Infiniti QX80 2017: Il y a de quoi inquiéter les écologistes

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

On était convaincu que les grands VUS reposant sur un châssis en échelle étaient de l'histoire ancienne. Or, ces mastodontes sont revenus en force il y a deux ans avec le remodelage des Cadillac Escalade, Chevrolet Tahoe et GMC Yukon. De leur côté, les Ford Expedition et Lincoln Navigator ont abandonné leur V8 pour le remplacer par un V6 EcoBoost plus moderne et moins énergivore. Il n'en fallait pas plus pour que Nissan renouvelle le mandat de l'Infiniti QX80 et dévoile la nouvelle génération de l'Armada, alors que tout le monde s'accordait pour dire que les jours du gros VUS de Nissan étaient comptés. La reconduction du QX80 et la renaissance de l'Armada laissent supposer que Toyota s'affaire aussi à redessiner le Sequoia et le Lexus LX.

Ces boit-sans-soif doivent leur énième vie au faible coût de l'essence. Or, les ventes tendent à démontrer que les VUS grand format connaissent du succès aux États-Unis et dans l'Ouest canadien. Ils sont prisés également dans certains pays émergents où le prix de l'or noir est ridiculement bas. Chez nous, les acheteurs sont plus méfiants à l'égard des prix instables du carburant. Somme toute, la popularité grandissante de ces VUS a de quoi inquiéter les écologistes, car malgré la modernisation de leurs mécaniques, la consommation de ces colosses demeure gargantuesque.

Une plateforme émérite

Le QX80 partage maintenant sa plateforme avec le nouvel Armada, laquelle a d’abord été empruntée au Nissan Patrol qui s'est forgé une solide réputation en tant que véhicule logistique au sein des Nations Unies ou comme triple champion de sa catégorie au Rallye Paris-Dakar. L'empattement de l'Armada est identique au à celui du QX80 et la longueur est sensiblement la même. Cela dit, l'Armada est également plus large (+1,5 cm) et plus bas (-5,6 cm) qu'auparavant.

Le moteur du QX80 est un V8 de 5,6 litres doté de l'injection directe et de la technologie VVEL des soupapes, deux mécanismes qui diminuent la consommation et améliorent les performances. Sans surprise, l'Armada profite aussi de cette motorisation. Noblesse oblige, ce V8 développe 400 chevaux et un couple de 413 livres-pied dans le QX80 comparativement à 390 chevaux et 401 livres-pied dans l'Armada. Il s'agit d'un gain appréciable par rapport à l'ancien V8 de l'Armada qui produisait 317 chevaux et un couple de 385 livres-pied. Les deux modèles disposent d'une boîte automatique à sept rapports avec mode manuel.

Par rapport à des multisegments grand format comme les Infiniti QX60 et Nissan Pathfinder à moteur V6, les QX80 et Armada sont de véritables VUS qui se caractérisent par des aptitudes hors route et des capacités de remorquage supérieures. Pour ce faire, ils sont équipés d'un système à quatre roues motrices à deux gammes permettant de sélectionner les modes : automatique, 2RM, 4H et 4L.

Dans des conditions de conduite normales, le mode automatique fonctionne sur deux roues motrices, mais il peut répartir instantanément le couple aux quatre roues dès que la situation l'exige, soit jusqu'à 50% du couple aux roues avant. Pour grimper les pentes ou descendre un bateau à l'eau, le rapport de démultiplication de 2,70 : 1 en mode 4L offre une motricité exceptionnelle. Avec l'attelage approprié, tant le QX80 que l'Armada peuvent tracter un poids de 3 855 kg (8 500 lb).

Élégant, mais balourd

L'intérieur de l'Armada est similaire et presque aussi élégant que celui du QX80 avec des appliques en bois véritable et des plastiques doux au toucher. Les deux modèles ont un habitacle plus volumineux que la concurrence. Même chose dans l’aire de chargement, laquelle est plus grande que celle des modèles de GM et Toyota, mais plus petite que ceux de Ford. Autant le QX80 que l’Armada peuvent peut accueillir sept ou huit personnes selon la configuration de sa deuxième rangée de sièges (capitaines ou banquette).

Le silence de roulement s'apparente à la quiétude d'un monastère et l'Armada a fait des progrès grâce à l'ajout d'un pare-brise et de fenêtres avant en verre acoustique, ainsi qu'à l'utilisation accrue de matériaux insonores. Le design du pare-brise permet également d'atténuer les bruits éoliens.

Malgré les nombreux systèmes d'aide à la conduite, le QX80 et l'Armada affichent un léger roulis en virage, et en freinage appuyé la partie avant a tendance à piquer du nez à cause de la mollesse de la suspension. À ce chapitre, la tenue de route des VUS de GM est plus stable et ils virent avec plus d'aplomb en virage. Mais qui se soucie du comportement routier de ces gros balourds qui ont été conçus pour dorloter leurs occupants ou traîner un bateau ou une roulotte?

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surInfiniti QX80 2018 : à l’essai cette semaine!
Le VUS pleine grandeur de luxe QX80 figure sur le marché depuis déjà un bon bout de temps. En fait, il a été introduit en 2004 en tant que QX56, et la deuxième génération est apparue pour l’année-modèle 2011. Il s’appelle le QX80 depuis 2014, au moment où la marque …
Commentaires