Alfa Romeo Giulia 2018, pour être différent

Points forts
  • Véhicule plus exclusif
  • Conduite dynamique
  • Rouage intégral efficace
  • Finition soignée
Points faibles
  • Essence super requise
  • Interface multimédia pas simple
  • Moins de gadget techno que la concurrence
  • Fiabilité plus ou moins certaine
Évaluation complète

Depuis plusieurs années, le créneau des berlines sport de luxe est dominé par les Allemands, ces derniers se livrant une bataille sans merci. Non seulement leurs produits sont fort intéressants, mais ils profitent en plus du prestige de leur marque, un élément que plusieurs acheteurs recherchent. Face à cette guerre sans merci, les Japonais tentent tant bien que mal de tirer leur épingle du jeu alors que les Américains, Cadillac en tête, sont aussi de la partie.

L’Italie s’est récemment jointe à la danse avec l’arrivée de l’Alfa Romeo Giulia, une nouveauté qui ne passe pas inaperçue dans le paysage. Faisant partie de la famille FCA (Fiat Chrysler Automobiles), Alfa Romeo a fait son arrivée au Canada il y a peu de temps et le premier modèle commercialisé fut la 4C, une petite auto sport à deux places. La gamme se développe lentement avec l’arrivée de la Giulia et du Stelvio, ce dernier étant le premier VUS de la marque. La diffusion se fait par le biais de quelques concessionnaires au Québec, n’en cherchez pas à tous les coins de rue, il faudra être prêt à vous déplacer pour admirer leurs modèles!

Il vous faut l’ensemble Sport

Vendu sous la barre des 50 000 $, l’Alfa Romeo Giulia 2018 apporte un vent de fraîcheur dans le segment avec comme principal attrait ses lignes invitantes et son charme italien. On la reconnaît surtout à son devant et à sa fameuse calandre « Trilobo » qui fait un retour à l’avant de la berline et qui souligne l’héritage de la marque. De côté, la Giulia est un peu plus générique, même qu’elle nous rappelle vaguement la Série 3 de BMW. Même constat à l’arrière, c’est un tantinet plus sobre, notamment avec l’absence d’un béquet.

La berline sport d’Alfa est attrayante, mais pour lui donner encore plus de gueule, il vous faut l’ensemble Sport qui, pour un déboursé assez modeste —, 1 500 $, ajoute des jantes de 18 pouces sur lesquelles sont montés des pneus à haute performance, un ensemble aérodynamique à l’avant et à l’arrière et des étriers de frein peints en rouge ou jaune. L’effet est percutant et à ce prix, difficile de vous recommander de vous en passer.

Photo: Marc Lachapelle

Simplicité à bord

À bord, on retrouve l’essence de la petite 4C, c’est-à-dire une grande sobriété avec une insistance sur des détails mettant en vedette l’effet de sportivité : pédalier métallisé, bouton de démarrage intégré au volant, garnitures au fini satiné; bref, tout y est pour vous donner l’impression d’être aux commandes d’une voiture de performance.

Du reste, on contrôle un peu tous les systèmes via une molette et un écran de 8,8 pouces similaire à ce qui se fait chez Mercedes-Benz et BMW, en moins efficace par contre. On a tout de même eu la bonne idée de laisser les fonctions les plus souvent utilisées accessibles par des commandes classiques, une bonne idée que d’autres constructeurs n’ont toujours pas retenue.

Des chiffres de puissance éloquents

De série, la Giulia vient équipée d’un moteur quatre cylindres turbocompressé qui livre 280 chevaux à 5 200 tr/min et 306 livres-pied entre 2 000 et 4 800 tr/min. Ces chiffres sont, et de loin, plus impressionnants que ce que nous livrent les Audi A4, BMW Série 3 et Mercedes-Benz Classe C dans leurs livrées de base. Et puisque les ingénieurs d’Alfa Romeo sont passés maîtres dans l’art de la légèreté, on a droit à un excellent ratio poids/puissance qui met la table pour une expérience de conduite emballante. Les Italiens semblent avoir décidé de jouer à « Mon père est plus fort que le tien ».

Photo: Olivier Beaulieu

Notre modèle d’essai disposait du rouage intégral optionnel Q4 qui octroie un aplomb supérieur au véhicule, mais ampute un peu de puissance tout en ajoutant du poids. Est-ce nécessaire? Il suffit de vous déplacer par une journée de tempête pour en être convaincu, la voiture est beaucoup plus stable et — équipée de bons pneus d’hiver — on apprivoise la saison froide avec beaucoup plus de plaisir. Peu importe les conditions, on dirige la voiture du bout des doigts avec une direction d’une précision chirurgicale.

La motorisation de la Giulia est couplée à l'excellente boîte de vitesses automatique ZF à convertisseur de couple, dotée de huit rapports. Elle s’est avérée souple et rapide, bien que l'on puisse noter quelques légers à-coups à basse vitesse. Ce n’est pas problématique, car le tout disparaît promptement lorsque l’on pousse davantage la voiture. Le fameux sélecteur « DNA » d'Alfa est aussi au rendez-vous, offrant le choix entre trois modes de conduite : Dynamic, Natural et Advanced Efficiency. Devinez quoi, le mode Dynamic est le plus intéressant!

Malgré le réseau de concessionnaires en développement et certaines craintes au chapitre de la fiabilité, l’Alfa Romeo Gulia 2018 a des qualités qui valent certainement le détour. Elle détonne dans un segment dominé par des modèles établis depuis belle lurette et, pour une nouvelle venue, elle a de quoi surprendre.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisAlfa Romeo Giulia 2017: Le plaisir en boni
Une BMW Série 3, une Audi A4 ou une Mercedes-Benz Classe C sont devenues trop banales pour vous? L’Infiniti Q50 ou la Volvo S60 ne sont pas assez sportives? La Cadillac ATS est un peu trop petite? Pourquoi alors ne pas zieuter du côté d’Alfa Romeo et de sa Giulia?
EssaisAlfa Romeo Giulia Quadrifoglio 2017 : coup de foudre
Le retour d’Alfa Romeo sur le marché nord-américain était timide, mais au cours de la dernière année, on a augmenté considérablement la cadence. La berline compacte Giulia est en vente depuis quelques mois déjà, et le VUS compact Stelvio vient tout juste de débarquer. Puisqu’ils partagent la même plate-forme et …
Premiers contactsAlfa Romeo Giulia Quadrifoglio 2017 : parmi les grands noms de l’automobile
Les Italiens font rarement les choses à moitié. Généralement reconnus pour leur sang bouillant et leur caractère fort, ils ont créé quelques-unes des automobiles les plus marquantes, toutes catégorie, nationalité et décennie confondues. Encore aujourd’hui, les noms Ferrari, Lamborghini, Lancia, Bizzarini, Lancia, Maserati et Isotta Fraschini rappellent que l’automobile est, …
ActualitéAlfa Romeo pourrait introduire un coupé Giulia de 641 chevaux
Selon le site britannique Autocar , la marque italienne Alfa Romeo est actuellement sur le point de concevoir une version hybride de sa berline sport, la Giulia. Les sources divulguent que le bolide serait en réalité une déclinaison coupé sport, empruntant sa technologie des voitures de course de type formule …
Commentaires