Kia Soul 2018: Lequel vous convient?

La version 100 % électrique du Soul demeure l’as caché de la gamme, d’autant plus que l’autonomie a été améliorée cette année.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Il y a de ces véhicules qui connaissent du succès sans qu’on s’y attende véritablement, et le Kia Soul en est un bon exemple. Lancé en 2010, à une époque où les VUS sous-compacts, si populaires de nos jours, n’existaient pratiquement pas, il a su se faire une niche alors que ses principaux rivaux de l’époque, le Nissan cube, le Honda Element et la Scion xB, sont tous disparus. On aime le Soul pour son design unique, pour ses coloris vibrants et surtout, pour sa valeur de revente intéressante.

La variété ne manque pas cette année pour ce qui est du Kia Soul. Chaque version est accompagnée d’une mécanique distincte, ce qui pourrait bien compliquer votre magasinage. Le plus abordable des Soul, le LX, devient enfant unique puisqu’on a cessé de l’offrir équipé de la boîte manuelle, par manque d’intérêt des acheteurs.

Toujours pas de rouage intégral

Sous le petit capot du Soul de base, le quatre cylindres de 1,6 litre déploie 130 chevaux, et un maigre couple de 118 lb-pi. Et ne cherchez pas de rouage intégral ici, ni dans aucun Soul d’ailleurs. Même si on l’espère toujours, ce n’est pas pour 2018 malheureusement.

Dès que l’on monte en grade avec le Soul EX, et que l’on franchit les 20 000 $, on a droit à un moteur un peu plus costaud, un quatre cylindres de 2,0 litres qui, cette fois, livre 161 chevaux et 149 lb-pi. Ce moteur, tout comme le petit quatre cylindres de base, doit travailler fort et à haut régime pour libérer sa puissance, et ce, malgré une boîte automatique assez efficace. Sur la route, il faut prévoir ses manœuvres, on ne peut enfoncer simplement l’accélérateur et miser sur la puissance.

La grande nouveauté, c’est l’arrivée l’an passé d’un moteur turbo à bord de la livrée SX, une mécanique qui apporte non seulement un peu plus de bonheur pour le conducteur, mais également du modernisme sous le capot. Avec ses 201 chevaux, il fait preuve d’un excellent ratio poids/puissance. On apprécie surtout son couple de 195 lb-pi qui, cette fois, est déployé plus rapidement, dès les 1 500 tr/min. La boîte à six rapports est substituée par une à sept rapports avec double embrayage. Étonnamment, même s’il est le plus puissant, ce moteur est le plus économique, pourvu que vous demeuriez gentil avec l’accélérateur.

Le mariage parfait serait?

La livrée SX serait sans doute le meilleur Soul à vous recommander, mais il faut aussi savoir qu’elle est assez cossue, avec ses équipements supplémentaires, des jantes de 18 pouces, des sièges sport, des phares au xénon, ce qui porte son prix à plus de 25 000 $. Si Kia offrait ce moteur en option, dans le Soul EX, on serait drôlement en voiture, du moins, en petit VUS!

À une époque de rectitude politique, où tous les VUS semblent similaires, aux mêmes couleurs maussades, le Soul apporte un peu de joie avec ses lignes extraverties, mais surtout, avec des coloris qui feraient fuir les clients de Mercedes-Benz. Orange sauvage, bleu des Caraïbes, jaune extraterrestre… c’est ce qui fait l’âme du Soul. Oh! Kia a retiré le vert alien du catalogue cette année.

À bord, la présentation est beaucoup plus classique, moins moderne que ce que d’autres VUS nous proposent. On se plaindra encore des plastiques durs et d’une finition plus sommaire. Au moins, Kia a ajouté la compatibilité avec Android Auto et Apple Car récemment. Du reste, malgré sa taille, le véhicule demeure confortable et assez spacieux, même pour ceux qui prennent place à l’arrière. La forme carrée du Soul devient ici payante, même constat pour le volume de chargement qui est très généreux.

Et le Soul EV?

Chez les véhicules électriques, le Soul EV s’est taillé une place de choix. Non seulement il apporte une polyvalence souvent déficiente chez les VÉ, mais son autonomie se classe parmi les plus intéressantes. Cette année, lelle passe de 150 km à 169 kilomètres, principalement grâce à un ensemble de batterie lithium-ion polymère d’une capacité supérieure, 30 kWh au lieu de 27. C’est loin des dernières nouveautés en la matière, notamment la Bolt EV, mais l’équilibre se trouve toujours entre prix et capacités.

Le Soul EV dispose d’un moteur dont la puissance est de 109 chevaux. Ce n’est certes pas très éloquent, mais le couple de 210 lb-pi donne à l’engin toute son efficacité. Ce couple intéressant rend sa conduite très sécuritaire et surtout, plus agréable que dans le cas des versions de base du Soul à essence. C’est véritablement l’as caché de la gamme.

Nul doute que le Soul possède les arguments qu’il faut pour continuer à séduire les acheteurs. On l’apprécie pour son prix attrayant et pour son niveau d’équipement complet, sans oublier son excellente garantie, gage de tranquillité d’esprit.

Feu vert

  • Version EV intéressante
  • Offre de modèles variée
  • Excellente garantie
  • Beaucoup d’équipement pour le prix

Feu rouge

  • Pas de rouage intégral
  • Habitacle un peu terne
  • Style qui ne fait pas l’unanimité
  • Puissance du moteur de base un peu juste

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surNissan Kicks 2018 : on le conduit cette semaine!
Il a été dévoilé au Salon de l’auto de Montréal en janvier dernier, et nous aurons enfin l’opportunité de le conduire cette semaine. Le Nissan Kicks 2018 sera bientôt en vente, positionné au bas de l’échelle des VUS chez la marque japonaise. Le Kicks est équipé d’un quatre cylindres de …
Commentaires