Infiniti QX60 2018: Fourgonnette de luxe

Pour le prix d’une Chrysler Pacifica bien équipée, voici l’Infiniti QX60, une anti-fourgonnette de luxe!

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

Malgré le fait que la division luxueuse de Nissan ait mis beaucoup d’efforts et ait connu un grand succès avec la création de voitures telles les G35 berline et coupé, et leurs itérations subséquentes, ce sont les véhicules utilitaires qui assurent sa santé financière. Le nouveau QX30 connaît un très bon départ, et les QX50, QX70 et QX80 seront renouvelés dans un proche avenir, même s’ils demeurent populaires auprès des consommateurs recherchant luxe et confort. Par contre, aucun de ces véhicules ne se rapproche du volume de ventes généré par le QX60 de taille intermédiaire.

Se déplacer en « gang » n’est pas une mode, c’est l’essence même de la vie pour des millions de familles en Amérique du Nord. Le QX60 offre l’espace, la polyvalence, le confort et la sécurité que recherchent ardemment les parents mieux nantis et, sur tous ces points, le QX60 satisfait les attentes.

Moins fourgon qu’avant

Les retouches esthétiques apportées pour le millésime 2016 auront donné plus de gueule, et surtout moins de « minivan » à l’allure d’ensemble du QX60. En redressant certaines lignes de la carrosserie, ce VUS a gagné du muscle visuel, ce qui plaît à un plus grand nombre d’acheteurs.

La grille de calandre et les phares s’alignent avec les autres produits d’Infiniti. D’ailleurs, le prochain QX60 pourrait bien prendre les traits du QX50 qui arrivera sur le marché d’ici quelques mois, ce qui le rendrait plus dynamique encore, mais pour le moment, il fait belle figure.

Une grande partie des acquéreurs du QX60 sont de sexe féminin, d’un âge inférieur à celui de l’acheteur habituel de produits luxueux et, l’aspect le plus important pour les dirigeants, ils sont nouveaux chez Infiniti. C’est donc en tant que véhicule conquête que le QX60 réussit son tour de force. Il représente ce qu’une majorité de personnes recherchent : l’aspect pratique de leurs véhicules familiaux précédents avec, en bonus, un certain panache.

C’est pour les propriétaires et leur famille que l’habitacle a été conçu. Les sièges de la deuxième rangée glissent vers l’avant et se basculent, permettant de se rendre à l’arrière sans se déboiter le dos. Au centre du véhicule, les places sont généreuses, mais les coussins sont fermes. À l’avant, tout y est sauf des vide-poches pour les téléphones et portefeuilles, par exemple. 

La qualité des matériaux est excellente et justifie l’appellation « de luxe ». Les cuirs sont souples et les plastiques et garnitures de bois n’ont pas un aspect bon marché. L’équipement de série est plus que complet, aidant à faire passer le prix de base. Ce dernier grimpe rapidement cependant, en particulier avec les ensembles luxe et technologie.

La clé principale du succès du QX60 se situe dans l’abondance d’espace. Le coffre demeure utilisable, même avec la banquette finale en place. Lorsqu’escamotée, on ne peut imaginer remplir tout ce volume à moins de passer une semaine en famille, en camping.

Un peu plus de souffle

Lors de la révision de 2016, plusieurs croyaient que le V6 de 3,7 litres se retrouverait sous le capot du QX60. Ce ne fut pas le cas, mais le V6 de 3,5 litres a vu sa puissance grimper à 295 chevaux l’année dernière. Sur papier, cette nouvelle donnée a du bon. Pourtant, en pratique, on ne remarque pas vraiment de différence. La boîte automatique CVT brille par sa douceur et elle est appréciée en ville, lorsque nous ne sommes pas trop pressés. En utilisation normale, le groupe propulseur s’avère efficace, sans plus. La transmission intégrale de série est destinée aux milieux urbains et se débrouille bien. La version hybride est de retour, mais il nous est difficile d’en faire la recommandation. Malgré l’équipement supplémentaire, son prix de base, considérablement plus élevé que celui de la version à moteur V6, n’est pas justifiable vu les performances moyennes et une économie d’essence peu remarquable.

Comme nous l’avons mentionné plus tôt, c’est la douceur, ou le raffinement d’ensemble du QX60 si vous voulez, qui en fait un choix réfléchi. Les suspensions sont ajustées avec soin pour un niveau de confort souhaitable. La direction a été recalibrée en 2016, mais encore une fois, il est difficile de remarquer les améliorations. Infiniti a aussi travaillé l’insonorisation du véhicule, rehaussant une fois de plus la sensation de bien-être à bord. Le moins qu’on puisse dire est qu’on se sent bien au volant du QX60.

Une fois que la fourgonnette familiale a rendu l’âme et que les bambins ont grandi, le QX60 se présente comme étant un excellent véhicule familial à rouage intégral, sans compromis en matière d’espace et de polyvalence.

Feu vert

  • Véhicule raffiné
  • Habitacle spacieux
  • Belle qualité d’ensemble
  • Bon comportement routier

Feu rouge

  • Groupes d’options dispendieux
  • Ergonomie de la planche de bord à revoir
  • Consommation plus élevée qu’indiqué

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisInfiniti QX60 2019 : pour la polyvalence
Dès que l’Infiniti QX60 est arrivé sur le marché en 2012 – il s’appelait en fait le JX35 lors de sa première année de production –, il s’est avéré plus populaire que tous les autres voitures et VUS du constructeur. Jusqu’à 2019, le QX60 représentait plus de 35% des ventes …
Commentaires