Cadillac CT6 2018: Nec plus ultra, façon Cadillac

Comme voiture porte-étendard, la CT6 devra s’affirmer davantage si elle veut se mesurer à la Mercedes-Benz Classe S et à la BMW Série 7.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

La voiture porte-étendard d’une marque de luxe se doit d’être la vitrine technologique, le sommet de l’opulence et le produit le plus désirable de la gamme. Chez Cadillac, la CT6, introduite au cours de 2016, représente cette voiture.

Avec sa taille forte, cette berline impose un certain respect sur la route. Ses dimensions sont similaires à celles d’une Mercedes-Benz Classe S, d’une BMW Série 7 et d’une Audi A8, mais grâce à l’utilisation de matériaux légers dans sa structure, son poids est significativement moins élevé. Et à l’instar de la concurrence allemande, on a même ajouté une version hybride rechargeable à la gamme, question d’afficher une conscience environnementale.

Des motorisations pour tous les goûts, ou presque
À la base, la CT6 est équipée d’un quatre cylindres turbo de 2,0 litres, jumelé à une boîte automatique à huit rapports et à un rouage à propulsion. Ses 265 chevaux suffisent à la tâche, mais on se demande bien qui voudrait s’acheter une grande berline de luxe avec un si petit moteur. Tant qu’à se gâter, allons-y pour quelque chose de plus raffiné et de plus musclé.

Le V6 de 3,6 litres avec ses 335 chevaux est bien adapté à la CT6, et disponible avec la transmission intégrale. Les performances ne sont pas à couper le souffle, mais on gagne en douceur tout en sacrifiant environ 1,5 l/100 km par rapport au moteur de 2,0 litres. Par contre, le V6 biturbo de 3,0 litres et ses 404 chevaux permettent à la CT6 de décoiffer davantage.

Pas de V8? Non. On réserve cette motorisation aux Cadillac Escalade et CTS-V. Et une CT6-V alors? Non plus. Avec cette berline pleine grandeur, on ne cherche pas à rivaliser les Mercedes-AMG S 63 ou Audi S8, et pourtant, le potentiel est là, puisque les Canadiens sont parmi les plus grands acheteurs de produits AMG au monde par tête.

On a plutôt droit à la CT6 hybride rechargeable, équipée d’un quatre cylindres de 2,0 litres et de deux moteurs électriques qui produisent 335 chevaux combinés. Avec une pleine charge d’électrons, la voiture peut parcourir jusqu’à 50 kilomètres en mode 100% électrique, selon Cadillac. Et sa recharge complète prend quatre heures et demie avec une borne de 240 volts.

La CT6 Plug-in Hybrid n’est pas offerte avec un rouage intégral, contrairement à la BMW 740Le iPerformance et à la Porsche Panamera S E-Hybrid, mais elle coûte beaucoup moins cher. Sa consommation équivalente est estimée à 3,8 Le/100 km, deux dixièmes de plus que la BMW, qui affiche une puissance similaire.

La CT6 est étonnamment agile pour sa taille, surtout si l’on opte pour les roues arrière directionnelles, qui favorisent non seulement les changements de voie rapides, mais aussi les manœuvres de stationnement. En effet, avec celles-ci, le diamètre de braquage passe de 12,2 à 11,3 mètres, ce qui est exceptionnel.

Un habitacle luxueux, mais…
Chez Cadillac, on consacre beaucoup d’énergie à embellir les habitacles avec de jolis agencements de coloris, un choix de boiseries et des empiècements de cuir coupés et cousus. Comme il se doit, la CT6 profite d’une finition plus soignée comparativement à ce que l’on retrouve dans la CTS et la XTS.

Nous sommes encore à des lunes de la cabine d’une Classe S ou d’une A8. Le travail des designers de Cadillac est quelque peu gâché par un surplus de plastique, comme les massifs encadrements autour des sièges avant. On semble incapable chez General Motors de consacrer un budget plus généreux à la confection des habitacles, et s’il y a une voiture qui pourrait coûter un peu plus cher pour en profiter, c’est bien la CT6.

Le système CUE fonctionne mieux ici que dans les autres produits Cadillac, grâce à son écran plus grand et à la simplification des commandes en dessous de celui-ci. Et en option, il est possible d’équiper la CT6 d’une chaîne audio Bose Panaray à – sans blague – 34 haut-parleurs. Sa sonorité est excellente, mais ne parvient pas à nous émerveiller comme le font les systèmes Burmester ainsi que Bang & Olufsen des berlines allemandes.

En allongeant quelques dollars supplémentaires, on peut obtenir un toit ouvrant panoramique, un système de divertissement aux places arrière avec deux écrans ainsi qu’une fonction de massage, de chauffage et de ventilation pour les sièges avant et arrière. À bord d’une CT6 si bien équipée, la vie est sereine et relaxante pour quatre personnes. Ou cinq.

La Cadillac CT6 est une grande voiture solide, raffinée et technologiquement poussée, offerte à un prix beaucoup plus abordable que celui de ses rivales. Toutefois, c’est aussi ce qui l'empêche d’être une menace sérieuse pour les marques allemandes. Jouer la carte du rapport prix équipement est peut-être favorable pour Genesis et sa G90, mais pas pour Cadillac, autrefois la référence en matière de voitures de luxe.

Feu vert

  • Agilité et solidité
  • Bon choix de motorisations
  • Habitacle silencieux et confortable
  • Beaucoup de caractéristiques disponibles
  • Échelle de prix abordable

Feu rouge

  • Moteur de base peu intéressant
  • Chaîne Panaray perfectible
  • Pas de moteur V8 pour rivaliser les allemandes
  • Quelques plastiques intérieurs discutables
  • Direction peu communicative

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLa Lincoln Continental avec les portes-suicide ne viendra pas au Canada
Plus tôt cette semaine, on vous avait partagé une rutilante Lincoln Continental équipée de magistrales portes-suicides , semblable à l’iconique bagnole de John F. Kennedy. Certes, elle est superbe, et à nos yeux, illustre merveilleusement bien la direction que la marque Lincoln doit prendre afin de s’affirmer dans cette industrie …
Commentaires