Audi R8 V10 RWS 2018 : La propulsion pour la R8

Points forts
  • Sonorité exquise du moteur V10 atmosphérique
  • Qualité d'assemblage et de finition
  • Exclusivité assurée
  • Une R8 plus joueuse
  • Prix d'aubaine, pour une R8...
Points faibles
  • V10 de 533 chevaux, pas 602
  • Faible volume du coffre
  • Diffusion limitée
  • Deux couleurs seulement
  • Paliers de changement de rapports en plastique
Évaluation complète

MADRID (Espagne) – Wow! Le V10 atmosphérique de 5,2 litres de la R8 produit encore et toujours son effet. Avec des montées en régime fluides et sonores accompagnées d’un feulement affirmé culminant en un véritable crescendo à 8 700 tours, et une réponse instantanée à la commande des gaz, c’est le nirvana, rien de moins…

Sauf que dans ce cas-ci, le V10 ne livre pas son couple aux quatre roues comme c’est coutume, mais plutôt aux seules roues arrière. Bienvenue à bord de la R8 V10 RWS (pour Rear Wheel Series) qui devient de facto la première Audi à adopter la propulsion, histoire de séduire les puristes de la conduite sportive.

Un V10 atmosphérique qui aime la haute voltige

Dépourvue du rouage intégral quattro, la R8 V10 RWS perd une cinquantaine de kilos par rapport à une R8 conventionnelle, mais l’absence du rouage intégral affecte la motricité initiale du modèle RWS qui met 3,7 secondes pour abattre le sprint de 0-100 km/h, soit trois dixièmes de seconde de plus que la R8 quattro.

Aussi, il faut préciser que le modèle RWS n’est pas animé par la version plus performante du V10 Audi, soit le moteur de la R8 V10 Plus qui développe 602 chevaux, mais plutôt par celle qui déploie 533 chevaux à 7 800 tours/minute et un couple de 398 livres-pied à 6 500 tours/minute, des valeurs élevées qui soulignent à quel point ce V10 aime la haute voltige…

Une dynamique impressionnante

Notre prise en mains de cette toute dernière déclinaison de la R8 se déroule sur les routes publiques de la région de Madrid, ainsi que sur une piste d’essai, ce qui nous permet de la pousser à fond dans un environnement contrôlé et sécuritaire. Premier constat : la R8 V10 RWS est plus incisive, plus directe. La direction est demeurée la même, mais la géométrie et la calibration des suspensions ont été revues. Le tarage des amortisseurs est plus ferme, et le modèle RWS adopte une barre antiroulis de plus grand diamètre à l’avant.

Bref, tout a été optimisé en fonction de la nouvelle répartition des masses. Voilà qui explique pourquoi la RWS s’inscrit en virage plus rapidement, avec une réponse immédiate. En sortie de courbe, on remarque que cette R8 RWS tient bien la trajectoire idéale, même en accélération franche, grâce à un angle de carrossage plus élevé des roues arrière qui permet aux pneumatiques de s’accrocher au bitume. Précisons aussi que la R8 V10 RWS est dépourvue d’un différentiel arrière vectoriel de couple ou d’un amortissement piloté, puisqu’elle reçoit un simple différentiel autobloquant mécanique et des suspensions avec amortisseurs conventionnels.

C’est simple et diaboliquement efficace, autant sur la piste d’essai que sur les routes sur lesquelles nous avons roulé, où la R8 V10 RWS a fait preuve d’un aplomb remarquable tout en étant une compagne de jeu volontaire et enjouée. En mode Confort, elle compose remarquablement bien avec les inégalités de la chaussée, qui sont plus rares en Europe que chez nous, et le mode Sport autorise de légères dérives sans provoquer l’intervention du système électronique de contrôle de la stabilité.

Sur les routes secondaires, nous avons roulé principalement sur les deuxième et troisième rapports en privilégiant les hauts régimes et étant sublimés par la mélodie du V10. Il faut cependant préciser que la R8 V10 RWS n’est pas nettement plus radicale que la R8. Elle est un peu plus légère, un peu plus joueuse, mais n’est pas aussi typée qu’une Porsche 911 GT3 peut l’être par rapport à une simple Carrera.

Photo: Heinrich Huelser

1 de 999

Côté look, la R8 V10 RWS se démarque par ses écussons Audi Sport qui remplacent le traditionnel « quattro », par des jantes en alliage noires à cinq rayons doubles, ainsi que par une plaque fixée à la planche de bord qui l’identifie comme faisant partie d’une série limitée à 999 exemplaires. La R8 V10 RWS est disponible en modèles Coupé et Spyder, mais, pour le Canada, soixante Coupé sont disponibles, et seulement deux couleurs extérieures sont au programme, soit Blanc Ibis et Noir Mythos métallisé. Il est également possible d’opter pour l’ajout d’une bande rouge.

Les sièges en cuir à commande électrique et chauffants figurent de série et le cockpit virtuel répond toujours présent. Le système multimédia intègre aussi les fonctionnalités Apple CarPlay et Android Auto. Le coffre avant reste limité à 112 litres de capacité, malgré le retrait des composantes du rouage intégral à l’avant.

La R8 V10 RWS sera arrivera au pays, dès le début de l’été 2018, à un prix de 163 000 $. La production en série limitée de ce modèle assure donc une certaine exclusivité à l’acheteur qui obtient, en prime, une R8 à prix d’aubaine.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires