Lexus LS 500 2018 : plus racée et plus dynamique

Points forts
  • Nouvelle plate-forme très rigide
  • Ligne plus sportive
  • Puissance et couple du V6 biturbo
  • Dynamique relevée d'un cran
  • Confort et silence de roulement
Points faibles
  • Poids élevé
  • Toit ouvrant panoramique en option seulement
  • Pas de Apple CarPlay ou Android Auto
  • Système Remote Touch peu convivial
  • Boîte un peu lente au rétrogradage
Évaluation complète

SAN FRANCISCO (Californie) – L’arrivée de la toute première génération de la Lexus LS vers la fin de 1989 a eu l’effet d’un électrochoc dans le créneau des berlines de luxe, dominé outrageusement à cette époque par les constructeurs allemands. Avec sa conception de qualité, son soin obsessif du détail, sa fiabilité à toute épreuve et, surtout, son échelle de prix plus abordable, la LS a forcé les ténors de la catégorie à revoir leur copie.

Depuis cette lointaine époque, la LS a évolué, mais aucune des générations subséquentes n’a eu autant d’impact que la première. Avec le nouveau modèle de cinquième génération, la direction de la marque espère retrouver un certain élan en faisant preuve d’audace sur le plan du style et en bonifiant la dynamique.

No more boring cars

« No more boring cars ». C’est le mot d’ordre qui a été lancé par Akio Toyoda, président et chef de la direction de Toyota à la suite de sa visite au Concours d’Élégance de Pebble Beach en 2011 et après laquelle il a lancé le défi à ses designers de tracer une nouvelle voie pour la marque Lexus.

Le récent coupé Lexus LC fut le premier véhicule dont le design s’inscrit dans cette démarche et la berline LS de cinquième génération poursuit dans cette même voie.

Elle a de la gueule

Élaborée sur la plate-forme GA-L (Global Architecture-Luxury), la nouvelle LS adopte non seulement la structure très rigide du récent coupé LC, mais aussi ses codes esthétiques et son arsenal technologique. Frappante, cette Lexus LS 2018 l’est assurément avec cette imposante calandre trapézoïdale tridimensionnelle en forme de sablier dont la forme trouve son écho dans la partie arrière de la voiture qui reprend exactement le même thème.

La forte inclinaison du pare-brise et la ligne de toit très fuyante vers l’arrière ajoutent une touche de dynamisme à l’ensemble. On note certains détails intéressants comme la bande de chrome localisée dans les bas de caisse entre les roues et le pare-choc arrière, laquelle rappelle celle de l’épée katana d’un samouraï.

Photo: Gabriel Gélinas

De la haute couture d’inspiration japonaise

L’identité japonaise est très présente dans l’habitacle de la voiture. Elle s’affiche notamment par des placages en bois ciselés au laser ou dans l’ornementation en verre taillé de style kiriko, une première pour un véhicule de série. On remarque aussi les textiles plissés recouvrant l’intérieur des portières ou encore la forme des appuie-bras bonifiant le confort. Tous ces éléments prennent leur inspiration dans les traditions artisanales des takumi japonais.

La planche de bord reprend le même thème que celle du récent coupé LC, alliant finesse et modernité, le bloc d’instruments étant remplacé par un écran ACL TFT de huit pouces. Le système d’affichage tête haute en couleurs présente les informations au conducteur sur une surface très large qui est perçue par le conducteur comme faisant 24 pouces de largeur.

Les sièges avant sont d’un tout nouveau design et le choix du groupe Exécutif permet d’obtenir des sièges arrière avec fonction de massage. De plus, le siège arrière côté passager est doté d’un repose-jambes et son dossier peut s’incliner jusqu’à 48 degrés. Les passagers arrière peuvent contrôler les systèmes de chauffage/climatisation et d’infodivertissement au moyen d’une tablette électronique logée sur la console centrale entre les deux sièges, « à la BMW Série 7 ».

Curieusement, le toit panoramique ne fait pas partie de la dotation de série et n’est disponible qu’en option sur certains modèles. Aussi, on s’étonne de voir que le toit ouvrant conventionnel n’est doté que d’un écran composé d’un simple panneau — en plastique — coulissant que l’on doit ouvrir ou fermer à la main, comme dans une berline de taille compacte. Pour une voiture dont le prix avoisinera 100 000 $, ce sont là des manquements importants...

