Jaguar F-TYPE SVR Cabriolet 2017 : 575 chevaux à ciel ouvert

Points forts
  • Moteur très performant
  • Direction précise
  • Sonorité exquise et modulable
  • Look fantastique
  • Rouage intégral de série
Points faibles
  • Prix très élevé
  • Mouvements de caisse insuffisamment maîtrisés
  • Absence de boîte manuelle
  • Volume du coffre
Évaluation complète

Le Monterey Car Week nous a permis de prendre contact avec le cabriolet Jaguar F-TYPE SVR en le conduisant de Santa Barbara jusqu’à la péninsule de Monterey. Rouler en Californie, au volant d’une décapotable à ciel ouvert, est un réel plaisir, amplifié dans ce cas-ci par la présence sous le capot d’un V8 de 5,0 litres suralimenté par compresseur développant 575 chevaux.

3,7 secondes. C’est le chrono d’une F-TYPE SVR pour le 0-100 kilomètres/heure. Cette performance remarquable s’explique par le fait que le moteur adopte les calibrations retenues pour le modèle F-TYPE Project 7 et qu’il crache 25 chevaux de plus que celui de la F-TYPE R. La cavalerie est livrée au bitume par l’entremise d’une boîte automatique à huit rapports jumelée à un rouage intégral permettant à cette sportive de décoller avec un aplomb extraordinaire, la motricité initiale étant optimale. Difficile de ne pas apprécier au maximum toute la verve de cette motorisation qui permet au cabriolet F-TYPE SVR de bondir littéralement d’un virage à l’autre en conduite sportive sur une route sinueuse.

Photo: Jaguar

Du son et de l’action

Comme c’est une Jaguar, la F-TYPE SVR décapotable s’exprime avec un enthousiasme débridé grâce à son système d’échappement réalisé en titane, lequel réduit le poids de la voiture de 16 kilos, et dont la sonorité est beaucoup plus affirmée que celle des autres modèles de la gamme tout en étant modulable sur deux réglages. En mode Dynamic, le V8 gronde avec une férocité peu commune, avec détonations et crépitements en prime lors du rétrogradage. Pour le spectacle, difficile de faire mieux. Cependant, on regrette un peu que le gain de puissance ne soit que de 25 chevaux par rapport à la F-TYPE R compte tenu du prix exigé.

Le cabriolet SVR est élaboré sur une plate-forme très rigide, mais malheureusement les mouvements de la caisse sont insuffisamment contrôlés en conduite sportive alors que les suspensions très fermes s’accommodent mal des bosses et autres dénivellations croisées en plein virage. On lui accorde une bonne note pour ce qui est de la direction, elle se montre rapide et précise, mais on souhaiterait une maîtrise plus complète concernant la tenue de route.

Photo: Gabriel Gélinas

Une gueule d’enfer

Avec ses larges prises d’air à l’avant, ses ouvertures pratiquées dans le capot servant au refroidissement, ses ailes gonflées accueillant des jantes en alliage de 20 pouces, son aileron mobile et son diffuseur à l’arrière, le cabriolet SVR a une gueule d’enfer. Les sièges sport qui affichent de belles surpiqûres et l’ajout du logo SVR aux appuie-têtes offrent un très bon soutien latéral sans provoquer d’inconfort. Le toit souple se déploie ou se replie en une quinzaine de secondes.

Notre Jaguar F-TYPE SVR 2017 a beaucoup fait tourner les têtes lors de notre passage sur la péninsule de Monterey, suscitant autant de regards admiratifs que les voitures exotiques qui circulent un peu partout durant le Monterey Car Week. Avec son prix de base de 145 000 $ canadiens, la F-TYPE SVR décapotable coûte 23 500 $ de plus que la F-TYPE R décapotable, une prime très chère pour seulement 25 chevaux de plus. Oui, le cabriolet SVR a une gueule d’enfer et une sonorité plus qu’évocatrice, mais on s’attendait à un peu plus de punch côté moteur et à des liaisons au sol faisant preuve d’une plus grande maîtrise.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2017Jaguar F-Type 2017: Une gueule d’enfer
Lancée en version cabriolet en 2013, puis en coupé en 2014, la Jaguar F-TYPE possède une gueule d’enfer et évoque le passé glorieux de la marque, qui nous a donné l’une des voitures sport les plus sublimes de l’histoire de l’automobile, soit la fabuleuse E-Type. Difficile de rester de glace …
SurvolJaguar F-TYPE 2019 : aperçu
Introduite en 2013, la Jaguar F-TYPE servait de véhicule phare pour relancer la marque Jaguar depuis qu’elle fut achetée par le constructeur indien Tata Motors. Dessinée par le designer britannique désormais bien célèbre, Ian Callum, sa mission était de raviver la flamme du constructeur en rappelant les belles Jaguars d’autrefois …
Commentaires