Mercedes-Benz Classe GLA 2017: Plus sport qu’utilitaire

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Lancé en 2014, le Mercedes-Benz GLA témoigne de l’obsession constante du constructeur allemand qui cherche à assurer sa présence dans tous les créneaux du marché. Élaboré sur la plateforme MFA, partagée avec la berline CLA ainsi que la Classe B…et avec certains nouveaux modèles Infiniti, le GLA peut facilement être qualifié de familiale surélevée dotée d’un rouage intégral. Le VUS de taille compacte de la marque à l’étoile se décline en deux versions, soit le GLA 250 et le GLA 45 AMG qui fait plutôt dans la démesure avec son moteur très performant et son style extraverti.

Le moteur du GLA 45 AMG, partagé avec la version AMG de la berline CLA, est le quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres, qui répond à la désignation M133, et qui développe 375 chevaux grâce à son turbo à double entrée pouvant atteindre une pression de suralimentation chiffrée à 26,1 bars. En quelques mots, la poussée de ce moteur permet au GLA 45 AMG de faire preuve de performances stupéfiantes, comme en témoigne son chrono de 4,4 secondes pour le sprint de zéro à cent kilomètres/heure. Le système de départ-canon automatisé, qui permet d’optimiser la motricité pour décoller le plus rapidement et le plus furieusement possible, rend le GLA 45 AMG très performant en accélération franche.

Un VUS gonflé aux stéroïdes

À pleine charge, ce quatre cylindres turbo s’exprime avec une sonorité évoquant celle d’un moteur de course et, comme l’allumage est momentanément interrompu lors du passage au rapport supérieur, on entend un braaap court et sonore qui ajoute une autre dimension au plaisir de l’accélération franche. Le rouage intégral priorise le train avant en conduite normale, mais la répartition du couple peut atteindre 50% sur le train arrière en conduite sportive, et le passage très rapide des rapports de la boîte à double embrayage développée par la division AMG permet au GLA 45 AMG d’émuler une voiture sport.

C’est le même constat au sujet du comportement routier, le GLA 45 AMG faisant preuve d’un aplomb remarquable en virage grâce à sa caisse abaissée, par rapport à celle du GLA 250, et à ses suspensions aux calibrations plus fermes comportant des barres antiroulis de diamètre supérieur. Dans les enfilades de virages, le GLA 45 AMG est très performant, et seul son centre de gravité plus élevé que celui d’une authentique sportive vient limiter la vitesse de passage en courbe.

Le modèle plus conventionnel qu’est le GLA 250 n’adopte pas un comportement routier axé sur la sportivité, mais plutôt sur le confort qui est très relevé, sauf lors de la conduite à haute vitesse où les bruits de vent et de roulement viennent troubler la quiétude à bord. Concernant les performances, le GLA 250 peut compter sur la livrée très linéaire du couple maximum, chiffré à 258 livres-pied, disponible sur une large plage comprise entre 1 250 et 4 000 tours/minute.

L’habitacle du GLA ressemble beaucoup à celui de la berline CLA avec un look relativement moderne et de nombreuses touches de luxe, mais Audi fait mieux pour ce qui est de la qualité des matériaux.

On remarque immédiatement que l’ouverture des portes arrière n’est pas très grande et que le dégagement pour les jambes et la tête est un peu juste pour un adulte, mais le GLA conviendra bien à une famille comptant deux adultes à l’avant et deux enfants à l’arrière. L’espace de chargement est convenable avec 421 litres lorsque toutes les places sont occupées, et 1 235 litres avec les dossiers des places arrière repliés.

Fiabilité perfectible

En terminant, soulignons que le GLA, ainsi que la CLA, obtient les moins bons scores de tous les véhicules Mercedes-Benz en ce qui a trait à la fiabilité. Par ailleurs, on s’attend à ce que le GLA fasse prochainement l’objet d’un lifting qui apportera certaines modifications à sa plastique avec l’adoption, par exemple, de feux de jours à diodes électroluminescentes ainsi que l’ajout de nouvelles fonctionnalités aux systèmes de sécurité avancés.

Il sera également intéressant de comparer le GLA 250 à son cousin germain qu’est l’Infiniti QX30, qui s’ajoutera au plateau des inscrits dans le créneau des VUS de luxe de taille compacte, puisque ces deux véhicules sont élaborés sur la même plateforme et animés par le même moteur quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres. Un beau cas de variations sur thème à prévoir.

Partager sur Facebook
Commentaires