BMW M240i 2018 : la plus grande rivale à la M2

Points forts
  • Conduite emballante
  • Niveau de performances relevé
  • Prix plus concurrentiel
  • Boîte manuelle offerte
Points faibles
  • Espace à bord réduit
  • Véhicule peu pratique
  • La facture peut grimper rapidement
Évaluation complète

La BMW M2 vous fait rêver par son style et son incroyable sportivité, cependant, son prix d’environ 64 000 $ vous refroidit légèrement? Tout n’est pas perdu, car le constructeur bavarois propose la M240i, un modèle qui a pratiquement le même niveau de plaisir, mais qui est vendu à une fraction du prix.

Les modèles AMG de Mercedes-Benz, S d’Audi et M de BMW n’ont jamais été aussi populaires et les constructeurs s’ingénient à trouver de nouvelles manières d’exploiter le filon et de presser le citron encore plus. BMW offre des ensembles d’apparences M depuis des années pour ceux qui désirent rehausser le style de leur véhicule, mais la venue de la M240i pousse d’un cran l’imagination.

La plus grande rivale à la M2

Malgré les efforts du constructeur pour leur donner des statuts différents, la M2 et la M240i partagent le même moteur six cylindres turbocompressé livrant des puissances similaires, elles sont pratiquement aussi rapides en accélération et les deux arborent l’emblème M de la division haute performance de la marque. La grande différence? 17 400 $ qui resteront dans vos poches si vous optez pour la M240i, une voiture certes un peu moins bestiale, mais beaucoup plus équilibrée à notre avis. En outre, contrairement à la M2, elle est disponible avec un rouage intégral et en de multiples configurations, ce qui en fait sans doute la principale rivale de la M2.

La voiture poursuit dans la même veine que la M235i à qui elle succède en quelque sorte. Elle est ultracompacte et performante. Côté style, on la remarque rapidement avec son ensemble aérodynamique et ses jantes de 18 pouces à barreaux doubles. Pour ceux qui apprécient la conduite à ciel ouvert, elle est aussi proposée en cabriolet, un autre avantage sur le coupé M2. Bref, le traitement sport est bien dosé, la bagnole est sublime malgré un choix de couleurs qui demeure sobre.

Photo: BMW

30 chevaux de moins que la M2

Au cœur de ses performances, on retrouve un six cylindres en ligne turbocompressé de 3,0 litres qui livre 335 chevaux pour un couple surprenant de 369 lb-pi disponible à 1 520 tr/min. C’est en fait une version légèrement plus puissante du moteur qui équipe la Série 3 et la bonne nouvelle, c’est qu’il n’a que 30 chevaux de moins que la M2. Avouez que pour son prix, cette BMW est toute une affaire!

Le moteur est jumelé de série à une excellente boîte manuelle à six rapports qui s’avère un pur plaisir à activer tant elle est bien conçue. Dommage que ce type de boîte perde en intérêt, car BMW sait y faire. Comme plusieurs acheteurs, vous voudrez sans doute débourser les 1 700 $ supplémentaires pour obtenir la boîte automatique huit rapports qui vous donne tout de même un bon niveau de contrôle en conduite plus dynamique grâce aux palonniers situés derrière le volant.

Sa grande force, les courbes

Au volant de notre modèle d’essai, on a découvert une voiture agile et drôlement agréable. La M2 avait remporté haut la main notre match comparatif des sportives du Guide de l’auto 2017 et la M240i aurait probablement connu le même sort, surtout avec son prix plus favorable. Un peu moins bestial, son moteur surprend par son couple livré à bas régime, lequel nous colle littéralement au siège. Sa sonorité est juste assez riche pour rehausser l’effet de voiture sport sans être trop intrusif et dérangeant. Pour davantage de présence, vous pouvez vous tourner vers l’échappement M Performance, une option qui pourrait bien vous faire craquer.

Photo: BMW

Conduire le coupé M240i, c’est être au volant d’une compacte qui a toute l’agilité des petits bolides de notre jeunesse, mais avec la maturité et les performances des bolides qui nous ont fait rêver. On s’amuse à jouer de l’accélérateur du bout du pied et à faire coller l’auto dans les virages et les bretelles d’autoroute alors que l’on voit les autres automobiles s’éloigner rapidement dans notre rétroviseur, incapables d’en faire autant. Ce n’est pas en ligne droite que l’on apprécie le véhicule, mais bien dans les virages.

Pas très pratique

Ce que son gabarit lui ajoute au chapitre des performances, elle le perd en commodité, à l’instar de ses consœurs de la Série 2. L’espace de chargement est limité — oubliez les déménagements — alors que les places arrière sont plus indiquées pour les enfants que pour les adultes. L’habitacle de la M240i est un peu moins distinctif par rapport aux versions de base et c’est dommage. Au moins, l’aménagement est en cuir Dakota plutôt qu’en similicuir, ce qui rehausse l’impression de richesse.

Du reste, à part l’écran multimédia du système iDrive, la présentation est très classique, surtout dans le cas de l’instrumentation. Si vous cherchez un environnement ultratechno, vous serez sans doute déçu, la concurrence fait maintenant mieux à ce chapitre.

La BMW M240i présente le même parallèle que la Mazda MX-5, sans le prix bien entendu. Les deux voitures sont compactes et pas très pratiques mais, pour leur prix, elles n’ont pas leur pareil côté plaisir de conduite.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisBMW M2 2016 : le bonheur est dans les petites choses…
Chez BMW, la division M représente le sport automobile dans sa plus pure expression. Plus pure expression pour des voitures de route, s’entend. On oublie les pneus lisses des voitures de course ou les habitacles dépourvus de tout luxe (sans climatiseur, radio, beau petit suède ici et là, etc.). Néanmoins, …
ActualitéBMW M2 2018 : trop populaire au Canada, BMW augmente la production
Les voitures haute performance sont populaires, très populaires au Canada, tellement que le pays représente un de marché de choix pour les divisions AMG de Mercedes-Benz, S et RS chez Audi et M chez BMW. La preuve, c’est que le constructeur bavarois vient d’annoncer que pour cette année, il haussera …
ActualitéBMW modifie la nomenclature de la Série 2
Il n’y a pas si longtemps, la nomenclature des modèles chez BMW n’était pas très compliquée : la plus petite voiture était la Série 3, et la cylindrée des motorisations était indiquée dans le nom. La 318 avait un moteur de 1,8 litre, la 320 un six-cylindre de 2,0 litres, …
Commentaires