Nissan Murano 2018: Design, luxe et confort

Le Nissan Murano est d’une grande élégance et d’un confort relevé, qui manque quelque peu d’inspiration au chapitre de l’agrément de conduite.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Lorsque le premier Murano a été dévoilé en 2003, ce fut pratiquement une révolution. En effet, pour l’une des premières fois, un VUS affichait des lignes pratiquement iconoclastes, se refusant à ressembler à un tout-terrain pur et dur pour adopter des une carrosserie moderne et surtout, inédite. On a conservé la même philosophie pour l’habitacle, et ce fut un succès immédiat. À tel point que la silhouette originale a survécu pendant plusieurs années, avec quelques touches certainement, mais quand même en respectant les crédos visuels originaux.

Néanmoins, compte tenu de l’encombrement de cette catégorie et de la concurrence de plus en plus féroce, il était devenu plus que temps de revoir la silhouette et le véhicule dans son ensemble. Cela fait maintenant trois ans que le Murano de troisième génération est parmi nous et force est d’admettre qu’on a joué d’audace, comme au tout début de ce modèle.

La première chose qui nous frappe à la vue du Murano est son toit flottant incliné vers l’arrière et semblant ne reposer sur aucun pilier, en raison de la couleur noire des piliers B et C. Il faut souligner également des accents de chrome placés aux endroits stratégiques tandis que la section arrière élargie ajoute au dynamisme de l’ensemble. Cette approche esthétique est très réussie et donne une allure d'exclusivité au Murano.

On a également fait appel à la barre de chrome en forme de V, placée sur la calandre, et qui est utilisée sur la plupart des véhicules Nissan, tandis que les phares sont plus ou moins similaires à ceux de la 370Z. En fait, toujours pour accentuer l’impact visuel, les roues en alliage sont dotées de rayons inclinés vers l’arrière, qui donnent une impression de mouvement.

Les stylistes se sont montrés aussi inspirés en ce qui a trait à la planche de bord, qui ressemble davantage à celle d’un véhicule beaucoup plus luxueux. En plus, la qualité des matériaux est très bonne tandis que l’ergonomie ne commet pas les mêmes fautes irritantes que l’on retrouve sur plusieurs produits de cette marque. Enfin, le Murano a été conçu afin d’accommoder deux adultes aux places arrière, dans un confort digne de mention. Et l'on n’a pas négligé la capacité du coffre qui est relativement spacieux. Cependant, le seuil de chargement est assez élevé.

Bien équipé

Le Murano remanié est offert avec un équipement de série passablement complet, allant du système de navigation par satellite en passant par la caméra de recul, la climatisation automatique, les sièges avant chauffants, un toit ouvrant, plusieurs systèmes de sécurité sophistiqués ainsi qu’une clé intelligente avec démarrage à bouton-poussoir. Bref, si vous ne désirez pas nécessairement avoir un véhicule doté d’un rouage intégral et de quelques autres accessoires de luxe, la livrée de base est en mesure de se défendre fort honorablement face à une concurrence très affûtée.

Naturellement, les modèles plus luxueux sont dotés d’un toit panoramique géant, du rouage intégral, d’éléments de sécurité active plus nombreux, sans oublier un hayon motorisé. La version Platinum est la plus complète et la plus onéreuse, mais elle se démarque par des roues de 20 pouces, un écran d’information de huit pouces ainsi que des sièges arrière chauffants, pour ne mentionner que quelques éléments.

Le confort avant les performances

Nul besoin d’être un grand expert de mise en marché pour réaliser que dès le début, le Murano a été développé dans le but de rencontrer les attentes des personnes désireuses de rouler au volant d’un VUS, bien sûr, tout en bénéficiant du luxe d’une berline et d’une tenue de route à l’avenant. Pour ce faire, on a choisi l’incontournable moteur V6 de 3,5 litres d’une puissance de 260 chevaux, dont la réputation n’est plus à faire.

Il est associé à une boîte automatique de type CVT, qui accomplit du bon travail. Disons, pour résumer et simplifier, que les performances sont correctes, mais l’agrément de conduite n’est pas extraordinaire en raison d’une tenue en virage moyenne, d’accélérations assez discrètes et d’un feedback de la route assez tiède. La direction est passablement engourdie tandis que la suspension ne peut contrôler avec brio le roulis dans les virages.

Bref, le Murano est un véhicule confortable, d’une rare élégance, propulsé par un moteur V6 reconnu pour son rendement et pour sa fiabilité, mais sa conduite peut décevoir. Il s’adresse aux gens préférant se faire dorloter quelque peu et ne rien manquer en matière d’équipement plutôt qu’à ceux qui veulent rouler de façon sportive.

Feu vert

  • Silhouette élégante
  • Équipement complet
  • Mécanique éprouvée
  • Silence de roulement
  • Toit panoramique impressionnant

Feu rouge

  • Direction engourdie
  • Performances moyennes
  • Seuil de chargement élevé
  • Suspension ferme avec roues de 20 pouces

Partager sur Facebook
Commentaires