Mazda CX-5 2017: Premier de classe

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Depuis ses débuts, le CX-5 s’est mérité les éloges de la presse spécialisée pour son comportement routier inspirant, qui en a fait la référence de la catégorie pour ce qui est de la dynamique. Dans ce créneau concurrentiel qu’est celui des VUS de taille compacte, le CX-5 se démarque par son homogénéité et par son agrément de conduite.

Plusieurs années après son lancement, le style du CX-5 est toujours aussi accrocheur et dynamique, avec ses porte-à-faux très courts et son aileron de toit, deux éléments qui donnent une bonne indication de son caractère plus sportif. Parmi les changements apportés l’an dernier, on note une nouvelle calandre à cinq lames, qui donne un cachet plus luxueux au CX-5.

Un intérieur d’inspiration Audi

L’an dernier, la présentation intérieure du CX-5 a été revue et le nouveau design de la planche de bord est en phase avec celui du CX-3. Le look fait haut de gamme, d’inspiration Audi, avec des matériaux de qualité ainsi qu’une finition très soignée. Le système d’infodivertissement se contrôle par une molette, qui est localisée sur la console centrale et qui tombe facilement sous la main, Mazda émulant ainsi les marques de luxe allemandes.

Les sièges avant offrent un excellent maintien et un très bon soutien latéral en virages. Idem pour la banquette arrière, dont le coussin est assez long pour assurer un grand confort. L’habitacle est modulable grâce au dossier divisible de la banquette arrière, ce qui confère une très bonne polyvalence au CX-5. Et la vie à bord est agréable avec la présence d’un volant multifonctions, de deux ports USB, d’une prise auxiliaire et d’un compartiment de rangement localisé juste devant le levier de vitesse.

Par rapport à la concurrence directe, le CX-5 est dans une classe à part pour ce qui est de la dynamique et de l’agrément de conduite, point final. Je me souviendrai toujours de mon premier contact avec le CX-5, qui a eu lieu sur le mythique circuit de Laguna Seca en Californie, un environnement propice aux voitures exotiques et sportives, et où le CX-5 était tout à fait dans son élément. En bouclant des tours de ce circuit, je me suis dit que jamais il ne serait possible de rouler aussi vite avec un Honda CR-V.

L’ADN de la MX-5

En fait, on a carrément l’impression que les ingénieurs de la marque ont voulu transposer un peu d’ADN de la MX-5 dans le CX-5 en adoptant une géométrie de suspension semblable à celle de la sportive. Ainsi, la suspension avant du CX-5 affiche un angle de chasse de six degrés, ce qui permet au conducteur de bien sentir la route au travers le volant. La direction est à la fois rapide et précise, et les mouvements de la caisse sont toujours bien contrôlés.

Ce niveau élevé de dynamique, qui est relevé de plusieurs crans par rapport à la concurrence directe, s’avère un facteur de différenciation important. Ça peut sembler superflu de prime abord, mais lorsque le comportement routier d’un véhicule est à ce point sûr et prévisible, cela permet d’en garder le contrôle même lorsque l’on doit effectuer des manœuvres rapides, pour éviter un accident, à titre d’exemple.

Le rouage intégral du CX-5 est également très performant en hiver et s’avère plus efficace que celui du Honda CR-V ou du Subaru Forester dans certaines conditions particulières. Par exemple, lors de tests menés sur une pente enneigée, le CX-5 n’a eu aucun problème à se mettre en marche pour gravir la pente avec les roues avant tournées, le rouage intégral s’étant adapté aux intentions du conducteur pour livrer une motricité optimale, alors que le CR-V et le Forester n’ont pas été en mesure de réussir le même test. Quand on pense transmission intégrale, on ne pense pas spontanément à Mazda et c’est une belle surprise de constater jusqu’à quel point le rouage du CX-5 est performant.

Côté sécurité, précisons qu’il est possible d’opter pour toute une suite de dispositifs avancés comprenant un régulateur de vitesse adaptatif avec radar, un système d’avertissement de sortie de voie et un système intelligent d’aide au freinage, qui peut commander automatiquement le freinage en cas d’urgence, lors de la conduite en ville, lorsque la vitesse est inférieure à 30 kilomètres/heure.

Le CX-5 est le véhicule le plus agile et le plus dynamique de sa catégorie et les modifications apportées à sa présentation intérieure l’an dernier en font également le VUS de taille compacte le plus raffiné. Voilà pourquoi il est encore et toujours premier de classe.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires