Mazda5 2009, le compromis moderne !

Points forts
  • Conduite agréable
  • Style intéressant
  • Habitacle modulable
  • Portes coulissantes
Points faibles
  • Prix peut devenir élevé
  • Banquette arrière moins spacieuse
Évaluation complète

On le sait, plusieurs véhicules ne se révèlent pas dès plus pratiques pour la famille. Voilà pourquoi on a connu l'ère de la familiale et de la minifourgonnette. Cependant, plusieurs ne se reconnaissent plus dans la minifourgonnette pour diverses raisons est c'est à cette clientèle que la Mazda5 s'adresse. En fait, la Mazda5, est un véhicule que l'on pourrait décrire comme étant issu d'une relation amoureuse entre une minifourgonnette, une familiale et une voiture compacte. Elle combine le meilleur d'un peu tous ces véhicules, sans trop forcer le compromis.

Pour 2009, la Mazda5 reçoit peu de changements. Elle se décline toujours en deux versions, GS et GT, proposant la même motorisation, c'est-à-dire un moteur quatre cylindres de 2,3 litres développant une puissance de 153 chevaux à 6 500 tr/min pour un couple de 148 lb-pied à 4 500 tr/min. Une boîte manuelle à cinq rapports est montée de série,  alors qu'une boîte automatique à cinq rapports est optionnelle.

Mazda décrit la Mazda5 comme un véhicule multiactivités. On pourrait en fait la qualifier de «mini» minifourgonnette. Ce type de voiture est très prisé en Europe, là ou l'espace et le prix de l'essence dictent davantage le choix des consommateurs. Chez nous, elle permet de concilier les besoins familiaux, dans un format pratique et élégant. Elle dispose d'ailleurs de peu de concurrentes directes. La Rondo de Kia s'avère probablement sa plus proche rivale, cette dernière étant avantagée par son prix plus bas.

Merci au style !

À l'extérieur, la Mazda5 affiche un style moderne, typique des lignes sportives du constructeur. D'ailleurs, la Mazda utilise à la base la plate-forme de la Mazda3. Il est donc réjouissant de voir qu'un véhicule à vocation plus familiale peut être stylisé et agréable à l'œil. À l'extérieur,  la version haut de gamme GT se reconnaît rapidement par ses phares antibrouillard à l'avant ainsi que par ses jantes de 17 pouces (16 pour le modèle GS). De plus, le prolongement du seuil des portes imite le style des ensembles aérodynamiques, donnant une touche plus sportive à la voiture. Des feux à lentille claire à l'arrière et un béquet pour le modèle GT finalisent cette touche.

À l'intérieur, la Mazda5 offre de l'espace pour six personnes grâce à ses quatre sièges baquet à l'arrière, répartis sur deux rangées. On a donc réussi à accommoder confortablement un passager de plus que la Mazda6. Ces sièges rendent possible une variété de configurations permettant de combler les divers besoins de transport ou de chargement, en plus d'offrir des dégagements supérieurs lorsque certaines assises ne sont pas utilisées.

Outre une position de conduite plus élevée, le seul point qui associe la Mazda à une minifourgonnette est sans contredit les portières coulissantes latérales, un élément qui s'avère très pratique lorsque vous vous retrouvez à l'étroit dans un stationnement ou pour faciliter l'entrée et la sortie du véhicule. Bien entendu, la troisième banquette conviendra beaucoup plus à des enfants qu'à des adultes, mais voilà le lot de la majeure partie des véhicules de ce segment. La partie centrale du tableau de bord regroupe les commandes du système de climatisation et de la sonorisation, le tout demeurant simple à comprendre et surtout, ergonomique.

Sur la route

Le premier élément que l'on apprécie à bord de la Mazda5, c'est son format plus compact qui la rend pratique et agréable à manœuvrer. Elle procure au conducteur une bonne vision grâce à un capot plongeant et à une assise plus élevée. Les ingénieurs ont également su préserver l'agrément de conduite. On pourrait se croire au volant d'une Mazda3 en raison de la direction précise, de la rigidité du châssis et du dynamisme général de la voiture. Cependant, son centre de gravité plus élevé, perceptible en virage, trahit quelque peu sa vocation.

On pourrait croire que les 153 chevaux ne suffiraient pas à la tâche, mais en aucun moment la voiture ne s'est révélée anémique. Bon, ce n'est pas une voiture sport et il faut certes grimper les régimes un peu plus pour profiter de la puissance disponible, mais cette motorisation convient amplement à la majeure partie des besoins quotidiens. Offerte de série, la boîte manuelle à cinq rapports s'avère fort agréable et elle contribue à améliorer le sentiment de contrôle. Plusieurs se tourneront vers la boîte automatique et il faut avouer que ce choix n'est pas non plus déconseillé, surtout depuis l'ajout d'un rapport supplémentaire.

Bref, on peut comprendre la popularité de la Mazda5. Elle offre le meilleur de plusieurs mondes, dans un format relativement abordable.

Partager sur Facebook
Commentaires