Honda Pilot 2009, au-delà des apparences...

Points forts
  • Superbe motorisation
  • Habitacle spacieux et confortable
  • Comportement routier honorable
  • Qualité de construction irréprochable
  • Conduite hors route surprenante
Points faibles
  • Design extérieur raté
  • Qualité de certains plastiques à bord
  • Équipement moins cossu que la moyenne
  • Facture salée
Évaluation complète

À chaque fois que je croise un Pilot 2009 sur la route, je me questionne sur le niveau de myopie aigüe des stylistes de Honda. Car il est à mon sens inconcevable que l'on puisse accoucher de quelque chose d'aussi laid en espérant connaître un grand succès commercial. Sauf qu'il me faut admettre que cette interrogation me revient fréquemment en tête, ce qui revient à dire que les Pilot sont tout de même passablement nombreux sur nos routes. Suis-je donc dans le clan minoritaire de ceux qui détestent la ligne de ce véhicule, où dois-je comprendre qu'Honda jouit d'une réputation telle qu'elle permet aux acheteurs de passer l'éponge sur le style de la carrosserie?

Personnellement, en prenant connaissance des ventes du constructeur qui sont tout de même inférieures à celles de GM, Ford et Toyota dans ce segment, je n'ai d'autre choix que de constater que les ventes des multisegments de ce genre ne sont allées qu'en grandissant au cours des dernières années. Normal direz-vous, puisque les ventes des VUS intermédiaires trop gourmands, ont chutées dramatiquement. Sauf que ces véhicules tout de même imposants n'ont rien de petits mangeurs. Ceci dit, en dépit du fait que le Pilot de nouvelle cuvée connaisse un certain succès, je suis persuadé qu'on réussirait à en vendre davantage si sa ligne avait été réussie.

Tout en un

Honda explique l'adoption d'une ligne aussi musclée par le désir des acheteurs à conduire des véhicules au caractère fort. Selon Honda, si les ventes des VUS ont chutées si fortement, ce n'est qu'en raison de leur conception conservatrice et de leur fort appétit de carburant. Toutefois, les acheteurs désireraient toujours bénéficier d'une capacité de charge immense, de bonnes aptitudes hors route, d'une forte capacité de remorquage et d'un look de camion. Honda a donc choisi de combiner le tout à un véhicule qui sous sa robe, cache une motorisation moderne et un châssis monocoque que l'on dit aussi solide qu'un châssis à échelle.

Évidemment, cela n'excuse pas le fait d'avoir sculpté une grille de calandre aussi injurieuse et des blocs optiques à ce point horripilants. Quant à la fenestration qui semble empruntée au récent Jeep Liberty, bonjour l'originalité! Mais bon, on peut à tout le moins comprendre quel était l'objectif des stratèges de la marque en concevant un véhicule à la carrure si imposante.

À bord, les critiques esthétiques sont heureusement plus positives. La présentation est moderne et élégante, la qualité d'assemblage est soignée et l'aménagement est sérieusement étudié. On ne cesse d'ailleurs avec ce véhicule de découvrir de nouvelles caractéristiques en matière de rangement, ce qui laisse croire que certains concepteurs avaient vraiment des choses à cacher (!). Il n'y a en fait que la qualité de certains plastiques qui déçoit légèrement, mais on peut très bien s'en accommoder.

Bien sûr, la carrure de la carrosserie laisse deviner un espace habitable très vaste. Et c'est effectivement le cas. Il en résulte donc un confort bonifié et ce, peu importe où vous vous trouvez dans le véhicule. Même la troisième rangée se veut plus spacieuse et confortable que la moyenne, un atout non négligeable pour les familles nombreuses. Et même lorsque les trois rangées de sièges sont relevées, le Pilot continue de proposer un volume cargo honorable qui en fait, se veut le plus vaste de sa catégorie. Dommage toutefois que le Pilot ne soit pas équipé d'un siège avant droit rabattable à plat, une caractéristique peu coûteuse et très appréciable pour le chargement de longs objets.

Le Pilot n'excelle malheureusement pas dans l'art de la générosité en matière d'équipement. Fidèle à sa tradition, le constructeur offre moins de caractéristiques de série que la moyenne de ses rivaux, et fait payer la note plutôt chère si l'on s'aventure vers des versions plus huppées. Le modèle Touring mis à l'essai, qui constitue le plus cossu de tous, s'équipe pour sa part de tous les gadgets à la mode, que ce soit la navigation, l'ordinateur multifonction, le système de divertissement audiovisuel et la caméra de recul. Mais la facture est conséquente, dépassant légèrement les 50 000$. 

VCM, pour une meilleure économie

Pas de doute, Honda demeure un motoriste de renom. Le V6 de 3,5 litres équipé de la cylindrée variable VCM en constitue la preuve. Avec lui, on obtient des performances plus qu'honorables et un rendement optimal, le tout pour une consommation somme toute, raisonnable (autour de 13 litres aux 100 kilomètres). La souplesse et la vivacité de ce moteur font d'ailleurs lui un facteur clé dans la décision d'achat du véhicule, puisqu'il transforme littéralement le rendement du véhicule. Et il en va de même pour la boîte automatique qui propose elle aussi un superbe rendement. En revanche, cette dernière aurait pu se voir attribuer un sixième rapport, ce qui optimiserait encore davantage la conduite comme la consommation.

Chose certaine, le mandat de Honda de proposer un véhicule aux talents multiples a été rempli. Car non seulement le Pilot se veut un véhicule de choix en matière de comportement routier, mais il se débrouille la conduite est à ce point raffinée qu'on prend plaisir à conduire le Pilot de façon plus dynamique. Son équilibre, sa direction rapide et précise et sa caisse rigide font de lui un véhicule manifestement agile, ce qui compte tenu de son poids et de ses dimensions, est exceptionnel. Et contrairement aux aptitudes du constructeur, on a ici réussi à bien insonoriser l'habitacle de façon à optimiser le confort des occupants.

En conduite hors route comme sur surface enneigée, le rouage intégral à contrôle variable du couple fait du bon boulot, ce dernier étant également pourvu d'un mode de verrouillage du différentiel central. On n'y retrouve cependant aucune gamme basse (Lo), ce qui ne risque pas d'agacer trop d'acheteurs. Les aptitudes du Pilot en circuit hors route demeurent cependant surprenantes grâce aux angles d'approche du véhicule. Le Pilot surclasse donc ses rivaux (Acadia, Highlander, CX-9 et autres) à ce niveau, sans toutefois atteindre les rangs des Grand Cherokee et Pathfinder de ce monde.

En terminant, sachez qu'Honda a cru bon de commercialiser une version LX à deux roues motrices, dont le succès semble mitigé. Mais qu'importe la version sur laquelle vous jetez votre dévolu, sachez que le Pilot, en dépit de son style qu'il faut apprendre à aimer, vous donnera entière satisfaction. Car comme véhicule à tout faire, c'est un as.

Partager sur Facebook
Commentaires