Lexus NX 2018: Encore plus de caractère

Le NX est un petit VUS de luxe aux lignes audacieuses qui représente bien le virage entrepris par Lexus.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Il y a quelques années, Akio Toyoda, le PDG de Toyota, a affirmé haut et fort que la marque Lexus ne serait plus jamais qualifiée d’ennuyante. Introduit en 2014 en tant que modèle 2015, le Lexus NX, un VUS compact, fut le premier à confirmer le changement de cap de la marque de luxe de Toyota. Son style angulaire n’a pas manqué d’attirer l’attention, face à des concurrents germaniques bien plus réputés mais visuellement plus sages.

En ce qui a trait au style, le NX ne fait pas dans la demi-mesure. Qu'on l’aime ou non, on ne peut que saluer l’audace dont fait preuve Lexus. Si le nez du NX ne vous plaît pas, il y a de fortes chances que ce soit toujours le cas cette année puisque les designers ont conservé la même recette de base. L’imposante grille trapézoïdale en sablier demeure en tête d’affiche, elle qui occupe une bonne partie du devant. Les larges prises d’air situées de chaque côté sont maintenant plus creuses et angulaires, alors que les phares à triples projecteurs, empruntés à la LC 500, campent bien le nouveau design plus défini du véhicule.

Du reste, les jantes ont été renouvelées alors qu’à l’arrière, les feux sont plus longs, dans une forme en L plus prononcée, et la partie inférieure du pare-chocs a été légèrement relevée.

Un nouveau nom, mais pourquoi?

Étonnamment, le Lexus NX 200t est rebaptisé NX 300 en 2018, mais c’est à se demander pourquoi puisqu’il conserve son quatre cylindres de 2,0 litres turbocompressé. Avouons que l’ancien nom reflétait mieux sa cylindrée! Lexus veut peut-être donner l’impression que ce moteur à essence est plus puissant (alors qu’il ne l’est pas) ou rapprocher son appellation à celle du modèle hybride, le NX 300h.

Fort de ses 235 chevaux et de son couple de 258 livres-pied, ce 2,0 litres turbo assure une puissance comparable, voire supérieure, à celle de ses principaux concurrents; le cas du Audi Q3 est un bon exemple. Il transmet sa puissance aux quatre roues par le biais d’une boîte automatique à six rapports; certes, ce n’est pas la plus moderne, mais elle demeure efficace. Pour le prix, le NX 300 est, sans aucun doute, la version la plus intéressante pour sa puissance et pour sa consommation de 8,8 l/100 km en conduite combinée.

Intéressant, l’hybride? Pas tellement

L’autre NX, c’est le 300h, le « h » signifiant, bien entendu, hybride. Le groupe propulseur se compose cette fois d’un quatre cylindres de 2.5 litres de 154 chevaux, auquel on a lié deux moteurs électriques de 141 et 67 chevaux (avant, arrière), pour un total combiné de 194 chevaux. Le couple instantané du moteur électrique apporte la dose de performance recherchée. Cette fois, la boîte est une CVT, qui n’améliore en rien le plaisir de conduire.

Malheureusement, le NX 300h n’est pas rechargeable, ce qui ne joue pas en sa faveur, d’autant plus que l’économie de carburant est modeste, à peine 1,1 litre aux 100 km de moins que la version à essence régulière. Compte tenu de son prix majoré de plus de 11 000$, c’est cher payer. À sa défense, le NX 300h dispose d’un équipement plus cossu, notamment un volant chauffant, un système de navigation et un hayon électrique. Vous pouvez toutefois les obtenir dans le NX 300 via divers groupes d’options. Parlant d’options, si vous désirez augmenter d’un cran le style de votre NX, jetez un œil aux différents ensembles F SPORT. Ils apportent tout ce qu’il faut pour que votre NX se démarque.

Le plus spacieux

Puisque le NX est aussi plus imposant que certains de ses rivaux que sont les Audi Q3, BMW X1, Mercedes-Benz GLA et cie, cela se traduit par un espace accru à l’intérieur, même chose pour le volume de chargement. Quoiqu’il soit compact, il s’avère le plus accueillant pour les petites familles. Aussi, son excellente fiche de fiabilité vous permettra d’être plus souvent présent aux activités familiales, ou au bureau, plutôt que chez le concessionnaire!

À son volant, on découvre un VUS fort agréable à conduire, loin de ce que Lexus représentait dans le passé. La direction est précise et le sentiment de contrôle, excellent, le tout étant appuyé par une bonne position de conduite et un volant qui tombe bien en main. Le moteur travaille tout de même assez fort pour livrer sa puissance, mais en conduite normale, c’est peu perceptible. On préfère la conduite de la version turbo à l’hybride, lequel est plus lourd et moins agile, mettant pratiquement deux secondes de plus pour ficeler le 0-100 km/h.

En plus de son dynamisme, les ingénieurs ont réussi à lui conférer une dose de confort. De nouveaux calibrages de la suspension, des ressorts et des barres stabilisatrices améliorent la tenue de route et le maintien en virage, sans pénaliser le confort sur de longs trajets. Dans le segment où le plaisir de conduite règne, le NX n’est pas laissé pour compte.

Feu vert

  • Lignes emballantes (si vous aimez!)
  • Choix de couleurs vibrantes
  • Fiabilité assurée
  • Finition impeccable

Feu rouge

  • Carburant super requis (NX 300)
  • Version hybride dispendieuse
  • Le prix grimpe rapidement avec les options
  • Il faut aimer son style

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

SurvolLexus NX 2019 : aperçu
Chez Lexus, le plus populaire des VUS c’est le NX qui s’est écoulé à plus de 65 000 unités au Canada et aux États-Unis en 2017. On l’aime pour sa fiche de fiabilité, sa qualité d’assemblage et ses lignes audacieuses, même si certains n’apprécient pas son imposante grille trapézoïdale. On …
Commentaires