Ford C-Max 2018: Énigmatique hybride

«Les C-Max Hybrid et Energi partagent les mêmes moteurs à essence et électrique. Seule la grosseur de la batterie varie».

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Un peu comme la marque Frigidaire est devenue synonyme de réfrigérateur et que le nom Ski-Doo représente désormais n’importe quelle motoneige, la Prius de Toyota est maintenant l’égérie de la voiture hybride. Il reste donc très peu de place pour les autres hybrides. Pourtant, il y en a. Si vous connaissez l’automobile, nommez-m’en cinq, comme ça, tout de suite. Prius. Volt (on ne sera pas pointilleux sur les détails techniques), Leaf (non, c’est une électrique). Camry. Plus difficile qu’il n’y paraît! Personne n’a pensé à nommer la Ford C-Max?

C’est normal. Sans doute que bien des concessionnaires Ford n’y penseraient même pas eux non plus! L’an dernier, au Canada, il s’en est vendu 851, ce qui n’est quand même pas mal pour une voiture que personne ne connaît. De ces 851 unités, 32% ont trouvé preneur au Québec (270), ce qui tend à confirmer que le Québec est en avance per capita en matière de voitures écoénergétiques. Il convient ici de préciser qu’il existe deux C-Max. La première est un hybride et porte le nom original de Hybrid. La seconde est un hybride rechargeable, baptisée plus judicieusement Energi.

Dans les deux cas, le moteur thermique est un quatre cylindres 2,0 litres développant 141 chevaux. Le moteur électrique aussi est identique. Il livre 118 chevaux pour un total, combiné au moteur à essence, de 188 chevaux. La boîte de vitesses est, invariablement, une CVT et les roues motrices sont situées à l’avant. La différence se situe dans la grosseur de la batterie. Celle de l’Hybrid a une capacité de 1,4 kWh et celle de l’Energi, 7,6, ce qui permet à cette dernière de rouler en mode électrique jusqu’à 33 km. En théorie. Parce que dans les faits, je n’ai jamais pu rouler plus de 25 km sans utiliser de l’essence, même avec un pied droit d’une infinie délicatesse. Cependant, ceux qui ne parcourent qu’une petite distance quotidiennement pourraient très bien ne jamais avoir à passer à la pompe.

Avec ou sans câble?

Ford promet une consommation de 2,5 l/100 km, ce qui se traduit dans la vie de tous les jours par environ 4,0 l/100 km ou moins. Une virée sur des routes secondaires montagneuses, là où une hybride n’est pas très à l’aise, et souvent loin des bornes de recharge, s’est soldée par une moyenne de 6,5 l/100 km. Le câble fourni avec la C-Max Energi fait 7,5 mètres de long, ce qui est amplement suffisant pour se connecter à une bonne vieille prise domestique. Il faudra alors compter sept heures avant une recharge complète, contre 2h30 avec une borne 240V. Notons qu’en bonne hybride rechargeable, la C-Max revient toujours au mode EV (électrique) chaque fois qu’on la démarre.

De son côté, l’Hybrid est un peu plus portée sur l’essence, mais sans exagération aucune puisqu’on peut réussir une moyenne de 6,0 l/100 km sans trop faire de compromis. En fait, même si elle consomme un peu plus, cette version n’est pas à dédaigner pour autant. Tout d’abord, elle pèse 117 kilos de moins que sa frangine à câble, puisque sa batterie est beaucoup plus petite. Ces kilos en moins, on les sent dans la conduite plus dynamique de l’Hybrid tandis quel’Energi affiche plus de roulis. Aussi, le coffre de l’Hybrid est plus grand du fait de sa batterie qui prend moins d’espace.

Assez curieusement, alors que l’on s’attendrait à ce qu’elles soient des platitudes à conduire, ces C-Max se comportent très bien. La direction n’est pas un modèle de précision ni de retour d’information, mais on a déjà vu bien pire, et dans des voitures même pas ‘’vertes’’. Lorsque l’on prend la route pour la première fois, on trouve la pédale de frein plutôt sensible à cause du système de récupération de l’énergie et l’on a invariablement l’air d’un amateur. Mais on s’y fait rapidement (aux freins, pas d’avoir l’air d’un amateur).

Au jour le jour

Dans l’habitacle, l’œil inquisiteur a tôt fait de remarquer quelques plastiques bon marché, une absence de rangements et une caméra de recul qui, placée davantage sur le côté droit, renvoie une image un peu déformée et se stationner à reculons peut nous faire (encore) passer pour un amateur. Mais comme la visibilité tout le tour n’est pas mauvaise du tout, on peut très bien faire la manœuvre en se servant des rétroviseurs et de la lunette.

Dans sa gamme, Ford propose aussi la Focus Electric, une voiture fort peu populaire. Puisque la C-Max est construite sur la plateforme de la Focus, on peut se demander pourquoi Ford n’imite pas Hyundai avec sa Ioniq, qui se décline en versions hybride, hybride rechargeable et électrique, et n’offre pas les trois motorisations dans le même véhicule. Peut-être que le public, de plus en plus conscient de la valeur des voitures écoénergétiques, serait davantage attiré par l’offre de Ford…

Feu vert

  • Consommation très correcte
  • Comportement routier décent
  • Performances étonnantes
  • Bonne visibilité
  • Voiture confortable

Feu rouge

  • Poids élevé (surtout Energi)
  • Pédale de frein très sensible
  • Peu d’espaces de rangement
  • Coffre peu logeable (Energi)
  • Prix assez élevé (Energi)

Partager sur Facebook
Commentaires