Honda HR-V 2017: CR-V + FIT = HR-V

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Depuis quelques années, le marché des VUS sous-compacts, luxueux ou pas, est en pleine expansion et les constructeurs rivalisent d’ingéniosité pour concocter des véhicules pouvant répondre à la demande. Ils sont altruistes, que voulez-vous… Chez Honda, c’est le HR-V qui représente cette catégorie. Plus petit que le VUS compact CR-V et plus gros que la sous-compacte Fit dont il partage la plate-forme, le HR-V n’est toutefois ni un ni l’autre.

Même si l’on dit qu’il est bâti sur le châssis de la Fit, il convient de mentionner qu’il a passablement été transformé. Tout d’abord, son empattement de 2 610 mm est plus près de celui du CR-V (2 620 mm) que de celui de la Fit (2 530 mm). Son style général est plus près de celui du CR-V, néanmoins, plusieurs éléments intérieurs font davantage penser à la Fit. C’est bien beau tout ça, mais ça donne quoi au juste?

Les lignes bulbeuses du HR-V ne se démarquent pas vraiment dans la circulation, ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Par contre, les poignées verticales dissimulées dans le pilier C (entre les vitres latérales arrière et la lunette arrière) ne sont pas suffisamment profondes et ne sont pas toujours faciles à manipuler l’hiver avec de gros gants. Pour le reste, c’est une question de goût.

(*$*+)_/! de commandes tactiles!

Le tableau de bord, lui, est passablement moins anonyme! L’an dernier, lors d’un match comparatif mettant aux prises les VUS sous-compacts de l’heure (Chevrolet Trax, Kia Soul, Mazda CX-3, Mitsubishi RVR, Nissan Juke et Subaru Crosstrek), tous les essayeurs sans exception ont décrié l’absence d’un bouton pour régler le volume de la radio.

Pour ce faire, il faut trouver sur l’écran la petite icône du volume puis appuyer au bon endroit, ce qui implique de quitter la route des yeux et espérer qu’il n’y ait pas de soubresauts, au risque de devoir recommencer l’opération. On peut également passer par le bouton sur le volant mais, intuitivement, la main droite cherche un bouton à tourner. Les commandes du chauffage aussi sont tactiles et elles ne sont pas dupliquées au volant. Enrageant, sacrant, dangereux. Les nombreux espaces de rangement compensent. Mais pas suffisamment.

Pour le reste, c’est réussi. La console comporte une prise HDMI, même dans la version de base. Je persiste à croire qu’un bouton pour le volume de la radio serait infiniment plus important… Les sièges avant ne s’attirent aucun commentaire, positif ou négatif. À l’arrière, la banquette n’est pas des plus confortables et y accéder, via une ouverture étroite, n’est pas chose aisée. Cependant, l’assise peut se relever pour faciliter le transport d’objets encombrants. En plus, le plancher est presque plat. Lorsque la banquette ne sert pas, il est possible de baisser les dossiers pour former un fond plat et bas avec le coffre. Ce coffre, en passant, est très grand. Une réussite totale! Le designer responsable de ce « Magic Seat », similaire à celui dans la Fit, devrait être nommé responsable du design des commandes du chauffage…

La Palice éloigne la police

Un seul moteur est offert. Il s’agit d’un 1,8 litre développant 141 chevaux à 6 500 tr/min et un couple de 127 livres-pied à 4 300 tr/min. Il est jumelé d’office à une boîte manuelle à six rapports ou, en option sur certaines versions, à une boîte automatique à rapports continuellement variables. Les livrées de base sont des tractions tandis que le rouage intégral est en option.

Dire que le moteur manque de puissance serait la lapalissade suprême. Déjà qu’il manque de chevaux, il fallait que Honda lui inflige une CVT qui semble bouffer la moitié de l’écurie. Et la moindre accélération se solde par une montée vertigineuse du nombre de décibels. Dans le genre désagréable, seule une radio aussi mal foutue que celle du HR-V peut atteindre un tel niveau de perfection. Heureusement, les versions à roues avant motrices ont une boîte manuelle beaucoup plus conciliante mais, finalement, elle consomme davantage. Lors d’un essai estival, notre moyenne s’était établie à 8,4 l/100 km (traction et CVT) tandis qu’un autre essai, hivernal celui-là, au volant d’une version tout équipée AWD a donné 9,6 l/100 km.

Sur la route, le HR-V adopte un comportement bien peu sportif, mais passablement confortable. Conduit dans le respect des limites légales, il ne décevra pas. Si l’on pousse le bouchon un peu loin, on lui découvre une personnalité plus trouble, moins affirmée. Toutefois, j’imagine que quand on opte pour un VUS Honda, l’on n’a aucune envie de troubler quoi que ce soit!

Le HR-V possède sans aucun doute l’un des meilleurs rapports dimensions extérieures / polyvalence du marché. Nous pourrions ajouter la fiabilité à cette équation. Même s’il en est juste à sa deuxième année sur le marché, le HR-V est déjà l’un des plus populaires de sa catégorie. Imaginez quand Honda daignera lui donner des commandes normales…

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires