Toyota Sienna 2018: Toyota joue de prudence

L’achat d’une fourgonnette est un acte de raison et grâce à sa réputation de fiabilité, l’acquisition d’une Sienna l’est encore plus.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Chez Toyota, on préfère l’évolution de ses modèles à la révolution. La nouvelle mouture de la Sienna en est un parfait exemple. Au lieu de tout transformer, on a choisi de rafraîchir la silhouette, d’étoffer les systèmes de sécurité et de réviser l’équipement. On a par ailleurs conservé le même moteur V6, introduit l’année précédente. Cette politique peut sembler trop timide aux yeux de certains, mais il ne faut pas oublier que le marché de la fourgonnette est relativement stable et qu'il cible une clientèle familiale, laquelle est davantage intéressée à la polyvalence et à l’habitabilité qu’aux avancées technologiques.

Timide restylage

Même si la silhouette d’une fourgonnette ne figure pas nécessairement parmi les priorités des acheteurs, il ne faut quand même pas ignorer cet élément. Puisque la Sienna commençait à prendre de l’âge sur le plan esthétique, les stylistes lui ont fait subir un restylage partiel, surtout axé sur la partie avant et sur le bas des parois latérales. La grille de calandre est dorénavant ultra étroite et constituée d’une languette chromée, en forme de V évasé, au centre duquel trône l’écusson Toyota. Il surplombe ainsi un très large pare-chocs agrémenté d’ouvertures longitudinales.

Par ailleurs, la version SE est dotée d’un pare-chocs avant parsemé d’ouvertures alvéolées, tandis que la grille de calandre possède également un grillage du même type. On a en outre placé un renflement dans le bas de la caisse, sur tous les modèles, afin de donner une allure plus sportive, d’après les affirmations du constructeur. Pourtant, sportivité et fourgonnette sont rarement associées.

On a profité de cette mise à jour pour installer de série le système multimédia Toyota Entune, plus sophistiqué. Parmi les améliorations qu’il apporte, soulignons la présence de cinq ports USB couvrant les trois rangées de sièges, d'une caméra de recul en plongée sur la version Limited et, sans oublier, d'un écran multifonctions. Le système Entune rend la Sienna plus attrayante qu’auparavant alors que c’était un véhicule d’un triste ennui technologiquement parlant.

Comme sur le modèle précédent, il est possible de commander cette fourgonnette en version sept ou huit places, selon que l’on commande des sièges capitaine sur la rangée médiane ou une banquette accommodant trois occupants. Il faut également souligner que l’accès aux places arrière est relativement facile en raison de la présence de rails coulissants permettant aux sièges de se déplacer vers l’avant, pour faciliter l’accès à bord.

Sécurité accrue, conduite prévisible

Chez Toyota, on insiste beaucoup sur la sécurité des véhicules et chaque nouvelle version bénéficie de systèmes de protection plus élaborés. Le nouveau Sienna ne fait pas exception à cette règle et possède dorénavant la suite Toyota Safety Sense P (TSS-P), un regroupement de technologies de sécurité qui permettent de conduire en toute quiétude. Les technologies offertes par le TSS-P comprennent le système précollision, l'avertissement de sortie de voie et les phares de route automatiques. Et il ne faut pas oublier un élément qui n’est pas nécessairement associé à la sécurité elle-même, mais force est d’admettre que le rouage intégral de cette fourgonnette le rend plus intéressante durant l’hiver. Soulignons au passage que cette Toyota est la seule fourgonnette sur le marché à proposer un rouage intégral. Celui-ci est offert en option et fait quand même augmenter la facture de façon significative.

Rien ne semble avoir été transformé en ce qui concerne la mécanique, et l'on retrouve donc, sous le capot, le même moteur V6 3,5 litres introduit l’an dernier. Sa puissance est de 295 chevaux et son couple, de 263 lb-pi. Il est couplé à une boîte automatique à huit rapports. Cette puissance est quand même importante pour un véhicule à vocation utilitaire et familiale. Il faut d’ailleurs moduler la pédale d’accélération, faute de quoi les roues avant patinent et un effet de couple dans le volant se fait sentir. Voilà autant de raisons pour s’intéresser à la transmission intégrale.

Ce moteur à injection directe consomme de façon raisonnable compte tenu du poids et de l’encombrement de ce véhicule, sans compter un coefficient de pénétration dans l’air assez élevé. Toutefois, il ne faut pas associer cette puissance à une conduite intéressante. En effet, la tenue de route est moyenne, sans plus, et tous virages abordés à vive allure se traduisent par un important roulis de caisse. Soulignons cependant que la suspension est confortable.

Malgré une conduite peu inspirante, la fiabilité de la marque et de la possibilité de commander un modèle à transmission intégrale sont autant d’arguments prêchant en sa faveur.

Feu vert

  • Fiabilité rassurante
  • Moteur puissant
  • Rouage intégral disponible
  • Excellente valeur de revente
  • Habitabilité impressionnante

Feu rouge

  • Agrément de conduite moyen
  • Dimensions encombrantes
  • Version de base dépouillée
  • Effet de couple dans le volant

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

SurvolHonda Odyssey 2018 : aperçu
Bien que les Américains puissent se réjouir d’avoir inventé la minifourgonnette avec la Dodge Caravan dans les années 80, ce sont les constructeurs japonais qui l’ont perfectionnée en offrant des mécaniques plus fiables, plus performantes et moins énergivores, tout en présentant généralement des habitacles mieux assemblés et mieux pensés. La …
guideauto.tvSalut Bonjour : parlons des fourgonnettes, ces incomprises!
Quoique le segment des fourgonnettes ait connu des années glorieuses au tournant des années 1980-90, il tend aujourd’hui à décroître voire même disparaître au profit de véhicules utilitaires de plus ou moins grand format. Certains constructeurs tels que Dodge et Chrysler continuent de performer dans ce segment, alors que d’autres …
Commentaires