Toyota Sienna 2017 : la famille d’abord

Points forts
  • Fiabilité et valeur de revente
  • Polyvalence indéniable
  • Rouage intégral disponible
Points faibles
  • Ses rivales sont plus agréables à conduire
  • Manque de ports USB à l’arrière (sera corrigé dans l’édition 2018)
  • Suspension un peu ferme dans la Sienna SE
Évaluation complète

Il ne reste plus beaucoup de joueurs dans le segment des fourgonnettes, mais ces véhicules méritent toujours leur place sur le marché. On n’a certainement pas l’air cool au volant de ces mastodontes, mais leur polyvalence représente un excellent compromis, et avec trois enfants ou plus à trimbaler, les vertus d’une fourgonnette deviennent vraiment admirables.

Avec une fourgonnette telle que la Toyota Sienna 2017, pas de bataille pour s’approprier de l’espace. Pas de débat sur qui devra s’asseoir au centre de la banquette. Pas de disputes pour les porte-gobelets. Ajoutez un système de divertissement aux places arrière, et soudainement, les road trips en famille deviennent beaucoup plus agréables.

La Sienna doit se battre avec la Chrysler Pacifica introduite dernièrement, la Honda Odyssey fraîchement redessinée, la Kia Sedona quand même récente ainsi que la vieillissante Dodge Grand Caravan. Dans ce segment de marché, celle qui propose le plus de caractéristiques innovatrices attire davantage l’attention du public, mais la Toyota mise sur sa réputation de fiabilité et le fait d’être la seule de sa catégorie à offrir un rouage intégral.

La reine des quarts de mille

Sous le capot de la Sienna repose un V6 de 3,5 litres à injection directe. Une nouveauté pour le millésime 2017, il développe 296 chevaux et un couple de 263 livres-pied, et constitue la motorisation la plus puissante de son segment. Il est jumelé à une boîte automatique à huit rapports qui achemine de série les étalons aux roues avant.

Oui, la Sienna est drôlement rapide, mais cela ne la rend pas nécessairement amusante à conduire. Bon, en ligne droite, ce n’est pas si ennuyant, mais dès que la route s’entortille, la masse et le centre de gravité élevé du véhicule s’imposent.

Photo: Michel Deslauriers

La capacité de remorquage est fixée à 1 588 kg (3 500 lb) pour chaque Sienna sauf pour celle de base et la XLE à TI, limitées à 454 kg (1 000 lb). Curieux, puisqu’elles sont mécaniquement identiques aux autres déclinaisons. Quant à l’économie d’essence, ses cotes sont calculées à 12,5 / 8,9 L/100 km — ou 13,4 / 9,6 L/100 km avec la transmission intégrale — alors que notre moyenne s’est chiffrée à 11,5 L/100 km lors de notre essai hivernal.

Plusieurs versions de la Toyota Sienna 2017 sont disponibles, mais ceux qui voudront afficher un peu plus de caractère opteront probablement pour la finition SE. Elle profite de pare-chocs d’allure plus sportive, de jupes de bas de caisse, d’un aileron arrière, de blocs optiques noircis et de feux arrière à DEL, le tout agrémenté de jantes en alliage foncé de 19 pouces. Une fourgonnette au style racé peut sembler contradictoire, mais la Sienna SE s’assume complètement.

Elle inclut aussi un réglage plus sportif de la direction et de la suspension, afin de rehausser les sensations de conduite. Bien qu’il atténue quelque peu l’insensibilité de la direction, le compromis est un roulement plus ferme qui n’est pas très apprécié par les occupants du véhicule.

Tel que mentionné plus tôt, le rouage intégral est disponible en option sur les versions LE et XLE, mais cela signifie un investissement d’au moins 40 000 $. En outre, l’ajout de l’intégrale signifie également que la Sienna sera chaussée de pneus à flancs renforcés — il n’y a pas de place sous la carrosserie pour une roue de secours — qui coûtent plus cher à remplacer.

De la place pour grandir

Entre fourgonnettes, seulement quelques litres séparent la pire de la meilleure au chapitre de l’espace pour les passagers et de chargement, alors la Toyota Sienna 2017 ne se démarque pas vraiment ici. Inutile de préciser qu’elle est extrêmement spacieuse, beaucoup plus qu’un VUS.

La banquette de troisième rangée peut être rabattue à plat dans le plancher en tirant sur une poignée et une courroie fixées à son dossier. On retrouve des prises de 12 volts et de 120 volts dans la portion arrière de l’aire de chargement. Les sièges capitaine de deuxième rangée peuvent se transformer en pseudo banquette à trois places en ajoutant un coussin et un dossier entre les deux. Ce mécanisme peut être replié et attaché sur la paroi de l’aire de chargement, à l’arrière. Par contre, ce siège central n’est pas très confortable, surtout pour un adulte.

À l’avant, on a apprécié le confort des sièges, bien qu’à l’instar des autres fourgonnettes, ils n’offrent pas beaucoup de soutien latéral. Rien ne bat des rhéostats pour régler la climatisation, et la Sienna SE comprend une bonne liste d’équipements, dont des sièges avant chauffants, un climatiseur automatique à trois zones, une sellerie en cuir, une instrumentation au design sportif ainsi qu’une chaîne audio à six haut-parleurs avec écran tactile de sept pouces.

Photo: Michel Deslauriers

Le Groupe technologie ajoute un système de divertissement aux places arrière avec lecteur Blu-ray, des prises d’entrée RCA, des casques d’écoute sans fil et un moniteur ultralarge de 16,4 pouces, monté au plafond, pouvant être divisé en deux écrans. Toutefois, deux moniteurs séparés et fixés aux dossiers des sièges avant seraient une meilleure solution, moins distrayante — et moins nauséeuse aussi. L’ensemble inclut également un système de navigation, une clé intelligente, un toit ouvrant, une surveillance des angles morts et une alerte de trafic transversal arrière.

Par contre, tout cela exige un supplément de 5 350 $ par rapport au PDSF de 40 505 $ de la Sienna SE. Ces caractéristiques figurent toutes de série dans la Sienna Limited, dont le prix avoisine toutefois les 50 000 $. Nous choisirions une version LE modérément équipée et nous achèterions un bon système de divertissement de tierce partie pour les places arrière.

Si l’on souhaitait obtenir une liste plus exhaustive d’aides électroniques à la conduite sécuritaire, on devrait attendre la Toyota Sienna 2018, qui inclura la suite TSS-P du constructeur dans toutes les déclinaisons. Cet ensemble regroupe un avertissement de précollision frontale avec détection de piétons, un régulateur de vitesse adaptatif, un avertissement et une prévention de sortie de voie ainsi que des feux de route automatiques. Un nouveau système multimédia Entune sera également disponible avec jusqu’à cinq ports USB répartis dans l’habitacle, tout comme un système de caméras à 360 degrés. Par contre, on s’attend à ce que le prix grimpe légèrement pour absorber ces nouvelles caractéristiques.

De façon discutable, la Toyota Sienna 2017 est la fourgonnette la moins agréable à conduire actuellement sur le marché, et elle n’est pas la plus innovatrice non plus. Ce dernier critère revient à la Chrysler Pacifica hybride et sa motorisation étonnamment peu énergivore. En revanche, la Sienna demeure un excellent achat, puisque sa fiabilité n’est plus à faire et elle conserve sa valeur longtemps. Voilà la paix d’esprit pour les parents.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2017Toyota Sienna 2017: En attendant LA révolution
Si l’on se fie à cet allié des moins fiables qu’est Internet et de sa mère, Mme Rumeur, la placide Toyota Sienna serait sur le point d’être renouvelée. En juin 2016, le constructeur japonais n’avait toutefois rien confirmé et aucune Sienna n’a été présentée durant la saison des salons de …
New YorkToyota présentera des Sienna et Yaris rafraichies à New York
Tout d’abord, la Toyota Sienna, la fourgonnette la plus fiable du marché, mais aussi l’une des plus dispendieuses, doit maintenant composer avec une nouvelle sorte de rivalité. Si, pour se vendre, elle n’avait qu’à opposer sa fiabilité au désastre qu’est celle de la Dodge Grand Caravan, elle doit maintenant faire …
RappelsUn rappel pour la Toyota Sienna et ses portes coulissantes
Plus de 60 000 unités de la fourgonnette Sienna font l’objet d’un rappel au Canada pour un problème avec les portes coulissantes latérales. En effet, le moteur de celles-ci pourrait caler lors de conditions qui empêcheraient l’ouverture des portes, telles qu’une accumulation de neige ou de glace. Lorsque le moteur …
EssaisToyota Corolla iM 2017 : je suis cool
La réputation de la Corolla d’être une voiture terne et beige lui collera à la peau fort longtemps. Pourtant, depuis quelques années, Toyota a travaillé fort pour lui conférer un peu plus de caractère, avec un style plus affirmé, une direction plus vive et un comportement routier légèrement plus dynamique.
Commentaires