Volvo V90 2017 : veut-on vraiment un VUS?

Points forts
  • Une beauté
  • Espace de chargement pratique
  • Conduite raffinée et bon comportement routier
Points faibles
  • Sonorité de moteur peu excitante
  • Pas aussi spacieuse qu’un XC90
  • Fiabilité en hausse, mais toujours perfectible
Évaluation complète

Si l’on craint de ne pas être cool en s’achetant un véhicule autre qu’un VUS, on devrait sérieusement changer d’avis. La familiale Volvo V90 est si jolie, si séduisante, que les voisins nous admireront d’être différents. Et admireront notre voiture aussi.

Du moins, c’est notre opinion. Mais nous sommes des journalistes automobiles, passionnés de familiales depuis l’invention de la roue. Et la V90 est possiblement la plus belle arrivée sur le marché depuis les dix dernières années. Elle concurrence la Mercedes-Benz Classe E familiale, bien qu’en Europe, elle affronte aussi la BMW Série 5 Touring et l’Audi A6 Avant. La Jaguar XF Sportbrake est également une rivale, mais pour l’instant, elle n’est pas disponible au Canada.

Il y a d’autres avantages à conduire une familiale au lieu d’un VUS. Par rapport au XC90 de Volvo, la V90 nous fera économiser environ un litre aux 100 kilomètres. Et si notre cœur balance entre les deux, la marque suédoise nous propose même un entre-deux intéressant, la V90 Cross Country avec sa suspension surélevée.

En Amérique du Nord, la gamme de motorisations quatre cylindres de 2,0 litres de Volvo comprend le T5 à 250 chevaux, le T6 à 316 chevaux et le T8 hybride rechargeable à 400 chevaux. Seul le T6 est disponible dans la Volvo V90 2017 ici, et notre voiture d’essai était une version Inscription tout équipée avec rouage intégral de série.

Selon le constructeur, le 0 à 100 km/h s’effectue en 6,1 secondes avec cette motorisation à la fois suralimentée et turbocompressée, qui s’avère drôlement musclée pour un si petit moteur, doté d’un couple maximal de 295 livres-pied entre 2 200 et 4 500 tr/min. La boîte automatique à huit rapports fonctionne avec douceur, et peut accentuer ses réflexes si l’on active le mode de conduite Dynamic.

Lors de notre essai estival, on a consommé une moyenne de 8,4 L/100 km, c’est excellent pour une voiture intermédiaire. Le seul hic, c’est que l’essence super soit exigée.

Photo: Michel Deslauriers

Bon, il y a un deuxième hic, en fait. Le T6 est puissant et peu énergivore, mais sa sonorité n’est tout simplement pas assez agressive pour une voiture de luxe de 60 000 $ et plus. C’est surtout le cas en conduite sportive. Mais c’est le compromis pour obtenir une bonne économie de carburant.

La cabine de la Volvo V90 2017 est tout aussi élégante que la carrosserie, avec un design que seuls les Scandinaves semblent parvenir à dessiner. Les garnitures noir piano nous laissent plutôt indifférents, puisque tous les constructeurs peuvent l’utiliser pour habiller les habitacles de leurs bagnoles, mais les boiseries à motifs diagonaux, l’application contrôlée d’accents chromés et satinés et les grillages des haut-parleurs confèrent à l’auto une atmosphère riche.

Les sièges dans notre voiture à l’essai sont extrêmement confortables, même s’ils ne disposent pas d’un millier de réglages électriques comme c’est le cas dans certaines concurrentes dans le segment des intermédiaires de luxe. Volvo profite d’un talent indéniable pour créer des sièges dans lesquels on pourrait passer des heures, et se sentir prêts à courir un marathon une fois arrivé à destination.

On retrouve très peu de boutons sur la planche centrale, puisque tout sauf le volume de la radio peut être réglé par l’entremise de l’écran tactile de 9,3 pouces du système multimédia Sensus. Toutefois, cette touche de modernité peut être frustrante et distrayante, car même les fonctionnalités les plus basiques sont parfois enterrées dans les menus et certaines zones de boutons sont petites. Le système inclut aussi des fonctionnalités qui nous permettent de synchroniser des applications de nos téléphones, démarrer la voiture à distance ainsi qu’envoyer une adresse de destination de notre téléphone au système de navigation. Ultimement, on peut simplifier les choses en intégrant Apple CarPlay ou Android Auto. La chaîne Bowers & Wilkins à 1 400 watts et 19 haut-parleurs est un incontournable pour les mélomanes, bien qu’elle soit une option de 3 250 $.

Photo: Michel Deslauriers

Les passagers avant et arrière profiteront d’un bel espace, et un toit ouvrant panoramique figure de série sur chaque Volvo V90 2017. Une caractéristique appréciée, puisqu’elle illumine l’habitacle et aide les occupants à se sentir encore plus à l’aise. L’aire de chargement comprend un cache-bagages rétractable à assistance électrique, mais qui peut quand même être retiré si l’on a besoin d’un volume maximal. Puisque l’on en parle, il est évalué à 851 litres avec les dossiers arrière en place et à 1 953 lorsque ceux-ci sont rabattus. Un peu plus que dans la Classe E familiale et le Volvo XC60, un peu moins que dans le XC90.

Le prix de la version T6 Momentum débute à 59 900 $ avant les frais de transport et de préparation, tandis que la R-Design plus sportive se détaille à partir de 64 450 $ et la variante Inscription, à 66 050 $. Pour cette somme, on obtient des sièges avant ventilés, une sellerie en cuir nappa et des roues de 19 pouces, entre autres. En ajoutant des options comme l’affichage tête haute, la surveillance des angles morts, l’assistance active au stationnement, des sièges arrière chauffants, un volant chauffant, la chaîne audio mentionnée plus tôt, une suspension pneumatique et des roues de 20 pouces, notre V90 fait sonner la caisse enregistreuse à environ 80 000 $.

C’est beaucoup de sous, mais une Mercedes-Benz E 400 4MATIC familiale se vend à 74 000 $ avant d’ajouter des options. L’écart de prix entre les déclinaisons est mince, alors les acheteurs devraient opter pour les R-Design ou Inscription pour à peine quelques dollars de plus par mois. Toutefois, d’après l’étude 2017 sur la fiabilité des marques selon J.D. Power, Volvo traîne toujours au classement, derrière les autres marques de luxe, alors il a encore du travail à faire.

La Volvo V90 2017 peut tout faire. Sa qualité de roulement est appréciable, sa motorisation est musclée et écoénergétique, elle dispose d’un espace de chargement très pratique et elle propose une capacité de remorquage maximale de 1 588 kg (3 500 lb). La V90 n’est peut-être pas aussi polyvalente d’un VUS intermédiaire, mais d’être aperçu dans une si belle voiture, les compromis n’en valent-ils pas la peine?

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisVolvo XC60 2018 : du Volvo pur et sûr
Il y a quelques années, personne ne donnait cher de la peau de Volvo. Puis, la marque suédoise a été rachetée par Geely. Quelques années plus tard, elle dévoilait le XC90 de deuxième génération. Bingo! Volvo avait un produit gagnant, résolument moderne et tout à fait Volvo dans sa conception, …
EssaisVolvo S90 2017 : comme du velours
Après le lancement réussi du VUS intermédiaire XC90 il y a presque deux ans, la marque suédoise Volvo a riposté avec la berline S90 et la familiale V90. Tous ces nouveaux modèles ont été conçus et mis au point avec la nouvelle philosophie du design et le souci de l’environnement …
ActualitéLes premières images de la Volvo V60 2019?
Ce n’était qu’une question de temps avant que la familiale compacte de luxe V60 , ainsi que sa sœur berline S60, ne subissent la même cure de rajeunissement que le reste de la gamme Volvo. Bien que le constructeur suédois nous réserve un dévoilement officiel la semaine prochaine, et prévoit …
ActualitéVoici la toute nouvelle Volvo V60 2019!
La semaine passée, on vous avait partagé quelques fuites de la toute dernière familiale compacte de Volvo en vous disant que le dévoilement officiel aurait lieu cette semaine. Eh bien, la voici, c’est enfin officiel : la Volvo V60 2019! Très jolie et très puissante! Évidemment, comme toute la gamme …
Commentaires