Ford Fusion Sport 2018 : plaisir de conduire à l’avant plan

Points forts
  • Conduite emballante
  • Puissance au rendez-vous
  • Bon niveau d'équipement
  • Rouage intégral de série
Points faibles
  • Essence super requise pour obtenir la puissance maximale
  • Prix plus corsé
  • Fiabilité à long terme du moteur turbo
Évaluation complète

Dommage que le segment des berlines intermédiaires soit de moins en moins populaire parce que l’offre dans ce créneau n’aura jamais été aussi intéressante. Peu de temps après avoir apprécié les vertus de la nouvelle Chevrolet Malibu 2018, nous avons fait l’essai de la Ford Fusion 2018 dans sa version Sport, une voiture qui non seulement est très réussie sur le plan esthétique, mais dont la conduite est l’une des plus relevées dans la catégorie.

Introduite en 2009, la Ford Fusion a toujours eu de la difficulté à s’imposer face à des ténors bien rodés, principalement venus du Japon. Ce n’est pas qu’elle était une mauvaise voiture, elle n’avait juste rien de spectaculaire et elle passait bien souvent sous le radar des experts et des acheteurs. Le rafraîchissement du modèle l’an passé lui a procuré des arguments supplémentaires, mais c’est l’arrivée de la Fusion Sport qui attire l’attention, surtout aux yeux de ceux qui placent le plaisir de conduire à l’avant-plan.

Un esthétisme bien dosé

Côté style, la Ford Fusion Sport 2018 ne fait heureusement pas dans le tape-à-l’œil. Quelques subtilités la démarquent et rehaussent son style dynamique, notamment son béquet, très discret, et ses jantes de 19 pouces sur lesquels sont montés des pneus à profil bas. Sa grille noire et sa partie avant plus agressive comprenant des prises d’air plus imposantes contribuent également à faire tourner les têtes. Bref, le tout est subtil, mais bien dosé, une bonne chose car les constructeurs américains ont souvent tendance à tomber dans le mauvais goût ou le m’as-tu-vu.

À bord, peu de distinction par rapport autres Fusion, si ce n’est un niveau d’équipement assez complet comprenant des sièges en cuir chauffants et climatisés, un système de navigation et un système audio Sony à 12 haut-parleurs. L’aménagement de la console centrale est intéressant avec deux prises 12 volts et deux ports USB, les deux pouvant être reliés à la technologie de connectivité Apple CarPlay / Android auto. On a bien pensé l’habitacle en fonction des besoins des passagers, un élément fort de la Fusion.

Du reste, l’habitacle est beaucoup moins chargé que celui d’autres Ford moins modernes. On a épuré le tout et éliminé plusieurs éléments angulaires, ce qui procure une meilleure fluidité. L’impression de qualité est également plus présente, ce qui tranche d’avec le passé. Grâce à ses dimensions, on dispose d’une voiture qui offre une bonne habitabilité et un volume de chargement assez généreux.

Avantage au rouage intégral

Exceptant les versions hybrides, la Fusion est équipée d’un quatre cylindres de 2,5 litres de 175 chevaux, d’un quatre cylindres turbo de 1,5 litre produisant 181 chevaux ou bien d’un quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres poussant la puissance à 240 chevaux. La Ford Fusion Sport profite de son côté d’une mécanique unique. Son six cylindres turbocompressé de 2,7 litres, qui est emprunté au Ford F-150, développe un impressionnant 325 chevaux, mais c’est surtout son couple de 350 lb-pi qui en fait une mécanique aussi performante. Heureusement que cette puissance est dirigée aux quatre roues plutôt qu’uniquement aux roues avant, son rouage devenant un net avantage, d’autant plus que plusieurs rivales n’en offrent pas.

Une fois le moteur démarré, via le bouton poussoir ou le démarreur à distance intégré à la télécommande et inclus de série, il est difficile de s’imaginer que l’on est en présence d’une berline aussi capable. Malgré son échappement quadruple, la sonorité du moteur est assez étouffée, on est loin de celle d’une Mustang. Sportive et sobre serait sans doute son crédo.

Ce n’est que lorsque l’on appuie sur le bouton « Sport », bien placé au centre de la commande rotative de la boîte automatique, et que l’on enfonce l’accélérateur que l’on découvre, en compagnie des passagers, toute la fougue de la voiture. Le moteur offre un couple étonnant à bord du F-150, alors imaginez à bord d’une automobile pesant pratiquement la moitié! Difficile de ne pas esquisser un sourire quand on se sent cloué au siège, ce qui est assez rare dans une berline du genre. Même à plus grande vitesse le moteur ne manque pas de souffle, les manœuvres de dépassement deviennent un véritable jeu d’enfant.

La voiture n’est pas que puissante : on a équilibré son châssis et sa suspension en fonction de sa puissance accrue, notamment avec l’ajout de barres antiroulis. Grâce à une direction assez communicative, on a une bonne sensation de la route et on peut diriger la bagnole du bout des doigts. L’effet est rehaussé par une bonne position de conduite et une direction télescopique qui positionne le volant juste au bon endroit. Le mode Sport rend l’accélérateur un peu plus réactif alors que la boîte automatique à six rapports laisse grimper les régimes un peu plus haut, mais après quelques essais, plusieurs laisseront le mode Normal en fonction qui offre tout de même un bon compromis.

Elle évite les nids-de-poule

La Ford Fusion Sport 2018 profite d’une technologie assez intéressante, soit une suspension d’amortissement contrôlé en continu, le système ACC. En bref, une série de capteurs scrutent la route à l’avant du pneu et peuvent raidir instantanément la suspension afin d’éviter que la roue ne s’enfonce profondément dans le trou. C’est comme si la roue sautait littéralement au-dessus des nids-de-poule. Cette suspension dynamise aussi le comportement de la voiture en ajustant son débattement en temps réel, devenant plus ferme en conduite plus dynamique ou s’adaptant en fonction de la surface de la route.

Si la Fusion est vendue à un prix de base de 23 988 $ avant les frais de transport et de préparation, il faudra débourser un peu plus de 41 000 $ pour la version Sport, elle qui est pratiquement au sommet de la gamme. Elle n’est pas ce que l’on qualifierait de plus abordable et restreint ainsi son accessibilité, et c’est dommage car elle transforme ce que l’on connaît de la Fusion. Grâce à son rouage intégral, elle est tout aussi intéressante que n’importe quel VUS, hormis une position de conduite plus élevée, élément que plusieurs apprécient d’un véhicule utilitaire.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisFord Fusion Energi 2018 : une platitude essentielle
Avec l’arrivée inévitable des voitures électriques et autonomes, l’automobile telle qu’on la connaît est en pleine métamorphose. Il n’y a jamais eu une époque plus excitante pour les passionnés du domaine. Dans les années à venir, nous serons introduits à toutes sortes de véhicules palpitants munis de technologies de pointe, …
EssaisFord Fusion Energi 2017 : la fibre écologique
La berline intermédiaire de Ford propose une foule de motorisations, question de plaire à tout le monde, même aux écologistes. Outre une version hybride qui affiche une excellente économie de carburant, il existe une déclinaison hybride rechargeable pour ceux qui veulent faire un doigt d’honneur aux pétrolières. Mais aussi, au …
Premiers contactsMazda6 2018 : nouvelle et plus haut de gamme
Avec la disparition de la Mazda5, il ne reste plus que trois voitures pour la marque nipponne : la MX-5, la Mazda3 et la Mazda6. Vous le savez sans doute, les ventes de voitures sont en baisse constante à la faveur des VUS et la Mazda6, qui fait office de …
Commentaires