La pollution d’un VÉ équivaut à 1,4 litre aux 100 kilomètres au Canada

Une étude effectuée par l’Université du Michigan affirme que même si l’on tient compte de la pollution générée par la production d’électricité nécessaire aux véhicules électriques, ces derniers sont tout de même mieux pour l’environnement que les traditionnelles voitures à essence.

Pour que ce ne soit pas le cas, il faudrait que la consommation moyenne de carburant du parc automobile actuel canadien soit inférieure à 1,4 litre aux 100 kilomètres. Or, la consommation moyenne de tous les véhicules en vente au Canada à l’heure actuelle se chiffre à 10,87 litres aux 100 kilomètres. Cette moyenne est calculée selon les données de consommation publiées par Ressources naturelles Canada.

Les résultats de cette étude complexe ont été publiés lundi. Bien que les émissions polluantes générées par la production des véhicules électriques ne soient pas considérées, l’étude tient compte de la pollution créée par la production d’électricité dans chaque pays.

Des pays qui produisent leur électricité en utilisant principalement l’eau, comme le Canada, voient un net avantage écologique à la prolifération des voitures électriques.

D’autres pays, comme le Botswana, qui utilisent surtout le charbon pour produire leur électricité seraient moins gagnants sur le plan environnemental. En effet, au Botswana, la moyenne de consommation d’un parc automobile 100% électrique serait de 8,4 litres aux 100 kilomètres. C’est moins que la moyenne des voitures à essence, mais la différence est minime.

En termes plus précis, cette étude vient confirmer que les voitures électriques réduiraient les émissions polluantes reliées au secteur de l’automobile à l’échelle mondiale, même en tenant compte de la pollution générée pour créer cette électricité.

Source: ecoloauto.com

Partager sur Facebook