Mercedes-Benz Classe CLA 2018: Le style avant tout

Les tarifs demandés pour les modèles bien équipés sont élevés au point où le choix d’une Classe C, plus actuelle, s’avère plus avisé.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Avec son look de mini-CLS, la CLA de Mercedes-Benz adopte le style d’un coupé à quatre portes en format réduit, ce qui lui vaut de se démarquer dans le paysage automobile, même après plusieurs années sur le marché. Toutefois, ce style particulier engendre plusieurs critiques en ce qui a trait à l’habitabilité, et les tarifs demandés pour les modèles bien équipés sont élevés au point où le choix d’une Classe C, plus actuelle, s’avère plus avisé.

Avec sa calandre agressive, ses flancs presque taillés au scalpel, et la ligne fuyante de son toit, la CLA joue le jeu de la séduction tous azimuts. C’est particulièrement vrai dans le cas de la Mercedes-AMG CLA 45, dont l’allure est encore plus typée avec son aileron sur le couvercle du coffre et son diffuseur arrière.

Stylé, mais étriqué

Malheureusement, le style ravageur de la carrosserie ne trouve pas son écho dans la présentation intérieure dont le design commence sérieusement à montrer de l’âge, surtout lorsqu’on compare la CLA 250 aux plus récents modèles de Mercedes-Benz. L’ergonomie laisse souvent à désirer, tout comme la qualité des matériaux utilisés et la justesse de l’assemblage, deux points où la CLA est déclassée par la rivale Audi A3. Les places avant offrent un bon confort, mais c’est tout autre chose aux places arrière. Dans un premier temps, il faut composer avec la ligne du toit qui complique l’accès à bord, pour ensuite s’accommoder d’un dégagement pour la tête très limité, ainsi que d’un dégagement compté pour les jambes.

La sensation de se retrouver vraiment à l’étroit est aussi renforcée par la très petite surface du vitrage latéral. La visibilité pose également problème pour le conducteur en raison de la forme particulière de la CLA. Heureusement, Mercedes-Benz a cru bon d’y pallier sur les modèles 2018 en ajoutant la caméra de recul à la dotation de série sur toutes les versions, c’est déjà ça de gagné. Le côté pratique d’une berline est aussi occulté par l’étroitesse de l’ouverture du coffre ainsi que par son volume limité.

Si la CLA 250 évoque la sportivité, c’est plus par son look que par ses performances. Animée par un quatre cylindres turbocompressé, la CLA 250 livre des accélérations et des reprises qui sont correctes, sans plus, et le moteur peut se montrer plutôt bruyant en accélération franche, ce qui affecte le confort. De plus, malgré son design aérodynamique, on perçoit un peu trop le bruit de vent à vitesse d’autoroute. Le freinage s’avère performant et la tenue de route est bonne, mais les suspensions adoptent des calibrations fermes qui pénalisent le confort lorsqu’on roule sur des routes dégradées.

La bombe AMG

Dopée aux stéroïdes, l’AMG CLA 45 4MATIC reçoit un quatre cylindres de 2,0 litres turbocompressé, assemblé à la main et développant 375 chevaux, soit 167 de plus que le moteur de la CLA 250. Bien évidemment, cette transplantation cardiaque signifie aussi que les liaisons au sol ainsi que la monte pneumatique ont été bonifiées et que le rouage intégral répond présent, histoire de transmettre efficacement à la route toute la cavalerie développée par ce moteur très performant.

Sur le plan technique, le moteur de l’AMG CLA 45 est doté d’un turbo à double entrée qui peut générer une pression de suralimentation maximale chiffrée à 26,1 psi. Ce souffle abondant permet à la CLA 45 d’atteindre la barre des 100 kilomètres/heure en 4,2 secondes, ce qui est très rapide. Bien que ce moteur soit turbocompressé, il émet une sonorité tout à fait convaincante, surtout lorsque le mode Sport ou Sport Plus est sélectionné.

Pour 2018, Mercedes-Benz apporte quelques changements à sa gamme CLA. Le plus important étant un dispositif « roue libre » ajouté à la boîte automatique pour toutes les déclinaisons, même l’AMG CLA 45. En clair, lorsque la voiture roule sans que le conducteur n’exerce de pression sur l’accélérateur, la transmission se désengage et le moteur se met alors à tourner au ralenti, dans le but de bonifier la consommation. Évidemment, le moteur et la boîte de vitesses reprennent du service immédiatement lorsque le conducteur appuie sur l’accélérateur. Ce dispositif n’est pas nouveau, Porsche l’utilise déjà sur plusieurs modèles, dont la mythique 911 Carrera.

Choisir la CLA, peu importe le modèle, témoigne d’une obsession pour le style avant tout. Malheureusement pour Mercedes-Benz, les CLA 250 sont devancées par la Audi A3, alors que la nouvelle Audi RS 3 chasse maintenant sur les mêmes terres que l’AMG CLA 45 et lui dame facilement le pion en ce qui a trait à la dynamique et aux performances. On attend la riposte de la marque à l’étoile, qui ne devrait pas tarder, Mercedes-Benz ayant l’intention de revoir prochainement son portfolio de véhicules de petite taille.

Feu vert

  • Style toujours actuel
  • Moteur performant (AMG CLA 45)
  • Rouage intégral disponible
  • Dynamique performante (AMG CLA 45)

Feu rouge

  • Performances décevantes (CLA 250)
  • Confort illusoire
  • Espace limité aux places arrière
  • Visibilité limitée
  • Prix très élevés des versions bien équipées

Partager sur Facebook
Commentaires