Jaguar F-Type 2017: Une gueule d’enfer

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Lancée en version cabriolet en 2013, puis en coupé en 2014, la Jaguar F-TYPE possède une gueule d’enfer et évoque le passé glorieux de la marque, qui nous a donné l’une des voitures sport les plus sublimes de l’histoire de l’automobile, soit la fabuleuse E-Type.

Difficile de rester de glace devant les lignes exquises de la F-TYPE, qui mise avant tout sur son look et sur la sonorité envoûtante de ses moteurs pour séduire. L’habitacle est de facture on ne peut plus classique, et le cachet est typiquement british avec une approche old school désarmante. Au démarrage, le moteur rugit littéralement, comme si la voiture voulait absolument jouer les m’as-tu-vu et le soulèvement des buses de ventilation sur la planche de bord, au démarrage du moteur, produit toujours son petit effet.

Sur la route, les modèles à moteur V6 suralimenté par compresseur livrent des accélérations toniques, mais il faut opter pour le moteur V8 pour faire le plein de sensations en ligne droite avec la F-TYPE. Sur la route, la voiture fait preuve d’un comportement routier très axé sur la dynamique avec une direction aussi précise que directe, qui permet de bien sentir l’adhérence qui prévaut.

Malheureusement, la calibration plutôt ferme des suspensions affecte inversement le confort sur les routes dégradées et le poids plutôt élevé de la F-TYPE s’avère le principal facteur limitatif pour ce qui est de la dynamique. L’ajout du rouage intégral, offert en option depuis l’an dernier, permet maintenant à l’acheteur d’une F-TYPE de prolonger sa saison, mais pas nécessairement d’en faire une voiture adaptée aux rigueurs de nos hivers.

SVR, la bête…

Au printemps 2016, Jaguar a profité du Salon de l’auto de Genève pour dévoiler une nouvelle version encore plus rapide, soit la F-TYPE SVR 2017. Première Jaguar conçue et développée par la division Special Vehicle Operations de Jaguar Land Rover, ce modèle gonflé aux stéroïdes se veut l’expression la plus pure de la sportivité et de la dynamique pour la marque anglaise.

Côté moteur, la F-TYPE SVR hérite du V8 de 5,0 litres suralimenté par compresseur, développant 575 chevaux, qui a fait ses débuts sous le capot du concept Project 7 dont le look émulait celui de la célèbre Jaguar D-Type de compétition. Avec autant de puissance et un couple chiffré à 516 livres-pied, la F-TYPE SVR devient la référence de la gamme, avec un chrono de 3,7 secondes pour le sprint de 0 à 100 km/h et une vitesse de pointe de 322 km/h pour le modèle coupé.

Pour permettre à la F-TYPE SVR d’atteindre une vitesse maximale aussi élevée, les designers ont doté la voiture d’un bouclier avant plus aérodynamique, d’un fond plat, d’un diffuseur ainsi que d’un aileron arrière mobile, ces derniers réalisés en fibre de carbone. Côté châssis, on note la présence de nouveaux amortisseurs et barres antiroulis et de jantes forgées de 20 pouces plus légères. Précisons également que la F-TYPE SVR reçoit un système d’échappement en titane plus léger qui donne à la voiture une sonorité encore plus évocatrice que celle de la version R.

Restylage et moteur quatre cylindres turbo en vue

Après l’arrivée de versions équipés de la boîte manuelle ou de la transmission intégrale l’an dernier, il y a fort à parier que la gamme des F-TYPE s’élargira avec de nouvelles déclinaisons animées par le moteur quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres à essence, prélevé sur les Jaguar XE et XF commercialisées en Europe et aux États-Unis. L’ajout d’une motorisation de quatre cylindres suralimentée par turbocompresseur permettrait à la marque anglaise de cibler directement les Porsche 718 Boxster et 718 Cayman qui partagent le même type de moteur, alors que les F-TYPE à moteurs V6 et V8 continueront d’affronter la Porsche 911 Carrera.

On s’attend à ce que cette motorisation renouvelée fasse son entrée au Mondial de l’Automobile de Paris en septembre 2016, et que Jaguar profitera également de ce salon prestigieux pour dévoiler le restylage de la F-TYPE. Cette dernière devrait comporter un bouclier avant plus agressif ainsi qu’une calandre plus typée, histoire de rafraîchir le look de cette sportive qui, logiquement, adoptera le nouveau système multimédia inauguré sur la berline XF et le VUS F-PACE.

Avec l’arrivée de nouveaux modèles comme la XE et le F-PACE, Jaguar souhaite augmenter le volume de ses ventes ainsi que ses parts de marché, poursuivant sur cette lancée, où l’impulsion a été donnée en 2013 par la F-TYPE. Le style de cette dernière demeure, encore et toujours, ravageur, particulièrement dans le cas du coupé qui est encore plus réussi, à mon humble avis, que le cabriolet.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires