Kia Rio/Rio5 2018: Nouveau design, nouvel espoir

En 2018, la Rio adopte enfin un style qui nous donne envie de prendre place à bord. La sous-compacte coréenne est désormais plus mature.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Dans le monde des sous-compactes, 2018 pourrait très bien être l’année de la Kia Rio. Dans l’ombre des grosses pointures de sa catégorie depuis trop longtemps, la Rio nous revient sous un tout nouveau jour. Et son simple design risque d’attirer plusieurs curieux chez les concessionnaires Kia de la province.

Ce design, Kia le doit à un homme du nom de Peter Schreyer. Designer réputé dans l’univers automobile, Schreyer est notamment l’homme derrière la Volkswagen New Beetle et l’Audi TT. Après des années passées chez Volks, Schreyer œuvre maintenant chez la famille Kia, et son influence n’est pas difficile à flairer. Jetez un œil à l’Optima ou à la nouvelle Cadenza. Depuis quelques années, la signature de Kia commence à avoir de la gueule. Et l'on partait de loin.


Enfin un look qui a de la gueule
Tout ça pour dire qu’en 2018, la Rio adopte finalement un style qui nous donne envie de prendre place à bord. La génération sortante était loin d’être hideuse, néanmoins, disons que dans une mare de modèles similaires, elle n’avait rien pour sortir la tête de l’eau.

La nouvelle Rio semble maintenant plus à point, plus mature que jamais. C’est comme si, après tout ce temps, Kia avait enfin trouvé sa voie. La Rio propose désormais des petits airs de Volkswagen, tout en conservant une attitude qui lui est propre. C’est réussi sur toute la ligne.

Le design, c’est bien beau, mais ce n’est pas ça qui fait le succès d’une voiture. Du moins, pas dans le créneau des sous-compactes. Ça fera certainement du bien à la Rio, toutefois, ce qui faisait cruellement mal à la version 2017, c’était d’abord et avant tout une gamme de prix peu concurrentielle et une conduite en deçà des standards de sa catégorie. Kia a l’ambition de régler ces points avec la nouvelle Rio. Par contre, comme le modèle n’était toujours pas en vente au moment d’écrire ces lignes, on ne peut malheureusement pas en livrer nos impressions de conduite.

Moins de puissance, plus d’équipements

Aujourd'hui construite dans une usine flambant neuve au Mexique, la Rio 2018 est attendue chez les concessionnaires quelque part à l’automne 2017. Ce qu’on sait pour l’instant, c’est que la nouvelle Rio demeure équipée d’un moteur à quatre cylindres de 1,6 litre, le même qui se trouve sous le capot de la petite Hyundai Accent, elle aussi renouvelée de fond en comble pour 2018. La motorisation reste essentiellement la même, bien que Kia lui ait apporté quelques petites modifications dans le but d’en améliorer le rendement écoénergétique. Cela se traduit aussi par une légère perte de puissance pour la nouvelle Rio par rapport au modèle de 2017.

Au lieu des 137 chevaux et des 123 livres-pied qui étaient proposés l’an dernier, Kia parle maintenant d’une cavalerie limitée à 130 chevaux et d’un couple de 119 livres-pied. Pour ce qui est de la boîte de vitesses, les deux mêmes options s’inscrivent au menu : une manuelle ou une automatique, toutes deux comptant six rapports.

Les cotes de consommation n’ont pas encore été confirmées, mais en se fiant à ce qui a été annoncé par Hyundai avec l’Accent, on peut s’attendre à une réduction d’environ 7% de la consommation d’essence. En 2017, les chiffres officiels faisaient état d’une consommation combinée ville/route de 7,8 l/100 km. Pour un véhicule de ce gabarit, Kia peut nettement faire mieux.

Le constructeur coréen tentera également de regagner son auditoire canadien en intégrant un équipement beaucoup plus complet qu’auparavant. Un écran tactile diffusant les images d’une caméra de recul de série fait partie de la liste d’équipements proposée par la nouvelle sous-compacte. On a en outre confirmé que son système d’infodivertissement est compatible avec Android Auto et Apple CarPlay.

Dans la liste des options, l’offre de Kia s’élargit, proposant notamment un démarrage sans clé par bouton-poussoir, des jantes en alliage de 17 pouces et une application mobile permettant de contrôler certains paramètres de sa voiture, à distance. Kia entend de surcroît jouer la carte de la sécurité avec l’avènement de quelques technologies d’aide à la conduite qui s’avéraient encore indisponibles sur le modèle de 2017. Désormais, la Rio ira même jusqu’à freiner automatiquement si le système détecte un risque de collision frontale imminente. Cependant, tout ça n’a aucune valeur si la Rio ne propose pas finalement un comportement routier digne de son design. Il est là, le grand défi de Kia.

L’an dernier, dans les pages du Guide de l’auto 2017, notre collègue, Jacques Deshaies, affirmait que la Rio avait besoin d’un rafraîchissement. C’est maintenant chose faite, et il reste à voir si Kia saura établir une échelle de prix concurrentielle. Si c’est le cas, attendez-vous à en croiser bon nombre sur nos routes.

Enfin, il y a de l’espoir.

Feu vert

  • Voiture plutôt jolie
  • Comportement routier correct
  • Équipement complet (version EX)
  • Polyvalence étonnante (Rio5)

Feu rouge

  • Voiture assez bruyante en accélération
  • Direction floue
  • Consommation décevante
  • Performances en retrait

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisKia Rio 2018 : renverser la vapeur
Le segment des voitures sous-compactes en Amérique du Nord est en difficulté pour plusieurs raisons. D’abord, les VUS sont encore à la mode. Ensuite, les voitures de taille compacte ne coûtent que quelques dollars de plus par mois. Finalement, il faut croire que le prix de l’essence n’est toujours pas …
Commentaires