Dodge Durango 2018: Macho truck

Si vous hésitez entre un Ram et une Challenger, le Durango SRT est le véhicule du juste milieu qui combine la polyvalence aux performances.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Vous trouvez que le Durango est énorme? Vous avez raison. Toutefois, le gros VUS de Dodge est plus petit que les GMC Yukon et Ford Expedition. Et qui dit plus petit, dit forcément plus agile et plus léger. Pour démontrer ses aptitudes face à ses rivaux bedonnants et plutôt maladroits en piste, le Durango se paie la traite cette année en proposant une toute nouvelle variante SRT (Street and Racing Technology) qui était auparavant réservée au Grand Cherokee. Or, le fait que son cousin Jeep se décline maintenant en version Trackhawk avec moteur Hellcat a ouvert grande la porte au Durango, impatient d'enfiler la combinaison et les chaussettes d'un pilote de course.

Malgré la lutte aux changements climatiques, les pachydermes à quatre roues comme le Durango profitent actuellement d'une forte popularité à cause des bas prix de l'essence. À preuve, les ventes ont explosé non seulement aux États-Unis et dans l'Ouest canadien, mais également au Québec. Eh bien! Il faut croire que plusieurs automobilistes en ont marre de conduire des fourgonnettes et qu'après des années de morosité au volant, ils ont décidé de jeter leur dévolu sur les grands VUS.

Gros muscles

Au premier coup d'œil, on reconnaît le Durango SRT à sa calandre noire sculptée, son capot bombé avec prises d'air, ses étriers de frein rouges, ses jantes de 20 pouces et ses larges pneus Pirelli Scorpion Verde de dimension 295/45ZR20 (ou Pirelli P Zero en option). Toutefois, au-delà des apparences, c'est la mécanique musclée du Durango SRT qui transforme ce véhicule domestique en brute de la pire espèce.

Pour ce baptême de feu, le Durango SRT est mû par un puissant V8 HEMI de 6,4 litres à désactivation des cylindres qui délivrent 475 chevaux et un couple de 470 livres-pied. Cette cavalerie catapulte cette bête de deux tonnes et demie de 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes et permet de franchir le quart de mille en moins de 13 secondes. La sonorité des gros tuyaux d'échappement de 2,75 pouces de diamètre est dingue et les remords – face aux changements climatiques – nous tenaillent à chaque coup d'accélérateur!

Pour dompter et diriger la puissance aux quatre roues motrices, la boîte automatique à huit rapports a été renforcée et sa rapidité d'exécution a été améliorée. De même, il est possible de gérer le couple vers les essieux grâce à un dispositif électronique qui fait varier la répartition entre l'avant et l'arrière dans l'ordre de 50:50 jusqu’à 30:70 selon le mode choisi : Snow, Street, Sport ou Track. Il existe aussi trois autres modes de motricité : Tow, Valet et Eco.

Pour ralentir les élans de ce camion gavé de stéroïdes, le système de freinage comprend des disques de 380 mm à l'avant et de 350 mm à l'arrière tandis que les étriers Brembo possèdent six pistons à l'avant et quatre pistons à l'arrière. Bien entendu, la suspension a été raffermie et la garde au sol a été légèrement abaissée. À cause de son poids et de sa taille, le Durango SRT n'est pas aussi maniable et rapide qu'un BMW X5 M ou un Grand Cherokee SRT. En contrepartie, il s'avère plus spacieux et logeable grâce à son long empattement.

Les autres versions...

Pour rouler dans les ornières et les bosses, la livrée de base SXT du Durango est la mieux adaptée avec ses pneus de 18 pouces et ses angles d'approche, de rampe et de sortie plus accentués que ceux des versions GT, R/T et SRT – lesquelles sont chaussées de pneus de 20 pouces à profil bas. Malgré tout, ces variantes ne sont pas impotentes et elles peuvent s'aventurer en terrain accidenté si la situation l'exige. Il faudra juste faire attention de ne pas abîmer les jantes!

Outre le V8 de 6,4 litres, le Durango ouvre son capot à un V6 de 3,6 litres et 293 chevaux (295 avec l’échappement double) ou à un V8 de 5,7 litres et 360 chevaux. Les deux moteurs sont arrimés à une boîte à huit rapports. Pour sa part, le V8 de 6,4 litres n'excelle pas seulement au sprint, mais également en haltérophilie puisqu'il est capable de tracter une remorque de 3 900 kg. Quant au V6 de 3,6 litres et du V8 de 5,7 litres, ils peuvent tirer respectivement un poids de 2 812 kg et 3 265 kg.

Peu importe la version, le Durango aime jouer les long-courriers pour transporter la famille ou tracter une roulotte. La cabine peut accueillir six ou sept personnes selon la configuration de la deuxième rangée, soit deux sièges capitaines ou une banquette pleine largeur. Au troisième palier, les places ne sont pas aussi confortables et spacieuses que celles d'une fourgonnette. Néanmoins, elles surclassent celles des VUS de taille intermédiaire comme les Ford Explorer et Nissan Pathfinder.

Feu vert

  • Comportement routier
  • Véhicule polyvalent
  • Habitacle spacieux
  • Capacité de remorquage
  • Écran de 8,4 po ergonomique

Feu rouge

  • Moteurs V8 énergivores
  • Format encombrant
  • Absence d'un moteur diesel
  • Faible valeur de revente

Partager sur Facebook
Commentaires