Fiat 500 2018: À l’aube d’une métamorphose

Vieillissante, la Cinquecento a perdu un peu de son charme au fil des ans. La nouvelle génération saura-t-elle raviver la flamme?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

La petite 500 a fait fureur lors de son arrivée sur le marché canadien en 2011, comme modèle 2012. Les acheteurs de cette mignonne minivoiture se sont surtout manifestés au Québec, ce qui est tout à fait normal, vu notre amour pour les véhicules de plus petites dimensions et notre culture à saveur européenne.

Et puis, les années se sont succédé, et le charme de la Fiat 500 a commencé à s’effriter. Par le cours normal du temps, comme un couple qui tombe dans la routine, mais aussi à cause de certains problèmes de fiabilité. Même si plusieurs propriétaires de la Cinquecento disent n’avoir subi aucun pépin, d’autres ont vécu une relation amour-haine avec elle.

Toutefois, la petite Fiat sera redessinée sous peu, au point où l’édition 2018 retardera son entrée en scène au Canada. Lorsqu’elle le fera, par contre, elle portera une toute nouvelle robe. Pour l’instant, la disponibilité de la version 2017 sera étirée de quelques mois.

Pour le style, que choisiriez-vous entre une 500, une Chevrolet Spark et une Mitsubishi Mirage? Contre une Nissan Micra, le choix est plus difficile, car cette dernière attire bon nombre d’acheteurs non seulement par son bas prix, mais aussi par sa bouille sympathique. En revanche, la Fiat compte trois portes au lieu de cinq, alors en ce qui concerne l'habitabilité, ce n’est pas le meilleur choix.

Deux adultes à l’avant seront à leur aise, mais en arrière, même des enfants se sentiront coincés. Quand personne ne prend place sur cette banquette, il faut abaisser les appuis-tête, car ils bloquent totalement la vue vers l’arrière. Déjà que les piliers B, situés tout juste derrière les portes, sont larges et créent des angles morts. 

Le design intérieur est attrayant. On y retrouve quelques plastiques de qualité discutable, mais en général, l’exécution est acceptable. Les commandes sont généralement faciles à utiliser, bien que l’on préfère toujours des rhéostats pour régler la température, au lieu de boutons à enfoncer.

Outre la version hatchback, la Fiat 500c est également disponible, et c’est la décapotable la moins chère au Canada. Son toit souple rétractable s’abaisse, alors que les piliers et les cadres de portes demeurent en place afin de conserver la rigidité de la voiture. On profite donc des rayons chauds du soleil, mais malheureusement, le toit compressé à l’arrière obstrue la visibilité.

Petit moteur, avec ou sans turbo
La 500 est équipée d’un quatre cylindres de 1,4 litre qui développe 101 chevaux, une puissance convenable dans un segment de marché où les rivales disposent de 78 à 109 chevaux. De série, on obtient une boîte manuelle à cinq rapports qui contribue à rendre la conduite de la petite Fiat drôlement agréable. Avec la boîte automatique optionnelle à six rapports, la voiture est moins enjouée, mais surtout, elle consomme plus. La 500 à hayon affiche une moyenne mixte ville/route de 7,0 l/100 km, mais il faut ajouter un litre avec l’automatique.

La 500 Abarth est une bagnole résolument sportive avec son moteur turbocompressé de 160 chevaux, ou 157 avec la boîte automatique. La sonorité de son échappement libre lui confère un caractère agressif et une attitude arrogante, alors que sa suspension est réglée pour offrir une dynamique de conduite rehaussée. On se plaît à piloter la petite Abarth, disponible elle aussi en coupé et en cabriolet, et son manque de raffinement comparativement à une Honda Civic Si ou à une Volkswagen Golf GTI, par exemple, est tout à fait intentionnel.

Rappelons qu’en Californie et en Oregon, aux États-Unis, on propose également la Fiat 500e, 100% électrique. Une voiture maniable, amusante à conduire et procurant une autonomie de 134 km entre les recharges. Dommage qu’on n’y ait pas droit, quoiqu’à 33 000 $ US…

En effet, le gros problème de la Fiat 500 2017, c’est son prix beaucoup trop élevé. À près de 20 000 $ pour le modèle de base, on a droit à un style accrocheur, mais à un côté pratique quasi inexistant, Pour ce prix, on peut avoir une voiture compacte plus conservatrice, certes, mais plus logeable et mieux équipée. 

Lancée en 2007, en Europe, la génération actuelle de la Cinquecento commence à se faire vieille. Au moment de mettre sous presse, FCA n’a révélé aucun détail concernant la prochaine mouture de sa minivoiture, mais les spéculations nous laissent croire qu’on ajouterait une version cinq portes de la 500, ce qui la rendrait plus conviviale, et une motorisation hybride. Il faudra attendre pour voir quelle surprise nous réserve la petite Fiat 500, mais pour l’instant, la génération actuelle représente un achat plus ou moins intéressant… à moins d’obtenir un méchant « deal ».

Feu vert

  • Style accrocheur
  • Design intérieur intéressant
  • Performances affûtées (Abarth)
  • Version décapotable agréable
  • Charme irrésistible

Feu rouge

  • Prix élevé
  • Consommation avec la boîte automatique
  • Visibilité réduite (surtout 500c)
  • Fiabilité à améliorer
  • Places arrière étriquées

Partager sur Facebook
Commentaires