Volkswagen Passat 2017: Le plaisir, c’est pour les autres

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Si vous êtes à la recherche d’une berline au look conservateur, qui a un habitacle spacieux et confortable ainsi qu’un coffre généreux, il est bien possible que la Volkswagen Passat soit pour vous. Par contre, si vous aimez attirer les regards ou bien sentir les moindres vibrations d’une voiture, quitte à vous faire brasser un peu… cessez immédiatement la lecture de cet essai!

En 2012, quand Volkswagen a dévoilé l’actuelle Passat, plusieurs amateurs des produits de la marque ont crié au scandale en raison de l’américanisation de cette berline. En effet, pour plaire au lucratif marché américain, Volkswagen a fait de sa Passat une voiture qui se compare désormais aux Chevrolet Malibu, Ford Fusion et Nissan Altima, tant en termes de dimensions qu’en termes de sensations de conduite. Mais alors, que vient faire une japonaise (Altima) dans cette liste? Eh bien, comme la Passat, elle est maintenant construite au Tennessee, dans le sud des États-Unis. À cette liste, nous aurions même pu ajouter la Subaru Legacy, assemblée en Indiana, la Honda Accord, en Ohio, la Kia Optima, en Georgie et la Toyota Camry, au Kentucky!

Pas de quoi faire un topo

C’est vrai qu’elle est un peu drabe, la Passat. Son style neutre passe tout à fait inaperçu. Il faut l’admettre, au volant d’une Passat, on mise sur le confort bien avant la dynamique. Pourtant, elle n’est pas démunie lorsque vient le temps d’accélérer. Son quatre cylindres, de 1,8 litre turbocompressé de 170 chevaux et un couple de 184 livres-pied, l’amène de 0 à 100 km/h en 8,0 secondes. Personne n’aura de vertèbres fracturées après un tel départ, mais c’est suffisant pour dégager rapidement lorsque le feu passe au vert. Ce moteur est associé à une boîte automatique à six rapports qui relaie le couple aux roues avant. L’ensemble est responsable d’une consommation relativement bonne de 9,6 l/100 km, en ville, et de 6,7, sur l’autoroute. C’est correct, mais on est loin d'en faire un topo à Salut Bonjour!

La Passat peut aussi recevoir un puissant V6 de 3,6 litres. Cette année, on le retrouve en option dans la version Highline, l’Execline ayant tiré sa révérence. La transmission est à double embrayage (DSG) et un 0-100 km/h se fait en moins de 6,5 secondes! Pour être bien franc, ce moteur n’est pas vraiment utile, d’autant plus que le mariage entre 280 chevaux et les roues avant motrices n’est pas toujours heureux, car la direction souffre d’un effet de couple en accélération vive. Au moment où ces lignes sont écrites, le moteur diesel n’était pas disponible, suite au scandale des données falsifiées par Volkswagen pour répondre aux normes antipollution.

Mais ce qu’on retiendra surtout de la cuvée actuelle, c’est que l’accent est mis sur la sécurité. Selon les versions, on y retrouve, entre autres, un système de freinage automatisé, un système de détection d’angles morts, un détecteur de changement de voie et un avertisseur de collision frontale. Sans blague, il ne manque qu’un casque pour le conducteur et les passagers et ce sera le summum de la sécurité! Il faut aussi noter qu’il est possible, sur certaines versions, d’opter pour l’ensemble R-Line, qui ajoute des éléments esthétiques, rendant ainsi le style de la Passat un peu plus dynamique.

Sobriété en Amérique, joie en Europe

L’habitacle de la Passat est très vaste, très très vaste même, hyper-confortable et fort silencieux, même en accélération. Le tableau de bord est d’un design plutôt sobre et très ergonomique. Les matériaux sont d’excellente qualité et bien assemblés. La visibilité tout le tour n’est pas mauvaise du tout et les sièges, autant à l’avant qu’à l’arrière, sont confortables.

Sur la route, on ne peut pas dire que la Passat laisse un souvenir impérissable. Sa direction ne transmet que bien peu de feedback et elle n’est pas très dégourdie. On semble conduire un tapis volant. Cependant, la tenue de route est surprenante et, sans pouvoir qualifier la voiture de sportive, on se sent en confiance dans les courbes.

La Passat que nous avons en Amérique est différente de celle des Européens. Ces derniers ont droit à des versions plus olé olé, dont une familiale toutes roues motrices (Alltrack) qui ferait un malheur ici. Au Québec, du moins! Mais son prix risquerait d’en refroidir plusieurs.

Les Québécois se souviennent encore de la version familiale de la Passat et nombre d’amateurs souhaiteraient bien la revoir. Qui sait, peut-être que Volkswagen nous réservera une petite surprise d’ici quelques années? Mais ne partez pas en peur… c’est plus un fantasme d’amateurs de Volkswagen et de familiale qu’une éventualité!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires