Dodge Charger 2017: La démesure est totale

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

La Charger, c’est le muscle car à quatre portes, surtout dans le cas du SRT Hellcat avec lequel la démesure est totale. Un moteur de 707 chevaux dans une berline à quatre portes, ça frise la sainte délinquance, rien de moins… Mis à part ce modèle hors normes au potentiel de performance décuplé qui célèbre le nouvel âge d’or des muscle cars, la Charger se décline avec trois autres moteurs, soit deux V8 développant respectivement 370 et 485 chevaux et un V6 allant jusqu’à 300 chevaux. Entre le modèle de base et la SRT Hellcat, la puissance passe donc du simple à plus du double.

Si la SRT Hellcat existe, c’est parce qu’on ne voit pas la fin de cette course effrénée vers les sommets de la puissance à notre époque où le prix du carburant est faible. Tant et aussi longtemps que l’essence coûte juste un peu plus de un dollar le litre au Québec ou plus de deux dollars le gallon aux États-Unis, ce modèle est promis à un brillant avenir, et comme la demande est plus grande que l’offre, cela permet à la marque Dodge d’augmenter le profit prélevé sur chaque voiture.

Puissance brute

La Charger SRT Hellcat est un véritable « sleeper », soit une voiture dont le potentiel de performance demeure inconnu pour tous les non-initiés, du moins jusqu’à ce qu’ils constatent à quel point ils se sont fait larguer au feu vert… Mais il n’y a pas que la puissance brute qui impressionne. Les freins proviennent de l’équipementier Brembo qui fournit des marques aussi adulées que performantes, comme Ferrari, et les pneus sont des Pirelli montés sur des jantes surdimensionnées. En raison de son gabarit et de son poids, la Charger SRT Hellcat ne se qualifie pas comme une authentique auto sport, mais elle fait tout de même preuve d’un aplomb remarquable, et le fait qu’elle ait hérité d’éléments de suspension prélevés chez Mercedes-Benz lors de la fusion entre Daimler et Chrysler est un autre élément qui explique en partie le comportement routier assuré de cette berline.

Au démarrage, la SRT Hellcat annonce furieusement ses intentions. En accélération maximale, la puissance est explosive et le patinage des roues est monnaie courante sur les premier, deuxième et troisième rapports. Heureusement que l’intervention providentielle du système antipatinage permet de limiter les dégâts.

Une chose est certaine, c’est la contribution de l’électronique qui permet à Dodge d’équiper une berline de grand format d’un moteur de 707 chevaux. Il est possible de paramétrer les réglages de la voiture au moyen de l’écran central selon plusieurs modes de conduite, comme le mode Track qui permet d’activer le système départ-canon, et l’on peut voir en temps réel les données de puissance, de couple ou la pression du compresseur volumétrique, entre autres.

Les modèles à moteur V8 font preuve d’une consommation importante si l’on abuse du potentiel de performance et sont dépourvus du rouage intégral qui n’est disponible qu’avec le V6, deux considérations qui ne manquent pas d’intérêt pour la conduite de tous les jours. Côté look, tous les modèles de la gamme ont fait l’objet d’une refonte en 2015, laquelle a permis à la Charger d’évoluer vers un style plus musclé afin de se démarquer encore plus de ses rivales directes à l’allure plus sage.

Pour l’année-modèle 2017, plusieurs changements ont été apportés à la gamme des Charger. Ainsi, le modèle R/T Scat Pack change de désignation pour R/T 392, alors que la version R/T Road & Track est retirée du catalogue. Le choix des ensembles d’options et des jantes est simplifié, et les sièges en cuir des modèles SRT Hellcat sont décorés d’un label d’identification.

Un très sérieux talon d’Achille

La fiabilité à long terme de plusieurs modèles Dodge ne peut être qualifiée autrement que par le mot atroce. En effet, la marque Dodge se classe au dernier rang, soit le 32e sur 32 marques répertoriées dans l’édition 2016 du sondage VDS (Vehicle Dependability Survey) de la firme spécialisée J.D. Power and Associates qui mesure la fiabilité des véhicules après trois années d’usage. Parmi les véhicules de la marque, le Journey et la Dart reçoivent les pires notes au chapitre de la fiabilité, tandis que la Charger fait un peu mieux. Bref, il y a sérieusement matière à amélioration concernant le bilan de la fiabilité à long terme.

Plus pratique, et aussi plus stable à haute vitesse que la Challenger, la Charger est une voiture spacieuse et performante au look assez musclé pour épater la galerie. Dommage que la qualité de la finition intérieure soit plutôt inégale et que la fiabilité à long terme de la marque soit aussi mauvaise.

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires