famille. Il est spacieux, mais ce n’est pas une fourgonnette non plus.

Un seul moteur offert

Vous ne ferez pas d’insomnie quant au choix du moteur de votre RDX puisqu’une seule mécanique est offerte et c’est l’increvable V6 atmosphérique de 3,5 litres que l’on retrouve un peu partout dans la famille Honda / Acura. Il remplace le moteur suralimenté de la première génération, l’expérience n’ayant pas été concluante. Dans le cas qui nous occupe, le V6 atmosphérique compte 279 chevaux pour un couple de 252 lb-pi, une puissance supérieure à celle de beaucoup de ses concurrents, qui eux misent de série sur des quatre cylindres turbocompressés.

Le RDX est pratiquement seul dans son royaume, mais Acura reviendra au moteur turbo éventuellement. Curieusement, il faut alimenter le six cylindres du RDX en essence super, tout comme pour une mécanique suralimentée. Dommage, Acura passe à côté d’un bel avantage concurrentiel.

Aucun choix à faire non plus du côté des boîtes de vitesses. Il n’y en n’a qu’une et c’est une automatique à six rapports, associée au rouage intégral de série. Quoiqu’efficace, ce dernier ne l’est pas autant que le système SH-AWD, disponible sur certaines Acura… et dans le RDX de première génération. Ce SH-AWD transfère le couple indépendamment aux roues de gauche et de droite. Toutefois, ce système, qui rehausse la performance du véhicule dans les virages est plus dispendieux et il ferait trop monter le prix du RDX. Quoiqu’il en soit, le rouage intégral actuel du RDX fera l’affaire de la plupart de ses propriétaires.

Plus confortable que dynamique

Sur la route, le RDX, qui s’appuie sur l’architecture du Honda CR-V, offre une conduite confortable et agréable grâce, notamment, à son insonorisation, qui filtre bien tous les bruits extérieurs. Le moteur développe une puissance linéaire et lorsqu’on enfonce l’accélérateur, il émet une sonorité riche et profonde, typique aux V6. La boîte est également très efficace, exploitant convenablement la puissance disponible, tout en préservant l’économie de carburant. Si vous aimez le confort et la tranquillité, vous apprécierez le RDX.

À l’opposé, si vous cherchez un VUS à vocation sportive, le RDX n’est simplement pas à la hauteur de ce que l’on retrouve chez Porsche (Macan) et Audi (Q5). En fait, il faut le comparer au Lexus NX avec qui il partage, en prime, une excellente fiche de fiabilité. Si le RDX n’a pas toutes les qualités de ses rivaux, il compense par un niveau d’équipement plus complet et par un prix concurrentiel.

Feu vert

  • Habitacle bien insonorisé
  • Moteur six cylindres puissant
  • Bonne fiche de fiabilité
  • Espace cargo généreux

Feu rouge

  • Pas très dynamique sur la route
  • Un seul moteur offert
  • Système multimédia complexe
  • Style peu éclatant

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surAcura RDX 2019 : on le découvre cette semaine
L’Acura RDX de troisième génération s’est pointé le bout du nez un peu plus tôt cette année sous forme de prototype au Salon de l’auto de Detroit , et c’est à New York que la version de production du RDX 2019 a finalement été révélée en première mondiale. Le Guide …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires