La Mercedes-Benz Classe G 2019 perd son essieu rigide avant en faveur d'une suspension indépendante

Mercedes-Benz ne semble pas pouvoir attendre au Salon de Detroit pour nous parler de sa toute nouvelle Classe G 2019 qui, on va se le dire, ressemble à toutes les autres versions de la Classe G qu’on a eu depuis les années 70, même si Mercedes-Benz nous promet un tout nouveau produit de la tête aux pieds.

En fait, la Classe G est nouvelle là où ça compte et Mercedes-Benz nous assure qu’elle demeurera à la hauteur des attentes en matière de capacités hors route et de robustesse. Toutefois, il y a un élément qui me chicote : on a remplacé l’essieu rigide avant pour une suspension indépendante. Pourquoi?

Le confort et l’économie d’essence avant tout

En premier lieu, il est facile de comprendre la décision du constructeur allemand d’intégrer la suspension indépendante à son quatre-quatre légendaire. Les avantages d’une telle technologie sont nombreux : tenue de route améliorée, direction plus précise et réactive grâce à un système électrique qui améliore également la consommation d’essence. Tout ça aura comme but d’augmenter le niveau de raffinement de la Classe G, chose qui lui manquait, surtout lorsque l’on considère son prix de détail élevé.

Toutefois, le fait que Mercedes-Benz ait retiré l’essieu rigide soulève des doutes sur les compétences hors route de ce futur G. Certes, la plupart des acheteurs n’iront pas braver les sentiers battus à bord de leur Geländewagen ni tenter de grimper une pente remplie de cailloux, mais ce véhicule a tout de même une réputation sur ses épaules.

Photo: Mercedes-Benz

Dans le sable et dans la boue, un système à suspension indépendante peut se montrer plus efficace, mais il demeure moins fiable. Les Trophy Trucks ou les véhicules de course du Baja sont munis de systèmes indépendants très articulés et renforcis, mais pour les véhicules de masse, une telle configuration serait trop dispendieuse à produire. C'est pour cette raison qu'un essieu rigide demeure la formule idéale. Ce système, bien qu’un peu rudimentaire, est non seulement plus solide, mais offre également une meilleure articulation des roues lors de conditions extrêmes, permettant ainsi un meilleur contact entre les pneus et le sol, surtout lorsque vient temps de franchir de gros obstacles.

C’est aussi pour ces raisons que le Jeep Wrangler est muni d’un essieu rigide à l’avant, faisant de lui un des rares véritables véhicules tout-terrain de notre industrie.

En résumé, bien qu’il soit normal pour Mercedes-Benz d’injecter un peu de raffinement dans sa Classe G, personnellement je crains que le VUS de luxe ait perdu un peu de sa robustesse, chose qui l’a rendu si désirable pendant plus de trois décennies. Nous pourrons vous en dire davantage sur le Mercedes-Benz Classe G 2019 lors de son dévoilement officiel à Detroit.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

DetroitMercedes-Benz Classe G 2019 : révélée avant le Salon de l’auto de Detroit
Le constructeur allemand Mercedes-Benz vient de publier une série de photos de la Classe G 2019, qui effectuera son dévoilement mondial au prochain Salon de Detroit. On présente la nouvelle Classe G habillée d’un camouflage alors qu’elle semble conquérir sans trop d’efforts le parcours sur la montagne Schöckl, située près …
DetroitMercedes-Benz Classe G 2019 : métamorphose d’une icône robuste
DETROIT (Michigan) – Le doyen des constructeurs a choisi la salle immense du Michigan Theater, aux voûtes anciennes, spectaculaires et plutôt déglinguées, pour enfin totalement dévoiler la version renouvelée de son tout-terrain de luxe classique de Classe G. Quelques semaines plus tôt, nous avions pu découvrir son habitacle entièrement redessiné, …
Nouveaux modèlesMercedes-AMG G 63 : Trop, ce n’est jamais assez
Après avoir dévoilé un Classe G rafraîchi (on n’ose jamais parler d’un nouveau Classe G… qui ressemble encore au modèle dévoilé pour la première fois en 1979!) et enfin doté d’une suspension avant indépendante, voilà que Mercedes présente sa version survitaminée, le AMG G 63. Alors que le G de …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires