Un Britannique veut vendre sa plaque d’immatriculation pour 21 millions $ CAN

On peut souvent se demander si une dépense est raisonnable, et il existe plusieurs types de « dépenses raisonnables ». La plupart vont profiter des rabais pour refaire leur garde-robe, ou se payer un bon souper entre amis. Mais lorsqu’il est question de sport automobile et d’art, une dépense raisonnable est souvent synonyme de démesure pour le commun des mortels. Imaginez lorsqu’il est question des deux en même temps!

Au Royaume-Uni, le système des immatriculations de véhicules est quelque peu différent de celui que nous connaissons au Québec et au Canada. Au pays, il est possible de demander une plaque personnalisée, mais vous n’êtes pas garanti de l’avoir. Au Royaume-Uni, contrairement au Québec, on achète une plaque qui appartient au conducteur et non à la voiture. Il est donc possible de l’interchanger d’une voiture à l’autre.

Chez nos voisins du Commonwealth, le système permet ce genre de demandes spéciales, mais aussi le commerce des plaques! Afzal Kahn, un nom bien connu dans le domaine de l’automobile, a mis aux enchères sa précieuse plaque immatriculée « F1 » pour la coquette somme de 12 009 995 € en plus des frais administratifs et de la taxe spéciale de 20%, ce qui représente environ 21 millions de dollars canadiens.

Une dizaine de jours après la publication de la nouvelle par le média Carscoop, la plaque semble avoir été vendue ou retirée complètement du marché. Effectivement, l’agence britannique responsable des échanges de plaques d’immatriculation semble avoir retiré l’offre.

En 2008, cette même plaque avait été achetée par Kahn au coût de 600 000 $ US. Une dizaine d’années plus tard, Kahn affirme avoir refusé une offre d’achat de 6 millions de dollars. Alors la question qui tue : l’a-t-il vendue ou a-t-elle simplement été retirée du marché?

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLes plaques personnalisées? Pas si vite...
Quand le gouvernement nous avait annoncé, en janvier dernier, qu’on pourrait faire comme nos voisins du Sud et choisir l’inscription sur nos plaques d’immatriculation dès l’automne 2015, nous attendions de voir si nos élus allaient tenir leur promesse. Ceux qui avaient déjà pensé à leur prochaine plaque devront patienter. Le …
Commentaires