Connectivité et fonctionnalités

Les fonctionnalités Apple CarPlay et Android Auto ne sont pas disponibles sur la nouvelle LS, Lexus préférant doter sa berline de grand luxe de son propre système appelé Lexus Enform qui permet l’utilisation d’applications comme Slacker, Yelp, Pandora, iHeart Radio et NPR One, entre autres.

Une nouvelle version du système télématique Remote Touch répond présente sur la LS : on peut maintenant tracer lettres et chiffres avec le doigt sur sa surface. L’utilisation du Remote Touch en roulant reste toutefois difficile et demande trop l’attention du conducteur. J’en ai eu la preuve lorsque le témoin lumineux en forme de tasse de café est apparu sur l’écran central, la voiture ayant détecté des louvoiements et me suggérant de prendre une pause même si je n’étais au volant que depuis 20 minutes.

Photo: Lexus

Un tout nouveau V6 biturbo

Pour animer la Lexus LS 500 2018, les ingénieurs de la marque se sont donné la mission de concevoir un nouveau V6 biturbo, plutôt que de faire appel au V8 déjà présent sur d’autres modèles de la marque, mais qui commence à montrer de l’âge.

Ce V6 biturbo de 3,5 litres offre une plage de couple très linéaire de 443 livres-pied disponible entre 1 600 et 4 800 tours/minute, ce qui signifie que la réserve de puissance est toujours disponible. Ce moteur travaille très efficacement de concert avec une boîte automatique à dix rapports fournie par l’équipementier Aisin et cette nouvelle motorisation a un effet transformateur sur la dynamique de la LS, largement supérieure à celle du modèle antérieur, et la voiture est en mesure d’abattre le 0-100 km/h en 4,6 secondes. Le seul bémol que l’on peut émettre est que la boîte est un peu lente à rétrograder en conduite sportive.

Surprise…

Le comportement routier de cette LS est aussi nettement plus affûté qu’auparavant. La LS de cinquième génération ne sacrifie pas la tenue de route au profit du confort à tout prix, comme le modèle antérieur, mais devient une voiture avec laquelle il est maintenant possible d’apprécier la dynamique, ce qui représente un sacré changement de cap pour Lexus.

Cela dit, la LS demeure une berline de grande taille dont le poids est élevé, mais le changement est profond. Cette dynamique relevée de plusieurs crans s’explique par la rigidité de la nouvelle plate-forme GA-L et par les nouvelles liaisons au sol assurées par des tiges multiples avec dispositif à doubles rotules à l’avant.

Cette Lexus LS sera commercialisée au pays dans le premier trimestre de 2018 en trois déclinaisons, toutes dotées de série du rouage intégral. La LS 500 sera donc accompagnée de la LS 500h à motorisation hybride et de la LS 500 F SPORT. Vous trouverez le compte-rendu des essais de la LS à motorisation hybride de la LS à vocation sportive dans un deuxième article sur ce site.

L’échelle de prix ne sera communiquée que peu avant cette date. À titre indicatif, les prix de base des modèles LS 460 AWD 2017 et LS 460h AWD 2017 sont respectivement de 97 140 $ et 133 290 $. Lexus a écoulé 95 exemplaires de ces modèles au Canada en 2016 et 37 exemplaires au cours des huit premiers mois de 2017.

La nouvelle LS ne redéfinit pas les normes de la catégorie comme le modèle de première génération l’avait fait, mais elle témoigne de la volonté de Lexus de progresser en ce qui a trait au design et à la dynamique pour rejoindre les rivales allemandes.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisLexus LC 500h 2018 : des lignes spectaculaires!
Pas facile de rivaliser dans le créneau des voitures de luxe face à un trio germanique au sommet de son art, soit Audi, BMW et Mercedes-Benz. Lincoln, Acura, Cadillac et Infiniti ont certes quelques modèles qui font bonne figure, mais on est loin de pouvoir se vanter d’une gamme aussi …
EssaisLexus LC 500h 2018 à l’Écorandonnée de l’AJAC
Chaque année, lors de l’ Écorandonnée , un événement d’écoconduite organisé par l’Association des journalistes automobile du Canada, on se retrouve avec un mélange quelque peu éclectique de véhicules. Outre les petites voitures hybrides et électriques, on a eu droit par le passé à des camionnettes, des décapotables et des …
TokyoUn concept Lexus à Tokyo ainsi que la LS F?
Nul doute que la marque Lexus attire de plus en plus l’attention et que son plan de transformation débuté il y a quelques années est un franc succès. Le cœur de cette transformation c’est le design, un élément qui permet à la marque de mieux se positionner face aux ténors …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires