Land Rover LR3, le prince des marais

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2007

Il y a des jours où je ne sais plus quoi penser. Ma bonne fée marraine, préoccupée par l’environnement, l’économie et la justice sociale me susurre par-dessus l’épaule que je devrais faire attention à ce que je conduis, et que je devrais me limiter à quelques voitures économiques à l’achat et en carburant. Mais quand je me retrouve au volant d’un Land Rover, je deviens un autre homme. J’ai les mains moites, le pied pesant, et je ressens comme une folle envie de franchir le Grand Canyon, tout en sachant pertinemment que la consommation de ce véhicule se mesure davantage à l’échelle Kelvin qu’à l’échelle habituelle.

Finie l’égalité sociale, au diable l’économie ! Je me lance à l’assaut des marécages les plus profonds au volant de mon luxueux utilitaire sport, tout en me riant de la consommation moyenne de quelque 15 litres aux 100 kilomètres que me promet mon Land Rover. Mais j’ai quand même une conscience, et j’ai décidé de faire un peu plaisir à ma bonne fée marraine. Et c’est pourquoi j’ai choisi de m’amuser au volant du plus petit de la gamme, le LR3. Le résultat est le même, mais ça me donne au moins l’impression de faire un effort !

Le charme des angles

La silhouette du LR3 n’a rien de gracieux ou de raffiné. Sans ambages ni détour, on a maintenu le look ultra-austère qui fait la réputation du véhicule depuis son lancement. Ne cherchez pas ici de courbes sexy ou d’angles tout en douceur : le LR3 a indéniablement la personnalité bien affirmée de la gamme. Ce qui, en quelque sorte, fait son charme. Ce style unique finit par rendre le véhicule sympathique. À force de le regarder, on en vient presque à s’attacher à la petite bête, et à oublier son air parfois un peu trop sérieux.

Mais cette allure sans égale dans l’industrie n’est que le préambule. Il suffit d’ouvrir la portière pour pénétrer dans un habitacle ou la simplicité des lignes laisse plutôt place à une certaine complexité. Il faut dire que les multiples commandes, notamment les boutons de réglage des accessoires indispensables à la conduite hors route, sont multiples et agencées selon un ordre probablement tout britannique, mais qui n’est pas toujours marqué du sceau de l’ergonomie et de la facilité. Les matériaux sont nobles, certes, les cuirs d’une qualité sans reproche, et les sections d’aluminium brossé s’intègrent sans jurer. C’est plutôt cet amalgame complexe de boutons de la taille d’une mouche, de commandes au volant et de cadrans foncés qui confèrent un aspect confus. Sans doute que la longue liste d’équipements de série, dans toutes les versions d’ailleurs, oblige à de tels agencements. L’espace est vaste, la position de conduite idéale facile à trouver, les sièges confortables, et même les passagers arrière profitent d’une visibilité presque sans obstacle en raison d’une fenestration de grande dimension. Les passagers de troisième rangée (une option désormais de série sur la version HSE) bénéficient aussi de cet espace plus qu’adéquat.

Bête de brousse

Une fois ces simples considérations esthétiques exprimées, il est temps d’en venir au cœur de la bête : ses capacités sur la route, et en dehors de la route. Sur la chaussée, le LR3 se comporte en véritable gentleman britannique qu’il est. Évidemment, lorsqu’il est muni du moteur V6 de 216 chevaux qu’on lui a implanté l’an dernier, le LR3 mugit un peu en accélération et fait parfois ressentir son mécontentement à traîner sa lourde masse.

En revanche, le moteur V8 de 300 chevaux n’a pas cette hésitation, bien au contraire. Un coup d’accélérateur, même timide, permet de constater toute sa volonté à se déplacer avec célérité. Les suspensions sont complètement indépendantes, supportées par des ressorts pneumatiques ajustables pour changer l'assiette, et par deux triangles à chaque extrémité. Évidemment, avec un tel équipement, le confort sur nos routes asphaltées, mais parsemées de nids-de-poule, est intéressant ! Mais le véritable avantage, c’est en usage extrême, alors que les ajustements pneumatiques permettent de franchir des obstacles qui seraient autrement trop élevés pour le véhicule. La direction est précise mais peu communicative, un atout lorsqu’on circule sur les sentiers, mais un handicap sur le tarmac.

On n’a pas non plus oublié l’électronique embarquée : antipatinage indépendant sur chaque roue (ETC), systèmes de stabilité électronique (DSC) et de retenue en pente (HDC), freinage ABS auquel se joint un répartiteur électronique de la force de freinage (EBD). Il faut ajouter une assistance aux arrêts d’urgence en plus de la boîte de transfert à gamme basse et du sélecteur de types de terrain (5). Ce sont tous des accessoires qui vous vous en doutez, demandent une certaine maîtrise, mais favorisent presque l’exploration lunaire tellement le LR3 donne l’impression de pouvoir en prendre. Avec son charme britannique et ses capacités herculéennes, le LR3 est certainement capable de vous mener avec aisance et noblesse là où bon vous semble. La qualité de finition étant au rendez-vous, on n’a pas encore trop à déplorer les problèmes de fiabilité ce qui, pour Land Rover, est un exploit digne de mention.

feu vert
Capacité hors route
Liste d’équipements complète
Bonne position de conduite
Moteur performant
Suspensions efficaces

feu rouge

Silhouette peu gracieuse
Tableau de bord complexe
Fiabilité à définir
Consommation herculéenne
Prix d’achat élevé

Partager sur Facebook
Commentaires