Volvo XC60 2017: Le nouveau s’en vient… mais l’actuel est bien!

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Pendant que le XC90 était complètement redessiné et que la S80 tirait sa révérence pour laisser sa place au duo S90/V90, le reste de la gamme Volvo attend patiemment son tour. C’est le cas notamment du XC60, le luxueux multisegment lancé en 2009. Il a bien reçu un petit lifting en 2014 et un nouveau moteur Drive-E en 2015 mais, dans l’ensemble, il est demeuré relativement inchangé. Ça ne signifie pas qu’il s’agit d’un mauvais véhicule, bien au contraire.

Une base saine

Le Volvo XC60 est basé sur l’architecture de la S60 et de sa version familiale, la V60. Il a donc sensiblement le même empattement et la même longueur. Par contre, son toit plus élevé de 229 mm par rapport aux S60/V60 lui donne une apparence plus robuste, mais aussi un habitacle plus logeable.

Les voitures de la série 60 ont également partagé leur habitacle avec le XC60. Ce VUS a droit à une longue planche de bord sans fioritures et une partie centrale surélevée, généreusement garnie de boutons. Les gros écrans tactiles des XC90 et S90 n’ont pas encore trouvé leur chemin jusqu’ici, c’est donc un écran de taille ordinaire qui affiche les informations du système d’infodivertissement.

En outre, Volvo propose toujours un bon vieux clavier alphanumérique pour ce système; s’en servir rappelle les balbutiements de la messagerie texte, où il fallait appuyer plusieurs fois sur la même touche pour obtenir la bonne lettre! Taper Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier dans le système de navigation pourrait devenir une épreuve olympique… Heureusement, vous pouvez toujours recourir à une molette pour choisir les lettres via l’écran. Notez que pour 2017, on peut utiliser sa Volvo comme un point de connexion WiFi. Il suffit de prendre un forfait de données et de payer la facture mensuelle, comme pour un téléphone portable.

Bonne nouvelle, les sièges proviennent aussi de la berline de Volvo. Il s’agit donc, ni plus ni moins, des meilleurs fauteuils de l’industrie automobile, parfaitement rembourrés, avec juste assez de soutien latéral pour vous maintenir en place sans toutefois vous restreindre dans vos mouvements. Leurs réglages accommodent une large gamme de gabarits.

Moteurs : juste du neuf

Dans les nouveaux produits de Volvo, on retrouve uniquement des quatre cylindres. D’une cylindrée de 2,0 litres, ce petit moteur est adjoint d’un turbocompresseur dans sa version T5, alors que le T6 est équipé à la fois d’un turbo et d’un compresseur volumétrique.

Le premier est proposé dans les variantes XC60 T5 Drive-E, que ce soit à traction ou à rouage intégral. Il produit 240 chevaux et un couple de 258 livres-pied. Sur la route, ce petit moteur se débrouille bien, surtout qu’il est accouplé à une excellente boîte automatique à huit rapports. Le second, on le retrouve dans le XC60 T6 Drive-E, et développe un maximum de 302 chevaux et 295 livres-pied. Lorsqu’on le sollicite, on pourrait penser que l’on a affaire à un V8 tant il répond instantanément et avec force.

Pour 2017, Volvo a judicieusement choisi de ne pas reconduire ses anciens moteurs, donc le cinq cylindres de 2,5 litres du T5 et le six cylindres turbocompressé de 3,0 litres du T6 ont pris le chemin du Grand Ferrailleur Céleste. Ce n’est pas qu’ils étaient désagréables à conduire – on s’ennuiera spécialement de la sonorité du six cylindres à haut régime, mais ils étaient gloutons et n’attiraient plus les acheteurs.

Le XC60 possède un comportement routier typiquement européen. Sa conduite communicative incite à prendre les virages avec enthousiasme, et le temps de réponse de l’accélérateur est rapide. La suspension n’offre pas beaucoup de roulis, et le silence à bord est plus qu’adéquat.

Les passagers arrière auront de l’espace pour leurs jambes, et leur tête ne sera pas maltraitée, même s’ils mesurent plus de six pieds. L’aire de chargement dispose d’un volume intéressant de 873 litres avec le dossier arrière relevé, et ce dernier peut être rabattu en trois sections (40/20/40) afin de maximiser la polyvalence du véhicule. Quant à sa capacité de remorquage, elle se chiffre à 1 588 kg (3 500 lb), peu importe le moteur.

Le Volvo XC60 est sur le point d’être renouvelé. Entre les branches, on entend que la prochaine génération reposera sur la plateforme SPA, utilisée par le XC90 et le duo S90/V90. Il est fort probable que ce nouveau venu soit aussi technologiquement poussé que les plus nouveaux produits de la marque suédoise.

Cependant, l’actuel XC60 n’est pas à dédaigner, surtout que les concessionnaires risquent de vous le laisser à bon prix pour faire de la place!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surVolvo XC60 2018 – À l’essai cette semaine
Le Guide de l’auto est en route pour Barcelone en Espagne pour prendre contact avec le Volvo XC60 2018, dont l’arrivée en concessions au pays est programmée pour la fin de 2017. Son prix de départ est fixé à 45 900 $ et, au Canada, le XC60 2018 sera doté …
Commentaires