Mercedes-Benz Classe GLS 2018: Le confort grand format

Le comportement routier du GLS est aussi tout ce qu’il y a de plus civilisé, et le confort est nettement supérieur à celui du Cadillac Escalade.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Mercedes-Benz a décidé de revoir la désignation de ses VUS afin d’assurer une filiation plus étroite avec les différents modèles de voitures qui composent sa gamme. Voilà pourquoi le GLK est devenu le GLC, le ML est devenu GLE et le GL est aujourd’hui connu comme étant le GLS. Ainsi, la famille des VUS, émule celle des voitures de Classe C, E et S.

Véritable boîte sur roues, le GLS ne gagne pas de prix de design, mais se démarque par son volume d’espace intérieur qui lui confère une grande polyvalence. Malgré son encombrement, le GLS est tout de même plus compact que les Cadillac Escalade, GMC Yukon Denali ainsi que le tandem Nissan Armada / Infiniti QX80.

L’habitacle du GLS n’est pas aussi cossu ou luxueux que celui d’une berline de Classe S, mais le confort est très bon et les places de la troisième rangée ne font pas l’effet d’un banc de punitions. Au volant du GLS, on remarque que la visibilité est meilleure sur les côtés et vers l’arrière qu’au volant des véhicules concurrents de General Motors.

Le design de la planche de bord est un peu old school, mais il a le mérite d’être fonctionnel même si l’écran central de huit pouces semble avoir été ajouté à la sauvette. Si vous n’êtes pas familier avec le système multimédia appelé COMAND chez Mercedes-Benz, il faudra prévoir une période d’adaptation car les sous-menus sont parfois inutilement complexes. La qualité d’assemblage est à la hauteur, et le choix est vaste pour ce qui est des garnitures en bois ou même en fibre de carbone.

Trois moteurs au programme

Trois blocs peuvent animer le GLS et tous sont associés au rouage intégral ainsi qu’à une boîte automatique à neuf rapports, à l’exception de l’AMG GLS 63 lequel est doté d’une boîte automatique à sept rapports. Le moteur à essence V6 turbocompressé qui équipe le GLS 450 convient parfaitement à la tâche en offrant des performances comparables à celles des véhicules concurrents mus par des moteurs V8. De plus, sa consommation est réduite par rapport au V8 turbocompressé du GLS 550, et comme la capacité de remorquage est chiffrée à 3 500 kilos (7 716 lb) pour les deux variantes, le choix du V8 ne présente qu’un seul avantage, soit celui de gagner un peu plus d’une seconde pour le sprint de 0 à 100 km/h, ce qui est plutôt marginal dans le cas d’un VUS à sept passagers.

Le comportement routier du GLS 450 est aussi tout ce qu’il y a de plus civilisé, et le confort est nettement supérieur à celui du Cadillac Escalade, un véhicule trahi par sa génétique, soit celle d’une camionnette pleine grandeur. Le 450 est également le plus abordable de la gamme GLS, si un VUS de plus de 80 000 $ peut être qualifié comme étant « abordable », à l’achat comme à la pompe!

À fond la caisse

Prendre le volant du Mercedes-AMG GLS 63, c’est faire l’expérience de la dissonance cognitive dans sa forme la plus pure. En enfonçant l’accélérateur à fond, on est absolument stupéfait de constater qu’un mastodonte de 2 610 kilos soit capable d’accélérer aussi rapidement. Le moteur V8 biturbo de 5,5 litres permet au GLS 63 de décoller avec autorité et d’atteindre la barre des 100 km/h en 4,6 secondes, un chrono qui se situe entre ceux des Porsche 718 Boxster et 718 Boxster S, deux voitures pesant à peu près la moitié du poids du GLS63. Pour un VUS sept passagers, voilà qui est vraiment impressionnant.

La tenue de route est bonifiée, par rapport aux GLS 450 et GLS 550, grâce à l’adoption d’une monte pneumatique surdimensionnée chaussant des jantes de 21 pouces, à la garde au sol qui se retrouve abaissée en mode Sport+, ainsi qu’aux calibrations adoptées par la suspension pneumatique. En quelques mots, le GLS 63 s’accroche vraiment à la route, malgré son poids élevé et son gabarit, et le freinage s’avère performant grâce aux disques de frein de 390 millimètres de diamètre à l’avant et 360 millimètres à l’arrière.

Les performances hors normes du GLS 63 peuvent être qualifiées de délirantes, mais comme aucun de vos passagers n’aimera se faire conduire avec autant de célérité, le choix de cette version relève plus d’un désir de s’afficher au volant de la plus performante de la gamme qu’autre chose. À mon avis, le meilleur choix est le GLS 450. Son moteur V6 biturbo fait amplement le travail et convient parfaitement à la mission première du GLS, soit de transporter la famille, avec armes et bagages, sur de longues distances en tout confort.

Dans le créneau des VUS de grand format, le GLS de Mercedes-Benz est, encore et toujours, la référence. De tous les véhicules de sa catégorie, c’est celui qui conjugue le mieux polyvalence, confort, sécurité et agrément de conduite, ce qui n’est pas un mince exploit pour un VUS sept passagers.

Feu vert

  • Très bon niveau de confort
  • Rouage intégral performant
  • Très bonne capacité de remorquage
  • Performances relevées (GLS 63)

Feu rouge

  • Poids très élevé
  • Consommation élevée (GLS 550 et GLS 63)
  • Prix élevé
  • Coût des options

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

New YorkLe Mercedes-Benz GLS 2020 dévoilé à New York
Le VUS pleine grandeur du constructeur allemand subit une refonte totale afin de se préparer à confronter le BMW X7 récemment introduit, sans oublier le Range Rover , le Cadillac Escalade et le Lincoln Navigator , entre autres. La troisième génération du Mercedes-Benz GLS – ou deuxième, puisque la première …
Commentaires